Martin Patry est heureux de célébrer ses 25 ans à la barre de L’intimiste.� Photo : Érick Deschênes - Archives

2022 marque un important cap pour L’intimiste, le restaurant gastronomique établi dans le Vieux-Lévis. Cette année, l’établissement situé sur l’avenue Bégin célèbre en effet son 25e anniversaire.

«Je suis fier d’avoir atteint ce cap. Dans l’industrie de la restauration, on ne voit pas beaucoup d’établissements qui se rendent jusqu’au 25e anniversaire. Alors, je suis très heureux d’être ouvert depuis 25 ans et que mon restaurant soit désormais une adresse bien appréciée des Lévisiens», a d’emblée partagé Martin Patry, le propriétaire de L’intimiste, lors d’une entrevue avec le Journal le 11 octobre.

C’est à l’âge de 21 ans, en 1997, que le Lévisien a décidé de fonder son propre restaurant. Issu d’une famille d’entrepreneurs et après être tombé en amour avec le milieu de la restauration en y oeuvrant pendant ses études, Martin Patry a alors rouvert le restaurant L’intimiste, un établissement ayant pignon sur rue de 1984 à 1991 de l’autre côté de l’avenue Bégin et dont l’un des propriétaires était l’un de ses oncles.

Pour ce faire, il s’est associé avec quatre autres de ses proches et il a acquis le bâtiment qu’occupe actuellement une partie de l’établissement, sous le coup alors d’une reprise de finance.

Si les premières années ont été difficiles pour le restaurant de style français du Vieux-Lévis, particulièrement lors des mois d’hiver, L’intimiste a rapidement pris de l’expansion. En 2003, Martin Patry a notamment acquis le local adjacent de l’institution pour créer L’intimiste Lounge, ce qui a permis d’intégrer des plats de type bistro comme des tartares et des pâtes.

«À nos débuts, il n’y avait pas grand-chose semblable à ce que nous offrions à Lévis. Dès que les gens de la région voulaient manger des plats gastronomiques, ils traversaient tout de suite à Québec. Ça n’a donc pas été facile, mais on a fait notre place. Notre clientèle est très fidèle et L’intimiste est désormais une destination à Lévis. C’est notamment plaisant de se faire dire par des clients qu’ils ne sont plus obligés de traverser à Québec pour bien manger», a illustré M. Patry.

Protéger les acquis

Améliorant ses succès année après année, L’intimiste a toutefois fait face à un choc il y a deux ans avec la pandémie de COVID-19. La crise sanitaire a freiné dans son élan l’établissement du Vieux-Lévis qui commence à peine à se remettre des conséquences de cette dernière.

«En 2020, on s’en allait vers notre plus belle année financière de l’histoire de L’intimiste, mais la pandémie a empêché le tout. Ce qui nous frappe le plus maintenant, c’est la pénurie de main-d’oeuvre. En raison des fermetures successives décrétées par le gouvernement dans notre industrie, plusieurs personnes ont décidé de quitter la restauration. Chez moi, j’ai quatre cuisiniers qui évoluent désormais dans d’autres domaines professionnels. J’ai donc dû retourner en cuisine et on n’est désormais ouvert que trois soirs par semaine», a partagé Martin Patry, qui a vu son équipe fondre de 24 à 10 employés depuis la crise sanitaire.

Si le sentiment de repartir de presque de zéro est bien présent chez le propriétaire de L’intimiste, Martin Patry ne ménage cependant pas ses efforts pour augmenter ses heures d’ouverture en recrutant de nouvelles ressources, notamment pour offrir ses services lors de certains dîners. Conscient que son établissement ne pourra retrouver ses heures d’ouverture d’avant la pandémie, il veut cependant reconstruire une base solide pour que son adresse demeure ouverte.

«Ce que je souhaite pour les prochaines années, c’est que L’intimiste perdure dans le paysage lévisien et que d’autres puissent prendre ma relève lorsque je déciderai de quitter la barre. C’est l’une des raisons pourquoi je n’ai pas mis la clé à la porte de mon restaurant malgré les embûches traversées au cours des dernières années. Mon rêve, c’est que L’intimiste demeure ouvert après mon départ et continue d’être une destination aimée des Lévisiens», a conclu Martin Patry.

