Dans son aventure, l’autrice lévisienne met sa protagoniste face à de grands questionnements ainsi qu’au coeur d’une lutte pour son destin. Photo : Courtoisie

À une époque pas si lointaine, les femmes, bien que certaines se trouvaient au sommet de la monarchie, avaient rarement le pouvoir sur leur destin. Le Bouclier et l’Olivier – La reine déchue est le premier roman d’une duologie publié en mars dernier par la Lévisienne Arianne T. Lessard qui relate ce pan de l’histoire.

«Dans un point de vue sociologique, c’est la place de la femme au Moyen-Âge. Une reine dont le roi meurt qui n’a pas d’enfant, elle se voit perdre tous ses pouvoir. Je suis une fan d’histoire. C’était cette problématique là que je voulais souligner. Que même si elle avait été reine, qui est le poste le plus haut qu’une femme pouvait aspirer, elle n’avait pas de pouvoir propre», explique l’autrice.

Pour aborder ce thème qui l’inspirait, Arianne T. Lessard propose aux lecteurs de suivre l’histoire de Félicie. Quelques semaines après avoir été couronnée reine de Nérydia, cette dernière se retrouve subitement sans titre ni argent. Dépourvue de fils héritier pour monter sur le trône, c’est Ferdinand, le jeune frère de son défunt mari sur qui elle a promis de veiller, qui sera destiné à devenir roi.

Dans son aventure, l’autrice lévisienne met sa protagoniste face à de grands questionnements ainsi qu’au coeur d’une lutte pour son destin. Avec Le Bouclier et l’Olivier – La reine déchue, Arianne T. Lessard veut également montrer le courage pour refaire sa vie qui habite Félicie alors qu’elle perd presque tout.

Une muse appelée l’histoire

L’histoire de la reine déchue mijote depuis un moment dans la tête de l’auteure. Amatrice d’histoire, de voyage et de châteaux, Arianne T. Lessard a visité une multitude de ces résidences de la royauté lors de ses voyages aux quatre coins de l’Europe, des lieux qui lui ont inspiré les aventures de Félicie. L’autrice considère même que si Le Bouclier et l’Olivier devait prendre place dans un lieu réel, ce serait en Espagne, à l’époque où son territoire était morcelé après la conquête musulmane.

«Accompagnée d’un guide, je peux passer des heures à l’écouter et à visiter les différentes pièces d’un château», mentionne l’autrice lévisienne.

D’ailleurs, Arianne T. Lessard estime que les lecteurs qui ont aimé les séries historiques ou celles mettant en vedette le Moyen-Âge, telles que Les Chevaliers d’Émeraude, Outlander ou Le Chardon et le Tartan, sauront y trouver leur compte avec Le Bouclier et l’Olivier.

Écrire, écrire, encore écrire

Également, le projet littéraire d’Arianne T. Lessard est né en raison de sa grande passion pour l’écriture. Lorsqu’elle était élève au secondaire, l’une de ses amies rédigeait sur un forum d’histoire collaborative. Chaque personne pouvait soit y créer le début d’un récit, soit continuer celui qu’une ou d’autres personnes avaient déjà entamé. Au fil du temps, le forum s’est mis à occuper toutes les soirées de la jeune Arianne.

«J’étais vraiment une personne introvertie et c’était mon échappatoire pendant quelques années. Ensuite, c’est devenu malsain. Je préférais l’univers de mes romans plutôt que la vraie vie. Mais une fois au cégep, j’ai rencontré des personnes comme moi, puis après l’université j’ai eu plus de temps pour rédiger mes propres histoires», confie-t-elle.

C’est donc en 2019, après avoir complété une première série, que «son personnage (Félicie) l’a pris par la main» et que le récit a pris vie. D’ailleurs, elle possède déjà des pistes d’inspiration pour ses prochains livres.

