Le Bunker de la science offre une expérience hors du commun pour les individus de tous les âges. CRÉDIT : JOËL LEBLANC

Situé à Lévis, tout près de la traverse Québec-Lévis, le Bunker de la science a pignon sur rue depuis juillet 2017. Le Bunker est une initiative des entrepreneurs Joël Leblanc et David Bertrand qui ont comme mission de rehausser la culture scientifique auprès des Québécois. Cette entreprise offre des immersions scientifiques pour les plus petits jusqu’aux plus grands.

Soudainement, on se retrouve dans un univers post-apocalyptique. La Terre a été dévastée par une Troisième Guerre mondiale expéditive et quasi inexplicable. Il ne reste que quelques humains sur la planète et les ressources sont de plus en plus limitées. On découvre le Bunker dans lequel des laboratoires de chimie et de physique clandestins se trouvent.

Et on doit s’assurer de développer des solutions pour survivre dans cet environnement hostile et désert avec les connaissances scientifiques que l’on possède. C’est cette expérience qui nous attend entre les murs du Bunker.

Joël Leblanc, cofondateur du Bunker, souhaitait aborder la science d’un œil différent.

«J’ai pour mon dire que l’enseignement des sciences se fait à l’école. Donc, ce n’est pas vraiment ce qu’on propose. C’est avant tout une aventure. Il y a suffisamment d’endroits où la science est plate, nous on a décidé de jouer la carte de la rendre trippante», a expliqué M. Leblanc.

Située sur la rue Saint-Laurent à Lévis, l’entreprise offre des services adaptés à toute sa clientèle, c’est-à-dire des scénarios pour les écoles primaires, d’autres pour les élèves du secondaire et la famille, des fêtes d’enfants, des soirées animées et même de la consolidation d’équipe.

Un concept unique

Ce concept difficilement comparable comprend deux scénarios permanents : le laboratoire de chimie et le laboratoire de physique. Les participants peuvent aussi prendre part à certaines missions spéciales offertes de façon temporaire. Si plusieurs ont tenté d’expliquer l’expérience qu’ils ont vécue là-bas, peu sont capables de comparer le concept.

«Les gens souvent tentent de nous comparer à des jeux d’évasions, on a quelques ressemblances, mais notre produit est assez unique, a affirmé le cofondateur. Le Cosmodôme à Laval est peut-être ce qui nous ressemble le plus, mais adapté à l’exploration spatiale.»

Selon l’entrepreneur, le besoin était présent et il n’était pas que «pour la région, c’était un besoin décelé dans la société». L’équipe avait des vues un peu plus petites au début du projet, mais la demande a explosé.

«D’abord, on voulait que ce soit destiné à des groupes scolaires du secondaire, mais on s’est rapidement rendu compte qu’il y avait une demande. Donc, on s’est adapté pour inviter le plus de gens possible à venir vivre l’expérience», a rappelé M. Leblanc.

À la quête d’un centre de la science

L’entreprise a des visées expansionnistes, elle souhaite établir un nouveau Bunker dans la région de Montréal dès l’année prochaine. De plus, l’équipe du Bunker voit l’entreprise continuer de croître à Lévis.

«On aimerait bien développer un bunker de la biologie ou de la biochimie d’ici l’année prochaine, on a l’espace pour le faire. Graduellement, on est en train de faire naître un centre de la science, c’est un peu ça notre rêve» a conclu l’entrepreneur.

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Le pire scénario se concrétise

FAITS DIVERS. Les recherches pour retrouver les sœurs Norah et Romy Carpentier se sont conclues tragiquement. Les policiers de la Sûreté du Québec ont retrouvé leurs corps inanimés dans un boisé de Saint-Apollinaire, le 11 juillet, vers midi. Cette découverte mettait ainsi un terme à l’alerte Amber lancée le 9 juillet et signifiait le début de la chasse à l’homme pour retrouver leur père, Martin C...

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Après une accalmie d'une semaine, les autorités sanitaires ont confirmé, jeudi, qu'un nouveau cas d'infection au coronavirus avait été constaté en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis.

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...