Une équipe de chercheurs dirigée par Lily Lessard, professeure en sciences infirmières à l’UQAR campus Lévis, fait partie de l’un des dix projets subventionnés par Santé Canada.

En partenariat avec le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches ainsi que le Centre de recherche du CISSS de Chaudière-Appalaches, le campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) a reçu une subvention de 300 000 $ de Santé Canada afin de réaliser un projet de recherche sur les impacts des événements climatiques extrêmes sur la santé mentale et le bien-être.

Lily Lessard, professeure en sciences infirmières au campus de Lévis de l’UQAR, dirigera la recherche qui s’étalera sur un horizon de trois ans. La recherche se concentre sur les impacts psychologiques que les inondations et les vagues de chaleur extrême peuvent avoir sur une communauté.

«On s’intéresse aux impacts au moment des événements, mais aussi après ceux-ci. On cherche une façon de les prévenir», explique Lily Lessard.

Au bout du compte, les chercheurs souhaiteraient développer un plan d’action pour la région de la Chaudière-Appalaches qui sera au cœur de la recherche.

«L’objectif, c’est de créer un meilleur arrimage entre la communauté, la mobilisation, les services qui sont offerts et comment on peut se préparer puisque ces phénomènes naturels risquent de s’accroître en intensité et en quantité dans le futur dans un contexte de changements climatiques», ajoute la chercheure du campus de Lévis.

Selon les chercheurs du projet, les inondations sur le territoire au printemps dernier sont un «malheureux» exemple du défi et des impacts qu’une telle catastrophe peut engendrer auprès d’une communauté.

«Après ce genre d’événements, au niveau de la santé mentale, on a une deuxième vague qui vient frapper. C’est là qu’on peut être à risque de dépression, de stress post-traumatique et d’anxiété», souligne Mme Lessard. La recherche servira à créer un «filet de sécurité pour les communautés» dans le futur.

Chaudière-Appalaches, un territoire à risque

 Le territoire de la Chaudière-Appalaches est historiquement connu pour ses fréquentes inondations, un peu moins pour ses vagues de chaleur extrême, mais ce phénomène pourrait devenir de plus en plus fréquent, selon les chercheurs.

«C’est intéressant d’avoir l’opportunité d’étudier un territoire précis, on peut vraiment affiner les échelles d’analyse et la diversité. D’y ajouter l’aspect de la santé mentale est un nouveau défi intéressant», exprime Nathalie Barrette, cochercheure de l’Université Laval pour le projet et climatologue de formation.

Selon Mme Barrette, malgré l’échantillonnage local, la recherche pourrait rayonner à travers le Canada. Ainsi, d’autres régions ou provinces pourront utiliser cette étude pour adapter leur «assiette de services» en cas d’inondations et de vagues de chaleur extrême.

Afin de donner un aspect plus large au projet, le CISSS du Bas-Saint-Laurent s’est affilié au projet. Celui-ci permettra d’amener les chercheurs à se pencher sur des phénomènes et des réalités qui sont moins familiers à la Chaudière-Appalaches.

Une recherche qui se démarque

Cette recherche est l’un des dix projets choisis par Santé Canada à travers le pays. De plus, elle est la seule concernant la santé mentale. C’est pourquoi les chercheurs croient que c’est une opportunité d’offrir des solutions à la région de la Chaudière-Appalaches, mais aussi de les offrir au Québec et même au Canada.

Cette subvention de 300 000 $ accordée par Santé Canada permettra l’embauche de chercheurs et de professionnels dans le domaine, «des professionnels de qualité», assure Mme Barrette.

Au cours des trois prochaines années, les chercheurs du projet n’écartent pas l’idée de sonder les citoyens du territoire pour les inviter à participer au projet en partageant leurs expériences en ce qui concerne les événements climatiques extrêmes qu’ils auraient pu vivre en Chaudière-Appalaches.

Les plus lus

Un champ d’avoine à la maison

René Gélinas réside à Saint-Nicolas. Au printemps, il a fait la semence d’avoine devant son domicile. On peut maintenant y retrouver une parcelle de champ doré dont il en fera la récolte en septembre.

L'urgence du Centre Paul-Gilbert rouvrira dimanche

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé, le 7 septembre, que l'urgence ambulatoire du Centre Paul-Gilbert de Charny reprendra ses activités habituelles à compter du 12 septembre prochain.

Un jeune cycliste happé par une voiture à Saint-Nicolas

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) est intervenu le 10 septembre au soir après avoir reçu un appel concernant une collision entre un cycliste et une voiture dans le secteur Saint-Nicolas. Le jeune cycliste de 17 ans a été transporté à l’hôpital puisqu’il était dans un «état critique».

Chronique historique - Une publication centenaire

Ce n’est pas tous les jours qu’une publication franchit le cap des 100 ans. C’est pourtant ce qui se passe cette année pour L’Écho du Collège de Lévis, périodique intergénérationnel qui permet d’entretenir un contact avec les anciens et anciennes du Collège depuis un siècle.

COVID-19 : la quatrième vague commence à prendre de l'ampleur dans la région

Selon le bilan régional sur l'évolution de la pandémie publié mardi par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), des augmentations de plusieurs indicateurs, dont le nombre de nouveaux cas et le nombre de cas actifs, ont été enregistrées au cours des huit derniers jours.

La «colonne vertébrale» du circuit cyclable lévisien annoncé officiellement

Lors d’un point de presse, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a cnofirmé que la nouvelle piste cyclable multifonctionnelle qui longera le boulevard Guillaume-Couture sur une distance d’un peu plus de 14 km entre le Cégep de Lévis et la tête des ponts deviendra réalité. En 2022, une première phase de 4,8 km sera réalisée.

Le centre sportif du campus de Lévis de l’UQAR inauguré

C’est le 31 août qu’a eu lieu l’inauguration du centre sportif du campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) par le recteur de l’UQAR, François Deschênes, accompagné de la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et du président de l’Association générale des étudiantes et des étudiant...

Vers une grève dans certains CPE de la région?

Réunies en assemblée générale le 1er septembre, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs des CPE de Québec–Chaudière-Appalaches–CSN ont voté à «forte majorité» en faveur d’un mandat de grève de dix jours à utiliser au moment jugé opportun.

COVID-19 : nouvel appel à la vaccination par les autorités

Le premier ministre du Québec, François Legault, le ministre de la Santé de la province, Christian Dubé, et le directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, ont fait le point sur la situation sanitaire de la province, le 7 septembre dernier. Si M. Legault a indiqué que les Québécois devront «apprendre à vivre avec le virus», il a demandé une nouvelle fois à ses concitoyens non vaccinés ...

Un premier parc canin dans l’est de la ville

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a inauguré le 24 août, accompagné de Stephen Boutin président du Groupe CSB et des élus municipaux, le second parc canin lévisien. Celui-ci est situé à l’est de la ville dans le nouveau quartier UMANO, à l’arrière du campus de l’UQAR à Lévis.