L'artiste lévisienne Amélie Laurence Fortin participera cet automne à la résidence The Arctic Circle, qui consiste en un projet d'expédition, de recherche et de création autour du cercle polaire arctique, développé par l'organisme à but non lucratif new-yorkais The Farm Foundation for Art and Science. Le départ se fera à Svalbard, un archipel de Norvège, situé à l'est du Groenland, le 1er octobre.

Par Valérie Maltais
valeriemaltais@journaldelevis.com

Cette résidence de 20 jours autour du cercle polaire arctique, à bord d'une goélette trois mâts, permettra à la Lévisienne de vivre une expérience unique, mais surtout, développer le projet d'exposition Crash, qu'elle présentera au centre d'arts visuels Axénéo7, en Outaouais, en janvier prochain. 

Cette expédition lui permettra aussi de participer à une résidence sonore au centre Avatar, à son retour, de livrer une conférence, possiblement en février, ainsi que de compléter le livre Roche Plante Mer Bois, édité par VU Photo et dont la sortie est prévue en mars.

«Mon objectif est de recueillir des données sur le mouvement des glaces et des plaques tectoniques nordiques, par la photographie. Ce sera aussi mon premier projet d'enregistrement sonore sous-marin et des basses fréquences des aurores boréales, a expliqué Amélie. Comme mon travail artistique est influencé par ma passion des sciences naturelles, l'expédition est idéale, car elle me permettra de créer un pont supplémentaire entre l'art et la science.»

Inspirée de la mythologie

Amélie a commencé ses projets d'exploration alors qu'elle étudiait à la maîtrise en arts visuels, à l'Université Laval. Un voyage en kayak de l'Alaska à Vancouver, en 2010, avec deux compagnons et aucun moyen de communication, a changé sa pratique artistique et est à l'origine du projet Le roc étincelant, qui a été fragmenté en quatre volets. 

D'autres aventures ont suivi, mais cette fois, Amélie poursuivra une quête particulière, celle de retrouver le rocher noir imaginé au pôle nord par Gérard Mercador, en 1595, et le poumon marin décrit dans les aventures du navigateur Pythéas (325 av. J.-C.), dans un confort plus propice à la création. 

«J'adore l'aventure et j'ai eu envie d'aller encore plus dans le Nord, de me placer devant des phénomènes incroyables, découvrir un territoire qui sort de la carte internationale et qui n'arrête pas de changer. C'est réellement le lieu le plus difficile à atteindre avant la Lune. Pour plusieurs raisons, l'Arctique est un des derniers espaces d'explorations de la Terre. Son accès limité le rend encore empreint de mystères, de légendes, et de richesses naturelles incroyables», a fait valoir avec excitation la directrice du centre d'artistes en art actuel Regart de Lévis. 

Dès sa 1re tentative

Sélectionnée dès la première soumission de sa candidature, la Lévisienne devient seulement la 31e Canadienne et la 2e Québécoise à prendre part au programme. Existant depuis 2009, celui-ci offre un espace de recherche et de rencontres entre géologues, glaciologues, architectes, compositeurs, artistes visuels, auteurs et autres chercheurs et créateurs touchés par les enjeux climatiques de l'Arctique. Plus d'un millier de personnes appliquent chaque année, mais seulement 20 sont choisies.

Si l'organisme newyorkais supporte une grande partie des frais associés à l'expédition, Amélie doit débourser approximativement 10 000 $ pour payer le transport, la nourriture, les guides et les assurances, entre autres. 

Il est possible de l'encourager en lui achetant une impression de l'une de ses œuvres  de la série Frénésie (voir au www.amelielaurencefortin.com) ou avec un don libre, en la contactant via le amelielaurencefortin@hotmail.com

Aussi, L'Anglicane lui offrira 13 $ par billet vendu du spectacle Antarctique en solo, qui met en vedette Rémi-Pierre Paquin et qui sera présenté le 22 septembre. Le client doit simplement donner le code promo «nord» au moment de l'achat. 

Sur la photo ci-dessus : Amélie Laurence Fortin en haut d'une montagne de la chaîne Tatras, en Pologne, avec un collage de monstre marin, qui sera à l'intérieur du livre sur lequel elle travaille en ce moment.

