Première photo : La directrice de Regart a pris une pause dans ses fonctions (CRÉDIT : ÉMILIE DUMAIS). Deuxième photo : Patricia Nadeau CRÉDIT : COURTOISIE).

La directrice générale et artistique du centre d’artistes en art actuel Regart s’est envolée à Berlin, où elle sera en résidence artistique pendant un an. L’opportunité de se consacrer à sa pratique artistique et développer de nouveaux projets.

Depuis le 1er août, Amélie Laurence Fortin a confié les clés de Regart à une nouvelle directrice générale par intérim. À la tête du centre d’art lévisien, celle qui mène en parallèle une carrière artistique prend une pause dans ses fonctions. Elle va passer un an et demi à Berlin dans le cadre d’une résidence du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) de douze mois.

Après la joaillière lévisienne et membre du conseil d’administration de Regart, Catherine Sheedy, l’an passé, c’est la deuxième fois qu’une artiste du territoire est sélectionnée pour partir créer à l’étranger. «C’est vraiment rare que des supers résidences, qui sont prestigieuses, apparaissent dans la même région. Il y a un focus sur la grande région Québec-Chaudière-Appalaches. Il se passe quelque chose», observe Amélie Laurence Fortin qui cumule déjà cinq années à Regart. 

«Je m’associe beaucoup au territoire de Chaudière-Appalaches, même si mon appartement est à Québec. Je me considère comme une personne de Lévis. Mes parents sont à Lévis, mon travail, ma vie. Quand je fais des demandes, j’écris de Lévis», partage-t-elle.

Même si la résidence dans la capitale allemande, sa ville «préférée», ne débutera que le 1er janvier prochain, l’artiste a devancé son départ de six mois afin de prendre ses repères et faire de la prospection en amont. «J’ai de la difficulté à me trouver dans un nouveau lieu et m’adapter rapidement. Ça me prend beaucoup de temps, parce que je fais de la cartographie. J’explore en cercles concentriques, de plus en plus larges.»

Des concepts scientifiques cachés

Bien loin du «divertissement», comme elle l’avoue, Amélie Laurence Fortin «rentre dans des obsessions» et va jusqu’au bout. Celle qui travaille maintenant sur la gravité a toujours des concepts scientifiques cachés derrière ses propositions. L’art et la science ne sont finalement pour elle que deux façons d’observer les mêmes phénomènes.

«Faire de l’art me permet d’acquérir des connaissances. Je travaille avec des phénomènes que je ne comprends pas tout à fait. Je les expérimente jusqu’à ce que je les comprenne vraiment bien. C’est comme si j’étais en train de faire la physique du cégep», explique-t-elle.

L’artiste s’intéresse aux éléments de la nature ou à des objets mécaniques, les augmente et les transforme afin d’en révéler la dimension sublime, sans laisser paraître l’aspect technique pour autant. 

«La façon dont je fais de l’art, c’est sur la résolution de problèmes. Donc, j’ai un problème que je ne sais pas comment résoudre et j’essaie d’arriver à sa finalité, illustre Amélie Laurence Fortin. Je fais des objets clairs. Je travaille avec la visibilité et le poids, donc, la gravité. La mise en espace est aussi importante que la recherche. C’est là que je crée quand j’installe les œuvres.»

Explorer les rêves

À Berlin, l’artiste explorera le rêve, dans l’un des trois projets qu’elle prévoit développer. Vie rêvée ou songes du sommeil, elle travaillera à partir de ses rêves et ceux de l’astrophysicienne, Gabrielle Simard, qui a la particularité de ne rêver que de formes géométriques, avec qui elle collabore. La scientifique est impliquée dans le mouvement STEAM, Science Technology Engineering Art and Mathematics, qui relie les arts et la science afin de créer des projets hybrides.

«Le monde invisible, le monde du rêve, c’est chargé de lyrisme. Je remplis des formes géométriques de lyrisme et, elle, c’est l’inverse. Elle a un monde très géométrique et elle veut que sa vie soit lyrique. On est dans une opposition, qui fait qu’on a envie de se parler», raconte Amélie Laurence Fortin.

