Photo 1 : Nellie Carrier espère tourner son film au plus tard l’été 2020. CRÉDIT:EVEDUFAUD- Photo 2 : La jeune cinéaste de 27 ans tournera son deuxième court-métrage après Néant. CRÉDIT: SAMUELBOISVERT

Ancienne étudiante en cinéma au Cégep de Lévis-Lauzon qui a fait sa place dans le monde de la production cinématographique, Nellie Carrier a remporté un prix de 100 000 $ à un concours de scénario. Son court-métrage Boulevard 132 sera tourné à Lévis.

Dans les rues de Lévis, une fillette de 8 ans. Josette a décidé de refaire sa vie. Sa tante vient de mourir, elle s’est lancée dans le fleuve avec sa vieille Buick. Du haut de ses trois pieds et quart, l’enfant fuit une famille dysfonctionnelle. Mais pour quelle destination? Sur sa route, elle croisera la solitaire Michèle, une camionneuse dans la soixantaine.

Ce film décalé raconte les aventures d’une enfant qui pose sur le monde un regard lucide et cru, parfois dur, teinté de la naïveté de la jeunesse. La voix narratrice, qui n’a pas la langue dans sa poche, déroule le fil du récit et entraîne le spectateur placé à sa hauteur. 

«On est plongé dans la vision de cette enfant. Ça frôle parfois l’imaginaire. C’est une histoire de femmes et de filiation entre femmes. D’ailleurs, le film est quasiment féminin à 100 %. Il se demande comment on peut trouver des modèles dans la vie, dans notre famille ou ailleurs, qui nous permettent de grandir et de trouver de l’espoir», présente son auteur. 

Le scénario écrit par Nellie Carrier s’intitule Boulevard 132. Douze pages qui racontent l’histoire de Josette et qui ont valu à la jeune cinéaste de 27 ans de repartir du festival international du court-métrage de Saguenay avec le Grand prix de 100 000 $, décerné au meilleur scénariste de la relève dans le cadre d’un concours de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC). 

Pour tourner la quinzaine de minutes que durera cette comédie dramatique, 50 000 à 75 000 $ supplémentaires seront nécessaires. Mais ce financement inattendu a fait passer sans délai l’idée de Nellie Carrier à l’étape de la production. Son projet pourra ainsi être réalisé à la fin de l’été prochain ou le suivant selon la progression accomplie au cours des prochains mois. 

Six à sept jours de tournage

C’est à Lévis que la jeune réalisatrice prévoit de démarrer le tournage qui durera entre six et sept jours. «Ça me fait tellement plaisir de venir faire ce film à Lévis. J’en rêve depuis longtemps. Retourner dans mon patelin pour tourner, c’est fabuleux. Encore plus avec cette histoire, car elle me tient à cœur», se réjouit-elle. Nellie Carrier fera appel à des habitants de Lévis qui auront des rôles de figurants dans son film. Elle espère tourner des scènes au chantier maritime et pourrait demander à des ouvriers de participer.

Pour celle qui a passé ses années de primaire à l’École Saint-Joseph, les lieux sont familiers. «Tout autour, le quartier de la Davie, c’est là où j’allais jouer quand j’étais jeune. C’est un quartier que je connais bien et qui, cinématographiquement, est chouette. On ne l’a jamais vu ou presque jamais dans un film. Je pense que le seul film qui a été tourné à Lévis, c’est Diego Star», souligne la réalisatrice. 

Nellie Carrier a installé son histoire dans les années 1990, parce qu’elle en aime l’esthétique et que les souvenirs de cette époque lui restent en mémoire aujourd’hui encore. 

Dans son film, elle s’inspire de ce qu’elle était plus jeune. De sa mère aussi. «Ce désir de voir le monde, de le découvrir et d’être indépendante. On porte ça toutes les deux, la curiosité pour la vie. C’est un mélange de nous deux.»

Écrit à l’automne dernier, le scénario a puisé dans des flashs, des idées et des personnages qui habitaient la cinéaste depuis longtemps, avant même que l’histoire prenne forme. 

Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Un saut dangereux au parc des Chutes-de-la-Chaudière

Malgré la dangerosité de ce qu'il qualifie de «cascade», qui aurait pu entraîner de graves blessures voire la mort, un jeune homme s’est filmé en train de sauter de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière. Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) met en garde toute personne tentée de reproduire ce saut qui met la vie de son auteur en péril.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.