Sur la photo ci-dessus : La carte du pôle Nord de Mercador (1595) 

Sur la photo ci-dessus : Amélie pose sous une de ses sculptures du projet Le paysage miraculeux. 

Sur la photo : Le point de départ de l'aventure d'Amélie en Arctique, Svalbard, un archipel de Norvège. 

Crédit photos : Courtoisie

Les plus lus

Incendie mortel à Lévis

Un aîné de 88 ans est décédé à la suite d'un incendie survenu dans une maison du quartier Lévis, en fin de journée mercredi.

Vivre la magie de Noël à Pintendre

Bien connu dans la région pour ses sapins et ses décorations de Noël disponibles dans les quincailleries, Sapins Goupil bonifie cette année sa gamme de services en vue du temps des Fêtes. Grâce à son nouveau village de Noël, les gens de la région pourront s’imprégner de l’ambiance de la fête familiale tout en pouvant aller couper eux-mêmes leur sapin chez le producteur établi à Pintendre.

Des vestiges lévisiens à Sainte-Claire

Depuis près de 70 ans, une partie de l’histoire de Lévis se retrouve dans un édifice commercial de Sainte-Claire, dans Bellechasse. Depuis les années 50, des anciennes pièces du pont Garneau, qui permettait d’enjamber la rivière Chaudière près de la marina de Saint-Romuald, font partie de la structure du bâtiment qui abrite les activités d’Isolation Morin et Jos Morin.

PREM 2023 : 24 nouveaux médecins de famille en Chaudière-Appalaches

C’est en septembre dernier que le ministère de la Santé et des Services sociaux dévoilait les plans régionaux d’effectifs médicaux (PREM) pour la prochaine année. En Chaudière-Appalaches, ce sont 24 nouveaux médecins de famille, dont 16 nouveaux facturants et 8 déjà en pratique, qui viendront prêter main-forte au système de santé régional.

Vers un débrayage à la STLévis

N’étant pas régis par la Loi sur les services essentiels et sans convention collective depuis quelques mois, les quelque 110 chauffeurs de la Société de transport de Lévis (STLévis) prévoient mener une grève de 24 heures, le lundi 14 novembre prochain.

Loïc Mathieu travaille de nouveau à faire une différence

Pour une troisième année, Loïc Mathieu, un adolescent lévisien, poursuit sa quête de contenants consignés afin de faire un beau cadeau au Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) lors de la Guignolée du Dr Julien. Jusqu’à maintenant, il a pu réunir environ 5 000 $ pour l’organisme grâce à sa collecte et il n’entend pas s’arrêter d’ici décembre.�

Problèmes d’eau au Domaine Val-des-Bois : les résidents devront quitter d’ici la fin 2024

En raison de problématiques reliées aux infrastructures d’eaux potable et usée, les 14 maisons mobiles du Domaine Val-des-Bois devront être expropriées d’ici la fin 2024. À bout de solutions, la Ville de Lévis a présenté cette «difficile» décision aux résidents du parc de maisons mobiles lévisiens et s’engage à acquérir les terrains ainsi que fournir de l’aide financière et psychologique à ces fam...

Opération Nez rouge : le satellite de Lévis reprend du collier

Le satellite lévisien de l’Opération Nez rouge reprendra ses activités à la fin du mois de novembre a annoncé Alliance-Jeunesse, l’organisme qui a pris en charge l’organisation du service cette année, accompagné de Pierre Boulanger, administrateur à la Caisse Desjardins de la Chaudière, Stéphanie Caron, porte-parole du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL), Geneviève Guillemette, coordonna...

Sortie de route sur la route des Rivières

Les policiers du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) ont été dépêchés sur la route des Rivières dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon après qu’un véhicule utilitaire sport (VUS) aurait effectué une sortie de route, ce 8 novembre au matin.

Bâtir l’histoire du milieu communautaire lévisien

Dans le cadre des 30 ans de la Corporation de développement communautaire (CDC) de Lévis et de la Semaine nationale de l’action communautaire, la CDC de Lévis en a profité pour dévoiler un long travail qui lui a permis de retracer l’histoire du milieu communautaire lévisien ainsi que de reconnaître les efforts de ses bâtisseurs, lors d’une soirée tenue le 20 octobre dernier.