Ensemble, elles essaieront de trouver une façon de travailler sans s’instrumentaliser l’une et l’autre. «Je travaille avec beaucoup de scientifiques, mais en général, je vais chercher leurs connaissances et je les ramène dans mon domaine. Il y a une entente cordiale et tacite. Mais je ne leur transfère pas mon domaine.»

Écriture ou dessin, la forme finale reste à déterminer, tant que tout se passe «dans le consentement» entre les deux partenaires qui se trouvent au début de leurs recherches.

Patricia Nadeau assure l’intérim

Depuis le début du mois d’août, Patricia Nadeau a pris ses fonctions au poste de directrice générale par intérim, puisqu’Amélie Laurence Fortin est en congé sabatique d’un an et demi, le temps d’une résidence à Berlin. Récemment retraitée du Conseil des arts et des lettres du Québec, où Patricia Nadeau a agi en tant que chargée de programmes pendant plus de 20 ans, elle est reconnue pour son dynamisme et sa détermination.

Les plus lus

Le projet immobilier du Groupe Dallaire au centre de Lévis lancé

Par voie de communiqué, le Groupe Dallaire a annoncé, le 28 avril, le lancement de la première phase de son ensemble résidentiel entre Charny et Saint-Jean-Chrysostome, le Quartier des Pionniers.

COVID-19 : la clinique de dépistage de Lévis déménage au centre-ville

La clinique de dépistage de la COVID-19 de Lévis déménagera ses pénates cette semaine. Dès mercredi, elle sera désormais située dans les anciens locaux de Bingo Rive-Sud, dans la suite 180 du 50, route du Président-Kennedy (Place Lévis).

Les résidents du quartier de l’Aquifère mécontents

Face au développement immobilier, le Quartier Élévation, à Saint-Nicolas, les résidents de la rue de l’Aquifère et des voies alentours se mobilisent pour que le projet de 6 immeubles de 6 à 14 étages soit revu afin de mieux s’intégrer à ce secteur unifamilial.

La vaccination élargie à deux nouveaux groupes prioritaires en Chaudière-Appalaches

Depuis aujourd'hui la vaccination est élargie aux travailleurs essentiels de milieux à risque important d’éclosion et à certaines personnes ayant une maladie chronique.

Personne n’est invincible face à la COVID-19

Les dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour Sébastien Duclos et sa famille. Ils se remettent tous de la COVID-19 qu’ils auraient contractée, croit-il, au début du mois d’avril, peu avant Pâques. Après avoir vécu les «12 pires jours» de sa vie, il a lancé un cri du cœur sur les médias sociaux implorant ses proches de ne pas «baisser la garde» face au virus et de respecter les normes san...

Transformer sa mort en nouvelle vie pour d’autres personnes

Si Françoise Leblond nous a quittés en mai 2019, sa générosité continue de faire une différence dans notre société. Après avoir eu recours à l’aide médicale à mourir (AMM), l’infirmière auxiliaire lévisienne a fait don de ses poumons, de ses reins et de son foie.

Fin des mesures d’urgence à Lévis et retour au palier rouge

À partir du 10 mai, les mesures spéciales d’urgence seront levées en dans la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, sauf dans trois MRC : Beauce-Sartigan, Robert-Cliche et des Etchemins. Toutes les écoles primaires de Chaudière-Appalaches pourront rouvrir dès cette date.

Le conseil municipal se penche sur l’avenir de l’ancien hôtel Victoria

Lors d’une séance extraordinaire de l’instance le 3 mai, les membres du conseil de municipal de Lévis ont entendu les appels déposés à la suite de la décision rendue par le comité de démolition dans le dossier de l’ancien hôtel Victoria. Deux groupes ont alors pu faire valoir leurs arguments, quelques mois après que le comité de démolition a refusé la demande de démolition déposée par le propriéta...

Chronique historique - Le méconnu Fort de Beaumont

Élément à part entière de la défense côtière de Québec lors de la Première Guerre mondiale (1914-1918), le Fort de Beaumont est, sans doute, le moins connu des six forts de la Rive-Sud de Québec.

Un projet pour connecter les personnes isolées

Pour aider les personnes vulnérables qui n’ont pas accès à un téléphone et à une connexion Internet, un regroupement d’organismes lévisiens lance le projet Wifi pour tous. Une collecte est en cours pour amasser 200 téléphones cellulaires intelligents usagés avec leur chargeur.