Les plus lus

Incendie mortel à Lévis

Un aîné de 88 ans est décédé à la suite d'un incendie survenu dans une maison du quartier Lévis, en fin de journée mercredi.

Vivre la magie de Noël à Pintendre

Bien connu dans la région pour ses sapins et ses décorations de Noël disponibles dans les quincailleries, Sapins Goupil bonifie cette année sa gamme de services en vue du temps des Fêtes. Grâce à son nouveau village de Noël, les gens de la région pourront s’imprégner de l’ambiance de la fête familiale tout en pouvant aller couper eux-mêmes leur sapin chez le producteur établi à Pintendre.

Des vestiges lévisiens à Sainte-Claire

Depuis près de 70 ans, une partie de l’histoire de Lévis se retrouve dans un édifice commercial de Sainte-Claire, dans Bellechasse. Depuis les années 50, des anciennes pièces du pont Garneau, qui permettait d’enjamber la rivière Chaudière près de la marina de Saint-Romuald, font partie de la structure du bâtiment qui abrite les activités d’Isolation Morin et Jos Morin.

Loïc Mathieu travaille de nouveau à faire une différence

Pour une troisième année, Loïc Mathieu, un adolescent lévisien, poursuit sa quête de contenants consignés afin de faire un beau cadeau au Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) lors de la Guignolée du Dr Julien. Jusqu’à maintenant, il a pu réunir environ 5 000 $ pour l’organisme grâce à sa collecte et il n’entend pas s’arrêter d’ici décembre.�

PREM 2023 : 24 nouveaux médecins de famille en Chaudière-Appalaches

C’est en septembre dernier que le ministère de la Santé et des Services sociaux dévoilait les plans régionaux d’effectifs médicaux (PREM) pour la prochaine année. En Chaudière-Appalaches, ce sont 24 nouveaux médecins de famille, dont 16 nouveaux facturants et 8 déjà en pratique, qui viendront prêter main-forte au système de santé régional.

Vers un débrayage à la STLévis

N’étant pas régis par la Loi sur les services essentiels et sans convention collective depuis quelques mois, les quelque 110 chauffeurs de la Société de transport de Lévis (STLévis) prévoient mener une grève de 24 heures, le lundi 14 novembre prochain.

Une première victoire pour Dubreuil

Le patineur de vitesse longue piste lévisien, Laurent Dubreuil, prenait part aux épreuves du 500 mètres, 1 000 mètres et sprint par équipe à Heerenveen, aux Pays-Bas, dans le cadre du circuit de la Coupe du monde, qui se déroulait du 18 au 20 novembre derniers. Bien qu’il ait joué de malchance à l’épreuve du 1 000 mètres, le Lévisien s’est bien repris et a remporté l’or au 500 mètres.

Problèmes d’eau au Domaine Val-des-Bois : les résidents devront quitter d’ici la fin 2024

En raison de problématiques reliées aux infrastructures d’eaux potable et usée, les 14 maisons mobiles du Domaine Val-des-Bois devront être expropriées d’ici la fin 2024. À bout de solutions, la Ville de Lévis a présenté cette «difficile» décision aux résidents du parc de maisons mobiles lévisiens et s’engage à acquérir les terrains ainsi que fournir de l’aide financière et psychologique à ces fam...

Opération Nez rouge : le satellite de Lévis reprend du collier

Le satellite lévisien de l’Opération Nez rouge reprendra ses activités à la fin du mois de novembre a annoncé Alliance-Jeunesse, l’organisme qui a pris en charge l’organisation du service cette année, accompagné de Pierre Boulanger, administrateur à la Caisse Desjardins de la Chaudière, Stéphanie Caron, porte-parole du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL), Geneviève Guillemette, coordonna...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 16 novembre 2022

Lors du Gala des Fidéides 2022 organisé par la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, le Groupe Boucher Sports a remporté le prix dans la catégorie Commerce de détail et e-commerce ainsi que le prestigieux prix « Moyenne-grande Entreprise de l’année. Bravo à Martin Boucher, un entrepreneur lévisien, et à toute son équipe pour cette autre belle réussite. (1ere photo)