Dans son aventure, l’autrice lévisienne met sa protagoniste face à de grands questionnements ainsi qu’au coeur d’une lutte pour son destin. Photo : Courtoisie

À une époque pas si lointaine, les femmes, bien que certaines se trouvaient au sommet de la monarchie, avaient rarement le pouvoir sur leur destin. Le Bouclier et l’Olivier – La reine déchue est le premier roman d’une duologie publié en mars dernier par la Lévisienne Arianne T. Lessard qui relate ce pan de l’histoire.

«Dans un point de vue sociologique, c’est la place de la femme au Moyen-Âge. Une reine dont le roi meurt qui n’a pas d’enfant, elle se voit perdre tous ses pouvoir. Je suis une fan d’histoire. C’était cette problématique là que je voulais souligner. Que même si elle avait été reine, qui est le poste le plus haut qu’une femme pouvait aspirer, elle n’avait pas de pouvoir propre», explique l’autrice.

Pour aborder ce thème qui l’inspirait, Arianne T. Lessard propose aux lecteurs de suivre l’histoire de Félicie. Quelques semaines après avoir été couronnée reine de Nérydia, cette dernière se retrouve subitement sans titre ni argent. Dépourvue de fils héritier pour monter sur le trône, c’est Ferdinand, le jeune frère de son défunt mari sur qui elle a promis de veiller, qui sera destiné à devenir roi.

Dans son aventure, l’autrice lévisienne met sa protagoniste face à de grands questionnements ainsi qu’au coeur d’une lutte pour son destin. Avec Le Bouclier et l’Olivier – La reine déchue, Arianne T. Lessard veut également montrer le courage pour refaire sa vie qui habite Félicie alors qu’elle perd presque tout.

Une muse appelée l’histoire

L’histoire de la reine déchue mijote depuis un moment dans la tête de l’auteure. Amatrice d’histoire, de voyage et de châteaux, Arianne T. Lessard a visité une multitude de ces résidences de la royauté lors de ses voyages aux quatre coins de l’Europe, des lieux qui lui ont inspiré les aventures de Félicie. L’autrice considère même que si Le Bouclier et l’Olivier devait prendre place dans un lieu réel, ce serait en Espagne, à l’époque où son territoire était morcelé après la conquête musulmane.

«Accompagnée d’un guide, je peux passer des heures à l’écouter et à visiter les différentes pièces d’un château», mentionne l’autrice lévisienne.

D’ailleurs, Arianne T. Lessard estime que les lecteurs qui ont aimé les séries historiques ou celles mettant en vedette le Moyen-Âge, telles que Les Chevaliers d’Émeraude, Outlander ou Le Chardon et le Tartan, sauront y trouver leur compte avec Le Bouclier et l’Olivier.

Écrire, écrire, encore écrire

Également, le projet littéraire d’Arianne T. Lessard est né en raison de sa grande passion pour l’écriture. Lorsqu’elle était élève au secondaire, l’une de ses amies rédigeait sur un forum d’histoire collaborative. Chaque personne pouvait soit y créer le début d’un récit, soit continuer celui qu’une ou d’autres personnes avaient déjà entamé. Au fil du temps, le forum s’est mis à occuper toutes les soirées de la jeune Arianne.

«J’étais vraiment une personne introvertie et c’était mon échappatoire pendant quelques années. Ensuite, c’est devenu malsain. Je préférais l’univers de mes romans plutôt que la vraie vie. Mais une fois au cégep, j’ai rencontré des personnes comme moi, puis après l’université j’ai eu plus de temps pour rédiger mes propres histoires», confie-t-elle.

C’est donc en 2019, après avoir complété une première série, que «son personnage (Félicie) l’a pris par la main» et que le récit a pris vie. D’ailleurs, elle possède déjà des pistes d’inspiration pour ses prochains livres.

Suite du roman

Le deuxième livre a été plus difficile à écrire pour l’autrice qui, contrairement à une trilogie, doit ficeler les éléments de son récit à l’intérieur de deux romans. «Le premier tome raconte l’histoire d’un personnage qui représente le Bouclier alors que le second tome raconte celle d’un personnage qui représente l’Olivier. Le personnage du second tome est plus difficile à cerner sur certaines choses, mais selon moi, en six mois je devrais arriver à quelque chose», illustre Mme T. Lessard.

Le deuxième et dernier roman de la série est prévu pour l’année prochaine. D’ici là, le premier est disponible dans les librairies.

Pour plus d’information, consultez le www.arianelessardauteure.com.

Les plus lus

La RPA Seigneurie de Lévy fermera ses portes

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a confirmé au Journal, le 21 janvier, que la résidence privée pour aînés (RPA) La Seigneurie de Lévy, située dans le quartier Lévis, fermera ses portes le 22 septembre prochain.

Tempête hivernale : plusieurs services fermés

En raison de la tempête hivernale qui frappe actuellement la région, plusieurs services publics ont été fermés.

REVUE 2022 - Rétrospective de juillet

Un autre départ à la direction générale à la Ville de Lévis, des anniversaires soulignés, un nouveau dirigeant au Comptoir alimentaire Le Grenier et des performances sportives historiques pour la Chaudière-Appalaches ont été en vedette en juillet dernier.

Leïla se pointe le bout du nez en premier à l’Hôtel-Dieu de Lévis

C’est à 1h19 le 1er janvier dernier que l’Hôtel-Dieu de Lévis a accueilli son premier bébé de l’année. Leïla Leblond est née d’une césarienne à 8,4 lbs au grand plaisir de ses parents, Jany Boulay Émond et Manuel Leblond, et de son grand frère, Owen.

REVUE 2022 - Rétrospective de septembre

Si septembre a été marqué par les débats entre les candidats en lice lors des élections provinciales, c’est pendant ce mois que Lévis a notamment connu un nouvel exploit sportif et a été l’hôte de prestigieux invités.

REVUE 2022 - Rétrospective d'août

Le mois d’août a été marqué par les retours du Festivent et du Concert au crépuscule, la victoire mondiale de DM Nation, la fin d’une saison unique pour le Pro Style Lettrage (PSL) de Lévis ainsi que l’annonce du départ de la vie politique de Marc Picard et du déclenchement de la campagne électorale provinciale.

REVUE 2022 - Rétrospective d’octobre

Politique provinciale et municipale auront marqué l’actualité lors du mois de l’Halloween en 2022.

REVUE 2022 - Rétrospective de novembre

Si novembre a été marqué par les succès d’un artiste lévisien en pleine progression, différents dossiers municipaux, une histoire de terrorisme présumé et un incendie mortel ont également marqué l’actualité de ce mois.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 4 janvier 2023

Que cette nouvelle année qui vient d’ouvrir ses portes vous apporte le bonheur, la joie et la bonne santé et que chacun des jours de cette nouvelle année soit pour vous comme un beau cadeau et que tous vos vœux de 2023 se réalisent et que cette année, soit en tous points exquise. Et merci de continuer de supporter le Journal de Lévis. Bonne année!

Vers une grève de plusieurs jours à la STLévis?

Par voie de communiqué, le Syndicat des chauffeurs d'autobus de la Rive-Sud (CSN), le groupe qui représente les conducteurs de la Société de transport de Lévis (STLévis), a partagé, le 11 janvier, son désir d'accentuer ses moyens de pression. En raison de «l'impasse» dans les négociations afin de renouveler la convention collective des chauffeurs d'autobus, le syndicat prévoit déclencher une grève...