L’école de Quaqtaq où les élèves de Lévis logeront pendant leur voyage. CRÉDIT : COURTOISIE

À plus de 2 000 kilomètres d’ici, au nord du Québec, se trouve un petit village nommé Quaqtaq. Dans cette communauté inuite de quelques centaines d’habitants, 17 élèves et 2 enseignantes de l’école Guillaume-Couture de Lévis passeront une semaine, du 27 mars au 3 avril, et iront à la rencontre des habitants du Nunavik et de leur mode de vie.

C’est la taille de l’avion qui a déterminé le nombre de participants. Au total, enseignants et élèves seront 19 à s’envoler pour Quaqtaq dans le nord du Québec. Ce projet d’échange culturel est organisé chaque année depuis 7 ans dans le cadre du Programme d’éducation intermédiaire (PEI). Pendant tout le secondaire, ce cursus encourage l’ouverture sur le monde avec davantage de cours de langue, des projets interdisciplinaires et du bénévolat.

Ce voyage a été proposé aux 52 élèves de secondaire 2 qui se sont inscrits de façon volontaire, selon leur intérêt. Comme ils n’étaient que 13 à vouloir partir, le reste des places disponibles a été ouvert aux jeunes de secondaire 1. Quand le nombre de personnes intéressées dépassent le nombre de billets, les participants sont choisis en fonction de leur motivation et de leur tempérament face à l’aventure. 

«Aller passer une semaine dans une communauté différente, c’est un dépaysement et c’est quand même quelque chose de difficile. Donc, il faut avoir des élèves, pas nécessairement performant d’un point de vue académique, mais capables d’être autonomes et de se débrouiller par eux-mêmes», souligne l’enseignante d’espagnol et responsable de l’échange culturel, Dominique Ouzilleau.

Avant le départ, les élèves se retrouvent avec les deux enseignantes et accompagnatrices pour dix rencontres préparatoires au voyage. Présentation du village, préparation aux conditions météo afin d’être équipé de vêtements adaptés, les participants découvrent leur destination.

Faire tomber les préjugés

 Et ce sont les différences culturelles qui pourraient bien surprendre le plus les jeunes voyageurs. «On a regardé des capsules sur les préjugés face aux Autochtones. Qu’est-ce qui est vrai? Qu’est-ce qui n’est pas vrai? Qu’est-ce qu’on doit connaître de cette culture avant de partir?», questionne l’enseignante. 

Chaque élève de Lévis est jumelé avec un élève de Quaqtaq, son binôme. Avant de se rencontrer, les deux jeunes échangent par lettre afin de se présenter. Sur place, des activités sont organisées, pêche sur glace, promenade en traineau, en motoneige, observation des aurores boréales, initiation à la construction des igloos, confection de mitaine ou encore initiation à la langue locale, l’inuktitut.

En préparation du départ, le groupe passera une nuit dans le gymnase de leur école lévisienne, puisque c’est dans ce lieu qu’ils seront logés à Quaqtaq pour sept nuits.

«On va dormir tout le monde ensemble. Voir ce que ça implique. Tu n’as pas ton espace personnel, tu n’as pas ta douche, tu n’as pas ta toilette pour toi tout seul. On va vivre en petite communauté. Donc, leur faire prendre conscience de ça», annonce Dominique Ouzilleau.

Chaque soir, un temps de parole permettra aux élèves de partager leurs expériences ainsi que d’exprimer leurs craintes ou ce qu’ils auront aimé de leur journée ou moins apprécié. «Comment as-tu apprécié ton voyage? Qu’est-ce qui t’a le plus marqué? Quelle ouverture ça t’a apporté? Est-ce que tes préjugés sont moins grands?», ont prévu de demander aux élèves les enseignantes, une fois le groupe rentré à Lévis. Puis, ce sera au tour des jeunes de Quaqtaq de venir. 

De ses précédentes expériences Dominique Ouzilleau a appris que les élèves, quand ils reviennent, se disent : « Je suis don ben chanceux d’avoir tout ce que j’ai». Et, prennent conscience de tout ce qu’ils possèdent, livres, accès à Internet ou télévision.

«Ils se rendent compte que tu n’as pas nécessairement besoin de tout ça pour être heureux. Les Inuits et les Autochtones sont des peuples hyper souriants. Ça change beaucoup leur vision du monde», conclut-elle.

Les plus lus

Déferlante de bombes pour Sean Paul au Festivent

L’heure était aux retrouvailles vendredi soir, au Festivent, alors que le rappeur jamaïcain Sean Paul débarquait en ville pour une deuxième fois en cinq ans sur la scène Loto-Québec, après son spectacle en 2014. Le chanteur n’a pas lésiné pour rendre cette soirée mémorable.

Le Marché populaire mobile, une initiative solidaire

Depuis cinq étés déjà, l’organisme communautaire Le Filon a mis sur pied le Marché populaire mobile, un camion qui permet aux citoyens de bénéficier d’un «système alimentaire juste et équitable» et de fruits et légumes locaux à prix modiques.

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

La Ville en a assez des retards dans la collecte de déchets

Bien au fait des longs retards quant à la collecte de déchets domestiques sur son territoire, la Ville de Lévis a pris action en officialisant son mécontentement par voie de communiqué, le 16 août dernier. Jusqu’à maintenant le fournisseur responsable de la collecte, Sani-Terre Environnement, a reçu plus de 16 000 $ en amendes par la Ville.

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Le Festivent s’agrandit pour accueillir plus de monde

Le Festivent a dévoilé une nouvelle scénographie pour sa scène principale. Sur le deuxième site, la superficie d’accueil a été doublée. Le festival lévisien se tiendra du 31 juillet au 4 août.

Se payer un rêve de jeunesse pour une bonne cause

Le Pro-Am Gagné-Bergeron est cette joute de hockey où une vingtaine de joueurs amateurs auront l’opportunité de partager la glace avec une vingtaine de joueurs professionnels afin d’amasser des fonds pour Le Pignon Bleu, Leucan, la Fondation Philippe Boucher, la Fondation Maurice Tanguay et la Fondation Simple Plan. L’événement se déroulera au Centre Vidéotron, à Québec, le 8 août prochain. Joël A...

Lévis obtient le financement pour son transport collectif

Le projet de transport collectif de Lévis ira de l’avant avec l’octroi du financement pour sa réalisation par les gouvernements canadien et québécois. À terme, 4,5 km de voies seront aménagés sur le boulevard Guillaume-Couture.