Suite du roman

Le deuxième livre a été plus difficile à écrire pour l’autrice qui, contrairement à une trilogie, doit ficeler les éléments de son récit à l’intérieur de deux romans. «Le premier tome raconte l’histoire d’un personnage qui représente le Bouclier alors que le second tome raconte celle d’un personnage qui représente l’Olivier. Le personnage du second tome est plus difficile à cerner sur certaines choses, mais selon moi, en six mois je devrais arriver à quelque chose», illustre Mme T. Lessard.

Le deuxième et dernier roman de la série est prévu pour l’année prochaine. D’ici là, le premier est disponible dans les librairies.

Pour plus d’information, consultez le www.arianelessardauteure.com.

Les plus lus

Chocolats Favoris quittera temporairement le Vieux-Lévis

Les clients de la succursale du Vieux-Lévis de Chocolats Favoris devront changer leurs habitudes au cours des prochains mois. Comme des travaux majeurs devront être effectués dans le bâtiment qui accueille le commerce au 32, avenue Bégin, la chaîne a décidé de déplacer temporairement ses activités du Vieux-Lévis au quartier Miscéo.

Le conseil se penche sur la démolition du 4610, route des Rivières

Les élus municipaux de Lévis se sont réunis, le 19 septembre, pour une séance extraordinaire du conseil municipal. À cette occasion, les conseillers municipaux et le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ont entendu les arguments des parties impliquées dans l’appel de la décision du comité de démolition de Lévis, autorisant la demande de démolition sous conditions du 4610, route des Rivières, à Sain...

Une nouvelle approche intégrée à l’école Vision

L’École trilingue Vision Rive-Sud, conjointement avec la petite école Vision Lévis, a lancé, le 25 août dernier, son année scolaire. L’école située à Saint-Romuald intégrera graduellement au cours des trois à quatre prochaines années une nouvelle approche afin d’enseigner les langues secondes, c’est-à-dire l’approche neurolinguiste (ANL).

Chronique historique - Lévis, «gare» de Québec

Certains lecteurs se souviennent peut-être de l’immense installation de trains miniatures jadis située au deuxième étage de l’ancienne gare de Lévis. Cette curiosité fascinante s’inscrivait dans le riche passé ferroviaire de notre territoire.

Le maire devra s'absenter du boulot

La Ville de Lévis a annoncé, le 22 septembre, que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, devra s'absenter du travail au cours des prochaines semaines.

Équiterre rend publique une analyse contre le troisième lien

Équiterre, un organisme prônant une «société écologique et juste» basé à Montréal, a publié, le 14 septembre, une analyse sur le troisième lien, menée par son experte en mobilité en collaboration avec le Pôle intégré de recherche - environnement, santé et société (PIRESS). Selon cette étude, le projet désiré par le gouvernement caquiste sortant échoue lamentablement le «test climat» qui a servi de...

Vieux-Lévis : la fermeture temporaire de la succursale de Chocolats Favoris devancée

Chocolats Favoris a annoncé, le 20 septembre, qu'elle devance la fermeture temporaire de sa succursale de l'avenue Bégin, de façon préventive et qui est effective depuis hier.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 7 septembre 2022

Le Groupe Maurice a un nouveau président et chef de la direction : Alain Champagne (1re photo).

Un centre de baignade en eau libre offert par les Riverains

À la mi-juin dernière, le Club de natation les Riverains de Lévis a ouvert un centre de baignade en eau libre dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon, tout près du site de l’ancien Méchoui international. Ce sont 200 membres du club de natation lévisien qui ont profité de cette nouvelle offre de service au cours de la dernière saison estivale.

Tous les candidats dans les circonscriptions lévisiennes sont maintenant connus

Les personnes intéressées à se porter candidates lors de l'actuelle campagne électorale au Québec avait jusqu'à samedi 14g pour déposer leur bulletin de candidature. Si ce ne sont que les candidats des cinq principaux partis en lice qui franchiront la ligne d'arrivée dans Bellechasse et Chutes-de-la-Chaudière, les citoyens de Lévis auront le choix entre sept avenues le 3 octobre prochain.