Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, désire que Québec réponde favorablement aux demandes du conseil. CRÉDIT : ARCHIVES

Quelques jours après le dévoilement du projet de tramway à Québec dont ne fait pas partie la Rive-Sud, le conseil municipal de Lévis a adopté, en séance extraordinaire, une résolution pour dévoiler officiellement ses demandes au gouvernement du Québec. Entre autres, la Ville espère assurer le leadership de l’interconnexion entre les réseaux de transport collectif de Lévis et de Québec, élément absent jusqu’à maintenant du projet de tramway.

Plaidant notamment que la congestion routière affecte quotidiennement la qualité de vie des Lévisiens et rappelant que la municipalité a déposé en juin son projet de transport collectif structurant, les échevins ont demandé trois choses au gouvernement provincial, grâce à leur résolution. 

D’abord, les conseillers réclament que Québec confirme le financement du projet de transport collectif structurant de la Ville de Lévis et des études reliées. La première phase de ce plan, misant sur des voies réservées, l’ajout et la synchronisation des feux de circulation ainsi que l’optimisation des stations d’arrêt, coûterait près de 80 M$. 

Notons que les investissements nécessaires pour transformer la route des Rivières (116) en boulevard urbain, désiré par la Ville de Lévis dans le cadre du projet, ne sont pas inclus dans cette somme.

Priorité : interconnexion

Ensuite, ils désirent que le gouvernement provincial confie à la municipalité le leadership pour la réalisation des études sur l’interconnexion entre le réseau de tramway et celui de la Société de transport de Lévis (STLévis). Enfin, le conseil municipal veut s’assurer que la Ville aura l’accès à l’ensemble des études déjà réalisées ou en cours sur cette possibilité d’interconnexion.

«Nous avons toujours dit qu’il était essentiel d’inclure l’interconnexion entre les deux rives à un projet de transport collectif structurant majeur pour la région. C’est pourquoi nous demandons maintenant au gouvernement du Québec de s’engager à financer les études nécessaires pour assurer l’interconnexion entre les deux rives», a ajouté le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, tout en chiffrant cette demande à plusieurs millions de dollars.

De plus, le premier citoyen a rappelé qu’il s’attendait à ce que le gouvernement provincial et le gouvernement fédéral financent en entier le projet de transport collectif structurant, comme ils l’ont fait pour Québec.

«Pour la première phase, notre projet est chiffré. Nous nous attendons à ce que le gouvernement du Québec nous indique clairement dans les prochaines semaines, si possible, que le transport collectif à Lévis soit financé à 100 %. […] Il faut dire qu’en dehors de Québec, il y a d’autres villes qui existent», a soutenu M. Lehouillier.

Ouverture du gouvernement

Bon prince, le maire de Lévis a toutefois confirmé que le gouvernement provincial avait tendu l’oreille aux demandes de la ville. D’ailleurs, selon Le Soleil, le premier magistrat a déjà reçu un écho plus que favorable. En effet, le quotidien de Québec a dévoilé lundi que le premier magistrat a obtenu, mercredi dernier, des garanties de la part du président du Conseil du Trésor, Pierre Arcand.

Le ministre libéral a accepté les demandes de la Ville de Lévis visant à financer les études et les améliorations à son réseau de transport en commun. Même que la subvention a été bonifiée pour identifier la meilleure interconnexion avec le réseau de tramway de Québec. Mais malgré ces bonnes nouvelles, Gilles Lehouillier refuse de s’emballer.

«Dans le prochain budget provincial, nous voulons qu’un chiffre apparaisse […] Pourquoi la sortie aujourd’hui? Souvenez-vous de l’épisode du viaduc de Saint-Rédempteur. Jusqu’à la dernière minute, pas juste des députés, des ministres m’ont dit que nous allions avoir notre 10 M$. Au moment où l’on se parle, je n’ai aucune confirmation alors que Régis Labeaume (maire de Québec) a en poche 3 G$. C’est ça la différence. C’est parfait, mais annoncez-le rapidement», a conclu Gilles Lehouillier.

 

Les plus lus

La liste des candidats est maintenant connue

Élections Canada a rendu publique, le 2 octobre, la liste officielle des candidats qui croiseront le fer dans chacune des 338 circonscriptions du pays lors des élections fédérales 2019, le 21 octobre prochain. Le portrait des luttes dans les comtés de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis et Lévis-Lotbinière est désormais clair.

Entrepreneur à seulement 16 ans

Passionné de mode et de marketing, Félix Fortier, un jeune homme de 16 ans vient de lancer sa propre compagnie de vêtement, Originz. À la suite de son passage au concours Face aux Dragons de Lévis, le natif de la région a acquis beaucoup d’expérience et de connaissances dans le domaine.

Les candidats de Lévis-Lotbinière débattent

Cinq des six candidats à l’élection fédérale du 21 octobre dans la circonscription de Lévis-Lotbinière ont débattu de différents grands enjeux abordés depuis le début de la campagne électorale. À l’invitation du Cégep de Thetford, ils se sont réunis, le 8 octobre, au Complexe des Seigneuries de Saint-Agapit.

Les élections fédérales minute par minute

À l'issue d'une campagne de 40 jours, c'est aujourd'hui que les Canadiens sont appelés aux urnes pour choisir les 338 députés qui les représenteront à la Chambre des communes. Qui seront les représentants de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis et Lévis-Lotbinière à la suite de ce jour de scrutin? Suivez avec nous minute par minute tous les développements de cette importante journée.

Débat des candidats de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis : le troisième lien au cœur des discussions

Six des sept candidats en lice pour le poste de député dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney (Parti conservateur du Canada), Sébastien Bouchard-Théberge (Bloc québécois), Laurence Harvey (Parti libéral du Canada), Marc Johnston (Parti populaire du Canada), Chamroeun Khuon (Nouveau parti démocratique) et André Voyer (Parti vert du Canada), ont croisé le fer lors d’un débat sur les ond...

Les plans du Centre culturel de Lévis dévoilés

La conception du projet de l’agrandissement du Centre culturel de Lévis a été confiée à l’Atelier TAG de Montréal à l’issue d’un concours d’architecture. Les travaux pour réaliser l’investissement de 9 M$ commenceront en 2021.

Avenir des commissions scolaires : la CSDN présente son projet de réforme

Dans les dernières semaines, la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a présenté au cabinet du ministre de l’Éducation du Québec le résultat de sa démarche lancée après le départ fracassant de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), en juin dernier, en lien avec l’avenir des commissions scolaires. En entrevue avec le Journal, le président de la CSDN, Jérôme Demers, a partagé...

Pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches : une problématique préoccupante

Le Réseau des groupes de femmes de Chaudière-Appalaches (RGFCA) a dévoilé, le 23 septembre dernier, son État de la situation sur la pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches. L’étude a permis de confirmer que cet enjeu touche particulièrement les femmes de la région et qu’un déséquilibre net existe toujours entre les femmes et les hommes à ce niveau.

Logement social : le FRAPRU demande des engagements supplémentaires à Lévis

Par voie de communiqué, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a profité de la Journée mondiale de l'habitat, le 7 octobre, pour déplorer qu'un quart des locataires de Lévis «paient trop cher pour se loger» et demander à tous les paliers de gouvernement d'agir pour s'attaquer à cette problématique.

Chaudière-Appalaches accueillera 20 nouveaux médecins de famille

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches prévoit et souhaite l’arrivée de 20 nouveaux médecins sur son territoire au cours de la prochaine année.