Après avoir identifié les problématiques, les locataires et l’animatrice, se sont réunis pour proposer des solutions.

Depuis maintenant deux ans, les résidents de la Place Villemay, qui regroupe quatre immeubles à logements et plus de 80 locataires sur la rue Saint-Édouard, à Lévis, participent au projet de recherche Flash ton quartier – On se tient entre voisins, mené par l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Celui-ci s’inscrit dans la lutte contre les inégalités sociales de santé et a pour objectif la prise de contrôle des locataires sur leur milieu de vie.

S’amorcera au cours de la prochaine année l’ultime phase du projet, soit la mise en place de solutions concrètes, afin de remédier aux problématiques soulevées lors d’un travail de recherche préalable. Ces actions ont trait aux trois principaux axes d’intervention établis par les locataires-chercheurs eux-mêmes, soit l’intimité, la sécurité et la vie communautaire. 

Les solutions ont été pensées par les participants, qui ont préalablement procédé à la prise de photos des forces, mais aussi des faiblesses de leur environnement résidentiel. Ce n’est qu’après avoir évalué chacune des problématiques photographiées et participé à une discussion de groupe qu’ils ont déterminé la marche à suivre pour bonifier leur qualité de vie. «Ce sont eux qui sont experts de leur milieu et c’est à eux que revient la responsabilité de le prendre en charge et de prendre le pouvoir», a fait savoir l’animatrice du programme Flash à la Place Villemay, Stéphanie Wieder. 

Les changements à venir passent entre autres par la distribution de feuillets informatifs sur les organismes d’aide disponibles, l’ajout d’activités mises à la disposition des locataires dans les salles communes et la publication des règles de vie pour le respect de tous et chacun. Ces actions ont été votées lors d’un forum collectif organisé le 22 juin dernier. 

 Venir en aide

Instauré à Lévis, Montréal, Saint-Hyacinthe, Cowansville, Trois-Rivières et Gatineau, Flash ton quartier a été pensé par Janie Houle, psychologue communautaire et professeure au département de psychologie de l’UQAM. C’est en mettant de l’avant le savoir des personnes vivant dans les habitations à loyer modique (HLM) qu’elle a voulu améliorer leurs conditions de vie.  

«On essaie de travailler sur deux déterminants en particulier, soit le contrôle que les locataires peuvent exercer sur leur environnement résidentiel, ainsi que le capital social qu’ils sont en mesure de développer, c’est-à-dire tout le réseau de connaissances qu’ils peuvent mettre à profit pour réussir à atteindre leurs objectifs, a développé Dre Houle, jointe au téléphone. Le but est aussi d’offrir des occasions de prises de parole citoyenne. À travers cette implication, ils peuvent développer différentes habiletés, briser leur isolement et donc, être plus heureux.»

Un projet qui fait ses preuves 

Malgré qu’aucune action concrète n’ait encore été posée, les six résidents présents lors de l’entrevue ont manifesté avoir déjà remarqué les bienfaits du programme sur la cohésion sociale. «Moi, ça m’a fait du bien, parce qu’on sort plus dehors et on se parle davantage. Ça fait six ans que je suis ici et c’est la première année qu’on a une belle gang de même», a laissé entendre tout sourire Mélanie Laliberté, locataire de la Place Villemay. Même Vincent Bleyer et Jean-Guy Charest, nouvellement arrivés, ont noté le progrès.

En plus des répercussions directes sur le milieu de vie des occupants, cette participation au projet a été l’occasion pour l’Office municipal de l’habitation (OMH) de Lévis, gestionnaire des immeubles impliqués, de cibler les véritables besoins de sa clientèle. Selon Jérôme Métivier, directeur du service communautaire, cette initiative a incité le dialogue entre résidents, mais aussi entre l’OMH et les locataires. «C’est une invitation à tous les citoyens comme quoi, quand ils s’impliquent, ils ont le pouvoir d’améliorer leur condition», a-t-il conclut. 

Les plus lus

Les élections municipales minute par minute

C'est aujourd'hui que les Québécois sont appelés aux urnes afin de choisir leurs élus municipaux. Comme à son habitude, le Journal de Lévis vous propose une couverture de cette journée décisive minute par minute afin que vous puissiez connaître les derniers développements de la fin de la campagne à Lévis ainsi qu'à Saint-Anselme et Saint-Michel-de-Bellechasse.

Une exception qui vire au cauchemar

Charlotte (nom fictif) est l’une des Québécoises qui peut profiter de l’exemption de porter le masque dans les lieux publics, en raison de sa condition médicale. Depuis juillet 2020, ce droit s’est transformé en chemin de croix pour la Lévisienne qui fait face à plusieurs refus dans des commerces de la région.

Beaumont fêtera en grand en 2022

C’est en présence de plusieurs partenaires et d’élus de la région que le comité organisateur des fêtes du 350e anniversaire de Beaumont a dévoilé, le 3 novembre, la programmation et le logo des festivités qui se dérouleront l’an prochain dans la municipalité bellechassoise.

Le Club de golf Beaurivage s’animera pour la saison hivernale

Les nouveaux propriétaires du Club de golf Beaurivage lanceront cet hiver la première programmation hivernale du club de golf situé à Saint-Étienne-de-Lauzon. Au menu, sentiers de patin, de raquette ainsi que pistes de ski de fond.

Noyade à Breakeyville : un homme retrouvé dans sa piscine

Un homme de 54 ans à mobilité réduite a été retrouvé inanimé au fond de sa piscine samedi en fin d’après-midi, à Breakeyville.

Loïc Mathieu prépare un nouveau cadeau pour le CPSL

Après avoir réuni plus de 4 000 $ pour le Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) lors de la dernière Guignolée du Dr Julien, Loïc Mathieu récidive cet automne. Comme l’an dernier, l’adolescent lévisien récolte de nouveau des contenants consignés afin de supporter financièrement l’organisme basé dans le Vieux-Lévis.

Le Lab22 s’impliquera à l’École Marcelle-Mallet

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’action jeunesse, le gouvernement du Québec annonçait que le Secrétariat de la jeunesse du Québec investira 3 M$ sur trois ans pour soutenir la démarche du Lab22 qui vise à accompagner et soutenir les écoles dans leur transition écologique, le 22 octobre dernier. 19 écoles du Québec, dont l’École Marcelle-Mallet, ont été sélectionnées pour participer à ce...

Une première pelletée de terre pour le pavillon d’enseignement préclinique de la Chaudière-Appalaches

Les travaux de construction du nouveau pavillon d’enseignement préclinique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) sur le site de l’Hôtel-Dieu de Lévis ont été inaugurés, le 4 novembre dernier. Geneviève Guilbault, vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Danielle McCann, min...

10 ans pour la Maison de soins palliatifs du Littoral

En activité depuis le 11 novembre 2011, la Maison de soins palliatifs du littoral (MSPL) fêtera le 11 novembre prochain ses 10 ans. L’organisme, qui a pour mission d’accompagner les personnes en fin de vie, a réussi, lors de la dernière décennie, à aider aux alentours de 1 200 personnes et leur famille.

COVID-19 : Québec recule face à la vaccination obligatoire dans le réseau de la santé

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a annoncé, le 3 novembre, que le gouvernement du Québec reculera concernant sa décision d’imposer la vaccination obligatoire au personnel du réseau de la santé qui devait être en vigueur à compter du 15 novembre prochain. Cependant, M. Dubé a indiqué qu’«on passe de la vaccination obligatoire au dépistage obligatoire» puisque les emp...