Raphaëlle Laverdière, chercheuse, Érick Plourde et Manon Bouliane du REPSAQ ont présenté les résultats, le 5 septembre. CRÉDIT : AUDE MALARET

Où est produite, transformée, distribuée, partagée ou achetée la nourriture à Lévis? Un collectif d’organismes communautaires a dressé l’état des lieux du système alimentaire de la ville afin de comprendre son fonctionnement et d’évaluer les besoins sur le territoire.

C’est un diagnostic du système alimentaire lévisien que posent des organismes communautaires de Lévis avec le projet Aliment pour tous. Lancée par Le Filon, cette démarche collective vise à mieux connaître le territoire et ceux qui s’y trouvent afin de favoriser l’accès  à une alimentation saine et économique.

«Les organismes communautaires qui travaillent en sécurité alimentaire répondent à des problématiques. Plutôt que mettre un pansement sur la blessure, on a pris un moment de réflexion pour comprendre notre système local», présente Érick Plourde, directeur de la Corporation de développement communautaire (CDC)de Lévis.

Comment les aliments sont-ils produits et transformés sur le territoire de Lévis? Où les résidents se procurent-ils leur nourriture? Peut-on manger sans acheter? C’est ce qu’ils ont voulu savoir grâce à une étude. Les résultats ont permis aux organismes d’identifier des initiatives et des actions qui pourraient être mise en place pour répondre aux besoins des Lévisiens. «On veut se donner une vision commune et développer un projet collectif», ajoute-t-il.

Une cartographie de l’alimentation

Une carte interactive dessine le portrait du système alimentaire de Lévis. La plateforme recense les acteurs, les points de distribution, de transformation, d’échange et de partage de nourriture ainsi que leur répartition sur le territoire lévisien (http://bit.ly/2kbkn1q).

«Avec une cartographie, on comprend mieux le territoire où on intervient et qui sont les autres acteurs», souligne Érick Plourde.

Une consultation citoyenne a également été menée en juin et juillet derniers sous forme d’un questionnaire diffusé sur Internet, auquel 268 répondants ont participé, et de groupes de discussion, qui ont rassemblé une cinquantaine de personnes bénéficiant de services d’organismes présents sur le territoire.

Les résultats donnent une image des habitudes et des préoccupations alimentaires des participants ainsi que leur intérêt pour différents projets en alimentation. 

«Il y a beaucoup d’intérêt pour la production, mais les gens ne savent pas comment s’y prendre. Il y a vraiment besoin d’une ressource pour aider à ça», observe la chercheuse qui a mené l’étude, Raphaëlle Laverdière. Sans compter que le jardinage est une activité rassembleuse, quelque soit le milieu social.

Si les cuisines collectives ou les ateliers culinaires suscitent un certain intérêt dans la population, peu de personnes y ont déjà participé. 

«Il y a beaucoup de stigmas et de préjugés. C’est un travail à faire. Je suis sûre qu’on pourrait rendre ces activités plus inclusives pour monsieur et madame Tout-le-Monde qui ne se considèrent pas en insécurité alimentaire.» 

L’étude montre finalement que les services sont concentrés le long des axes routiers importants de la ville, l’avenue Taniata, le boulevard Guillaume-Couture, la route du Président-Kennedy et la route des Rivières. À Pintendre, Saint-Nicolas et Saint-Romuald, l’accès des résidents aux services alimentaires et produits frais est le plus restreint.

L'offre alimentaire en chiffres

- 24 supermarchés, 71 dépanneurs, 18 traiteurs, 14 épiceries fines, 10 boucheries, 6 boulangeries, 1 pâtisserie, 3 fromageries et 2 épiceries santé.
- le marché public de Lévis (kiosques de producteurs pendant la saison estivale).
- 3 grossistes ou distributeurs et 8 entreprises de transformation.
- 42 entreprises agricoles (majoritairement à Saint-Nicolas, Pintendre et Saint-Jean-Chrysostome). À noter que Lévis est bordée par 130 entreprises agricoles dans un rayon de 15 kilomètres autour de ses limites. 
- 23 points de chute pour des paniers de fruits et légumes (majoritairement à Lévis et Saint-Romuald).
- 28 organismes impliqués dans la promotion de la sécurité alimentaire (cuisines collectives, paniers de denrées, repas collectifs, dépannages alimentaires, épiceries solidaires, etc.).

