Le Relais pour la vie de Lévis se tiendra le 1er juin. L’objectif de l’organisation est de récolter 210 000 $ d’ici là.

Organisée par la Société canadienne du cancer, la 14e édition du Relais pour la vie de Lévis aura lieu au Stade Georges-Maranda, dans la nuit du 1er au 2 juin prochains. L’organisation souhaite attirer au moins 70 équipes à participer à l’événement et amasser 210 000 $ pour la recherche médicale entourant ce fléau.

Cet événement est devenu une tradition pour des participantes comme celles qui ont le titre de porteuses d’espoir, dont Kathy Côté, Lise Tremblay et Josée Paradis. Ces trois femmes combattent ou ont combattu le cancer à un moment dans leur vie. Au cours des prochains mois, elles innoveront pour amasser des dons pour leur équipe respective et elles sont confiantes qu’elles pourront compter sur le support de leurs proches.

«Les gens embarquent parce que ça touche tout le monde. Je ne connais presque personne qui n’a jamais été touché par cette maladie», explique Mme Paradis. «Chaque année, on dépasse notre objectif. On fait beaucoup d’activités en famille», ajoute Lise Tremblay. Qu’elles passent par des encans silencieux, des dîners hot-dog, de la vente de produits artisanaux ou de la sollicitation pour des dons en ligne, tous les moyens sont bons pour une cause aussi importante à leurs yeux.

Ces femmes ont marché, marchent et marcheront pour ceux qui ont souffert, souffrent ou souffriront de la maladie. «C’est rassembleur de marcher. On se rend compte qu’on n’est pas tout seul dans la maladie, on le sait toujours qu’il y en a d’autres, mais là c’est concret. C’est très positif comme moment», exprime Mme Côté.

Un impact marqué

Cet événement brise l’isolement, permet des avancés en ce qui concerne la recherche médicale afin de vaincre la maladie et rapproche les participants. «Je dis toujours que c’est grâce à la recherche que je suis en vie. Quand je suis arrivée à l’hôpital avec la maladie, le médecin m’a dit que si j’étais arrivée il y a 10 ans, j’aurais eu 50 % de chances de m’en sortir, mais grâce à la recherche, j’avais 99 % de chances de sur- vivre», souligne Josée Paradis qui participe depuis plusieurs années au Relais pour la vie.

Selon les porteuses d’espoir du Relais, avoir le cancer ou connaître un proche qui souffre du cancer est le défi d’une vie. «C’est une maladie qu’on ne peut pas accepter, mais on apprend à vivre avec. On ne peut pas accepter de voir quelqu’un qu’on aime souffrir de la maladie», affirme Mme Tremblay. Par contre, elles ajoutent que de belles choses peuvent en sortir au bout du compte. «Ça solidifie des amitiés, ça tisse beaucoup de liens. La maladie ça rapproche», soutient Kathy Côté.

Cette marche démontre qu’elles sont prêtes à avancer et qu’elles ne permettront jamais à la maladie de prendre le dessus. «Quand tu as le diagnostic, tu as deux choix : baisser les bras ou mettre tes gants de boxe et te battre!», lance Mme Côté.

Lorsqu’on leur demande de choisir la meilleure réponse à répondre aux gens qui hésitent à donner, elles s’entendent sur la même. «Et si c’était toi? La vie mérite d’être vécue pleinement!»

Pour plus d’information, inscrire une équipe au Relais pour la vie ou faire un don en ligne, vous pouvez consulter le www.relaispourlavie.ca.

Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Un saut dangereux au parc des Chutes-de-la-Chaudière

Malgré la dangerosité de ce qu'il qualifie de «cascade», qui aurait pu entraîner de graves blessures voire la mort, un jeune homme s’est filmé en train de sauter de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière. Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) met en garde toute personne tentée de reproduire ce saut qui met la vie de son auteur en péril.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.