Geneviève Dumont et Manon Bélanger enseignent ensemble dans une classe de 48 élèves à l’École Notre-Dame-d’Etchemin à Saint-Romuald. CRÉDIT : FRANCIS MARTEL - COLLABORATION SPÉCIALE

Alors que la tendance est plutôt de tenter de diminuer le nombre d’élèves par classe, deux enseignantes de l’École Notre-Dame-d’Etchemin de Saint-Romuald ont fait le pari de former un seul groupe de 48 étudiants.

Par Francis Martel - Collaboration spéciale

Et s’il faut en croire leur témoignage, la formule fonctionne.

«Il y a vraiment plusieurs avantages. Les enfants ne sont jamais seuls. Dans un groupe régulier, lorsqu’il y a un conflit à régler ou un élève qui ne va pas bien, on doit sortir de la classe et on n’est jamais certain que le groupe continue à bien travailler pendant ce temps-là. Là, maintenant, je n’ai qu’à faire un signe discret à ma collègue et elle continue à les faire travailler», donne en exemple Geneviève Dumont, coenseignante en 5e année avec Manon Bélanger.

Mme Bélanger y voit également un gros avantage au niveau de la gestion de classe.

«S’il y en a une qui est en animation, l’autre est en soutien, on peut intervenir s’il y a des comportements dérangeants. […] Aussi, si on voit qu’il y en a un qui ne suit pas du tout, on peut aller faire un petit coucou et donner un petit coup de main pendant que le cours se poursuit en avant», renchérit-elle.

En début d’année, elles admettent que les interventions étaient plus régulières, mais avec le temps, les élèves se sont adaptés de belle façon. 

Grande complicité

 Les deux enseignantes sont conscientes que leur grande complicité fait partie des éléments clés de la réussite d’une telle formule.

«On sait qu’il y a des collègues en coenseignement qui se séparent des matières. Manon et moi, ça ne nous tentait pas. Nous y allons au feeling chaque jour. Parfois, je pars le matin et je suis prête à enseigner les mathématiques. Pendant ce temps-là, Manon prend le soutien», confie Mme Dumont.

«Vraiment, ça coule tout seul, d’où l’importance d’avoir une grande complicité», ajoute Mme Bélanger.

Il faut dire qu’elles vivent jusqu’à un certain point une situation qui se rapproche d’une vie de couple.   

«On avait des affinités personnelles. On est devenue amies avant de se lancer dans ce projet-là. C’est important parce qu’on rentre beaucoup dans l’intimité de l’autre. Au quotidien, j’enseigne devant elle. Je discipline mes élèves devant elle. On fait tout l’une devant l’autre», fait remarquer Mme Dumont.

Les deux collègues insistent d’ailleurs pour dire qu’elles n’auraient pas «embarqué dans ce projet avec n’importe qui». 

L’adhésion des parents

 Au départ, elles ne cachent pas que certains parents étaient réticents. Ils craignaient que les besoins particuliers de leur enfant, ayant par exemple un déficit d’attention, ne soient pas bien répondu.

«Finalement, on a eu de beaux commentaires. On a déjà deux bulletins de passé. On a fait des rencontres de parents et plusieurs sont impressionnés de la façon dont ça se déroule. Même certains élèves ont eu de grosses améliorations. Parce qu’un élève qui a besoin de plus de soutien est à la bonne place. Il y a toujours une des deux qui va être disponible pour donner un coup de main», soutient Mme Bélanger.

Pour le moment, il s’agit de l’unique classe en coenseignement à cette école de Saint-Romuald. Devant l’expérience positive de cette année, elles ont l’intention de récidiver l’an prochain.

Les plus lus

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Un nouveau salon consacré au mieux-être à Lévis

Lévis sera l’hôte d’un nouvel événement dédié à l’épanouissement personnel, à l’art de vivre, au mieux-être, à la spiritualité, à la voyance et aux émotions. En effet, la première édition du Salon Santé, Bonheur et Abondance se tiendra du 6 au 8 septembre au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le marché immobilier grouille à Lévis

Les récentes statistiques du marché immobilier résidentiel viennent d’être dévoilées par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). Selon ces données, Lévis a vu ses ventes bondir dans le second trimestre de l’année en cours, mais les prix sont restés somme toute stables.

Le maire de Lévis exige des excuses d'Alexandre Turgeon

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a demandé, le 11 septembre, que le directeur général et vice-président exécutif du Conseil régional de l'environnement (CRE) de la Capitale-Nationale, Alexandre Turgeon, présente des excuses officielles à la population lévisienne pour des propos qu'il a tenus dans un article du Journal de Québec.

Nouveaux retards dans la collecte des déchets : la Ville met en place une série de mesures

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 6 septembre, qu'elle mettait en place des «mesures concrètes» afin d'aider les citoyens qui font face à de nouveaux retards pour la collecte des déchets.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

La Ville en a assez des retards dans la collecte de déchets

Bien au fait des longs retards quant à la collecte de déchets domestiques sur son territoire, la Ville de Lévis a pris action en officialisant son mécontentement par voie de communiqué, le 16 août dernier. Jusqu’à maintenant le fournisseur responsable de la collecte, Sani-Terre Environnement, a reçu plus de 16 000 $ en amendes par la Ville.

9 M$ investis pour le logement abordable à Lévis

À Saint-Romuald, 84 unités de logements réparties dans 9 bâtiments ont été achetées au secteur privé par un organisme à but non lucratif et rénovées afin d’être louées à des familles au revenu plus modeste.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.