Une équipe de chercheurs dirigée par Lily Lessard, professeure en sciences infirmières à l’UQAR campus Lévis, fait partie de l’un des dix projets subventionnés par Santé Canada.

En partenariat avec le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches ainsi que le Centre de recherche du CISSS de Chaudière-Appalaches, le campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) a reçu une subvention de 300 000 $ de Santé Canada afin de réaliser un projet de recherche sur les impacts des événements climatiques extrêmes sur la santé mentale et le bien-être.

Lily Lessard, professeure en sciences infirmières au campus de Lévis de l’UQAR, dirigera la recherche qui s’étalera sur un horizon de trois ans. La recherche se concentre sur les impacts psychologiques que les inondations et les vagues de chaleur extrême peuvent avoir sur une communauté.

«On s’intéresse aux impacts au moment des événements, mais aussi après ceux-ci. On cherche une façon de les prévenir», explique Lily Lessard.

Au bout du compte, les chercheurs souhaiteraient développer un plan d’action pour la région de la Chaudière-Appalaches qui sera au cœur de la recherche.

«L’objectif, c’est de créer un meilleur arrimage entre la communauté, la mobilisation, les services qui sont offerts et comment on peut se préparer puisque ces phénomènes naturels risquent de s’accroître en intensité et en quantité dans le futur dans un contexte de changements climatiques», ajoute la chercheure du campus de Lévis.

Selon les chercheurs du projet, les inondations sur le territoire au printemps dernier sont un «malheureux» exemple du défi et des impacts qu’une telle catastrophe peut engendrer auprès d’une communauté.

«Après ce genre d’événements, au niveau de la santé mentale, on a une deuxième vague qui vient frapper. C’est là qu’on peut être à risque de dépression, de stress post-traumatique et d’anxiété», souligne Mme Lessard. La recherche servira à créer un «filet de sécurité pour les communautés» dans le futur.

Chaudière-Appalaches, un territoire à risque

 Le territoire de la Chaudière-Appalaches est historiquement connu pour ses fréquentes inondations, un peu moins pour ses vagues de chaleur extrême, mais ce phénomène pourrait devenir de plus en plus fréquent, selon les chercheurs.

«C’est intéressant d’avoir l’opportunité d’étudier un territoire précis, on peut vraiment affiner les échelles d’analyse et la diversité. D’y ajouter l’aspect de la santé mentale est un nouveau défi intéressant», exprime Nathalie Barrette, cochercheure de l’Université Laval pour le projet et climatologue de formation.

Selon Mme Barrette, malgré l’échantillonnage local, la recherche pourrait rayonner à travers le Canada. Ainsi, d’autres régions ou provinces pourront utiliser cette étude pour adapter leur «assiette de services» en cas d’inondations et de vagues de chaleur extrême.

Afin de donner un aspect plus large au projet, le CISSS du Bas-Saint-Laurent s’est affilié au projet. Celui-ci permettra d’amener les chercheurs à se pencher sur des phénomènes et des réalités qui sont moins familiers à la Chaudière-Appalaches.

Une recherche qui se démarque

Cette recherche est l’un des dix projets choisis par Santé Canada à travers le pays. De plus, elle est la seule concernant la santé mentale. C’est pourquoi les chercheurs croient que c’est une opportunité d’offrir des solutions à la région de la Chaudière-Appalaches, mais aussi de les offrir au Québec et même au Canada.

Cette subvention de 300 000 $ accordée par Santé Canada permettra l’embauche de chercheurs et de professionnels dans le domaine, «des professionnels de qualité», assure Mme Barrette.

Au cours des trois prochaines années, les chercheurs du projet n’écartent pas l’idée de sonder les citoyens du territoire pour les inviter à participer au projet en partageant leurs expériences en ce qui concerne les événements climatiques extrêmes qu’ils auraient pu vivre en Chaudière-Appalaches.

Les plus lus

Lévis en vedette au gala télévisé Célébration

Deux Lévisiens, Jacques Mathault et Cédric Bilodeau, participeront au gala Célébration 2020 de Loto-Québec, télédiffusé le dimanche 12 janvier à compter de 20h30 sur les ondes de TVA. La troupe de danse lévisienne DM Nation font aussi partie des artistes en vedette lors du gala. ·

Conquérants des glaces : la passion du risque

Le 10 janvier prochain débutera la série de huit épisodes Conquérants des glaces sur les ondes de Historia. Cette série documentaire, qui met en lumière le sport du canot à glace, offrira les images de sept courses de canot à glace, dont celle du Carnaval de Québec et du Grand Défi, qui se déroulent sur le fleuve Saint-Laurent entre Québec et Lévis.

Le Complexe aquatique multifonctionnel enfin inauguré

Après plus d’une trentaine d’années de discussions, d’attente et d’élaboration, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, accompagné des représentants des gouvernements provincial et fédéral ainsi que des conseillers municipaux, a procédé à l’inauguration de cette infrastructure située dans le secteur Saint-Nicolas dont la conception représente un investissement de 35,5 M$.

Un camarade à quatre pattes à l’École de Taniata

Les élèves de l’établissement d’enseignement primaire de Saint-Jean-Chrysostome accueillent dans leur classe depuis quelques semaines le chien Mira Padmé. Le compagnon poilu apporte une présence rassurante et apaisante aux jeunes.

Stratégie nationale de construction navale : le Bloc déçu des mois d'attente pour la Davie

Si le Bloc québécois salue que Chantier Davie a été présélectionné avant les Fêtes pour devenir le troisième chantier partenaire dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale (SNCN), le parti a déploré, le 7 janvier, les mois d'attente provoqués par l'étape de demande de propositions et d’évaluation avant que l'entreprise lévisienne obtienne des contrats dans le cadre de ce progra...

Le LPU : un succès sur toute la ligne à Lévis

Le laissez-passer universel (LPU) de l’Université Laval n’a engendré que du positif pour la Société de transport de Lévis (STLévis) depuis son implantation à l’automne dernier. En effet, la STLévis a enregistré une augmentation de 40 % de l’achalandage étudiant destiné à l’Université Laval.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 31 décembre

Cette semaine, je poursuis mes souhaits aux personnalités de la région. Je profite de l’occasion pour vous souhaiter, mes chers lecteurs, une bonne année 2020!

Une équipe de canot à glace se crée dans le secteur de la Traverse

L’équipe de canot à glace Café Bonté Divine et Ras L’Bock débutera sa toute première saison lors de la Course de la banquise de Portneuf, le 18 janvier prochain. L’équipe lancera également sa saison au Café Bonté Divine dans le secteur de la Traverse, le 12 janvier.

Saint-Vallier : La Mauve en danger

La coopérative La Mauve de Saint-Vallier, qui se spécialise dans la transformation et la distribution de produits bio et locaux, notamment à Lévis, vit des moments difficiles.

Flavie, bébé de l’année à l’Hôtel-Dieu de Lévis

Le premier bébé de l’année 2020 à l’Hôtel-Dieu de Lévis est une Lévisienne. Flavie, fille d’Angélique Chénier et de David Hété, est la première enfant à avoir pointé le bout de son nez à l’unité mère-enfant de l’hôpital lévisien le 1er janvier.