Source : Projet Aliments pour tous, Cartographie du système alimentaire de Lévis, Recension et analyse de l’offre alimentaire des dix quartiers, Raphaëlle Laverdière, août 2019.

Les plus lus

Incendie mortel à Lévis

Un aîné de 88 ans est décédé à la suite d'un incendie survenu dans une maison du quartier Lévis, en fin de journée mercredi.

Vivre la magie de Noël à Pintendre

Bien connu dans la région pour ses sapins et ses décorations de Noël disponibles dans les quincailleries, Sapins Goupil bonifie cette année sa gamme de services en vue du temps des Fêtes. Grâce à son nouveau village de Noël, les gens de la région pourront s’imprégner de l’ambiance de la fête familiale tout en pouvant aller couper eux-mêmes leur sapin chez le producteur établi à Pintendre.

Des vestiges lévisiens à Sainte-Claire

Depuis près de 70 ans, une partie de l’histoire de Lévis se retrouve dans un édifice commercial de Sainte-Claire, dans Bellechasse. Depuis les années 50, des anciennes pièces du pont Garneau, qui permettait d’enjamber la rivière Chaudière près de la marina de Saint-Romuald, font partie de la structure du bâtiment qui abrite les activités d’Isolation Morin et Jos Morin.

PREM 2023 : 24 nouveaux médecins de famille en Chaudière-Appalaches

C’est en septembre dernier que le ministère de la Santé et des Services sociaux dévoilait les plans régionaux d’effectifs médicaux (PREM) pour la prochaine année. En Chaudière-Appalaches, ce sont 24 nouveaux médecins de famille, dont 16 nouveaux facturants et 8 déjà en pratique, qui viendront prêter main-forte au système de santé régional.

Vers un débrayage à la STLévis

N’étant pas régis par la Loi sur les services essentiels et sans convention collective depuis quelques mois, les quelque 110 chauffeurs de la Société de transport de Lévis (STLévis) prévoient mener une grève de 24 heures, le lundi 14 novembre prochain.

Loïc Mathieu travaille de nouveau à faire une différence

Pour une troisième année, Loïc Mathieu, un adolescent lévisien, poursuit sa quête de contenants consignés afin de faire un beau cadeau au Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) lors de la Guignolée du Dr Julien. Jusqu’à maintenant, il a pu réunir environ 5 000 $ pour l’organisme grâce à sa collecte et il n’entend pas s’arrêter d’ici décembre.�

Problèmes d’eau au Domaine Val-des-Bois : les résidents devront quitter d’ici la fin 2024

En raison de problématiques reliées aux infrastructures d’eaux potable et usée, les 14 maisons mobiles du Domaine Val-des-Bois devront être expropriées d’ici la fin 2024. À bout de solutions, la Ville de Lévis a présenté cette «difficile» décision aux résidents du parc de maisons mobiles lévisiens et s’engage à acquérir les terrains ainsi que fournir de l’aide financière et psychologique à ces fam...

Opération Nez rouge : le satellite de Lévis reprend du collier

Le satellite lévisien de l’Opération Nez rouge reprendra ses activités à la fin du mois de novembre a annoncé Alliance-Jeunesse, l’organisme qui a pris en charge l’organisation du service cette année, accompagné de Pierre Boulanger, administrateur à la Caisse Desjardins de la Chaudière, Stéphanie Caron, porte-parole du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL), Geneviève Guillemette, coordonna...

Sortie de route sur la route des Rivières

Les policiers du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) ont été dépêchés sur la route des Rivières dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon après qu’un véhicule utilitaire sport (VUS) aurait effectué une sortie de route, ce 8 novembre au matin.

Bâtir l’histoire du milieu communautaire lévisien

Dans le cadre des 30 ans de la Corporation de développement communautaire (CDC) de Lévis et de la Semaine nationale de l’action communautaire, la CDC de Lévis en a profité pour dévoiler un long travail qui lui a permis de retracer l’histoire du milieu communautaire lévisien ainsi que de reconnaître les efforts de ses bâtisseurs, lors d’une soirée tenue le 20 octobre dernier.