Raphaëlle Laverdière, chercheuse, Érick Plourde et Manon Bouliane du REPSAQ ont présenté les résultats, le 5 septembre. CRÉDIT : AUDE MALARET

Où est produite, transformée, distribuée, partagée ou achetée la nourriture à Lévis? Un collectif d’organismes communautaires a dressé l’état des lieux du système alimentaire de la ville afin de comprendre son fonctionnement et d’évaluer les besoins sur le territoire.

C’est un diagnostic du système alimentaire lévisien que posent des organismes communautaires de Lévis avec le projet Aliment pour tous. Lancée par Le Filon, cette démarche collective vise à mieux connaître le territoire et ceux qui s’y trouvent afin de favoriser l’accès  à une alimentation saine et économique.

«Les organismes communautaires qui travaillent en sécurité alimentaire répondent à des problématiques. Plutôt que mettre un pansement sur la blessure, on a pris un moment de réflexion pour comprendre notre système local», présente Érick Plourde, directeur de la Corporation de développement communautaire (CDC)de Lévis.

Comment les aliments sont-ils produits et transformés sur le territoire de Lévis? Où les résidents se procurent-ils leur nourriture? Peut-on manger sans acheter? C’est ce qu’ils ont voulu savoir grâce à une étude. Les résultats ont permis aux organismes d’identifier des initiatives et des actions qui pourraient être mise en place pour répondre aux besoins des Lévisiens. «On veut se donner une vision commune et développer un projet collectif», ajoute-t-il.

Une cartographie de l’alimentation

Une carte interactive dessine le portrait du système alimentaire de Lévis. La plateforme recense les acteurs, les points de distribution, de transformation, d’échange et de partage de nourriture ainsi que leur répartition sur le territoire lévisien (http://bit.ly/2kbkn1q).

«Avec une cartographie, on comprend mieux le territoire où on intervient et qui sont les autres acteurs», souligne Érick Plourde.

Une consultation citoyenne a également été menée en juin et juillet derniers sous forme d’un questionnaire diffusé sur Internet, auquel 268 répondants ont participé, et de groupes de discussion, qui ont rassemblé une cinquantaine de personnes bénéficiant de services d’organismes présents sur le territoire.

Les résultats donnent une image des habitudes et des préoccupations alimentaires des participants ainsi que leur intérêt pour différents projets en alimentation. 

«Il y a beaucoup d’intérêt pour la production, mais les gens ne savent pas comment s’y prendre. Il y a vraiment besoin d’une ressource pour aider à ça», observe la chercheuse qui a mené l’étude, Raphaëlle Laverdière. Sans compter que le jardinage est une activité rassembleuse, quelque soit le milieu social.

Si les cuisines collectives ou les ateliers culinaires suscitent un certain intérêt dans la population, peu de personnes y ont déjà participé. 

«Il y a beaucoup de stigmas et de préjugés. C’est un travail à faire. Je suis sûre qu’on pourrait rendre ces activités plus inclusives pour monsieur et madame Tout-le-Monde qui ne se considèrent pas en insécurité alimentaire.» 

L’étude montre finalement que les services sont concentrés le long des axes routiers importants de la ville, l’avenue Taniata, le boulevard Guillaume-Couture, la route du Président-Kennedy et la route des Rivières. À Pintendre, Saint-Nicolas et Saint-Romuald, l’accès des résidents aux services alimentaires et produits frais est le plus restreint.

L'offre alimentaire en chiffres

- 24 supermarchés, 71 dépanneurs, 18 traiteurs, 14 épiceries fines, 10 boucheries, 6 boulangeries, 1 pâtisserie, 3 fromageries et 2 épiceries santé.
- le marché public de Lévis (kiosques de producteurs pendant la saison estivale).
- 3 grossistes ou distributeurs et 8 entreprises de transformation.
- 42 entreprises agricoles (majoritairement à Saint-Nicolas, Pintendre et Saint-Jean-Chrysostome). À noter que Lévis est bordée par 130 entreprises agricoles dans un rayon de 15 kilomètres autour de ses limites. 
- 23 points de chute pour des paniers de fruits et légumes (majoritairement à Lévis et Saint-Romuald).
- 28 organismes impliqués dans la promotion de la sécurité alimentaire (cuisines collectives, paniers de denrées, repas collectifs, dépannages alimentaires, épiceries solidaires, etc.).

Source : Projet Aliments pour tous, Cartographie du système alimentaire de Lévis, Recension et analyse de l’offre alimentaire des dix quartiers, Raphaëlle Laverdière, août 2019.

Les plus lus

Lévis en vedette au gala télévisé Célébration

Deux Lévisiens, Jacques Mathault et Cédric Bilodeau, participeront au gala Célébration 2020 de Loto-Québec, télédiffusé le dimanche 12 janvier à compter de 20h30 sur les ondes de TVA. La troupe de danse lévisienne DM Nation font aussi partie des artistes en vedette lors du gala. ·

Conquérants des glaces : la passion du risque

Le 10 janvier prochain débutera la série de huit épisodes Conquérants des glaces sur les ondes de Historia. Cette série documentaire, qui met en lumière le sport du canot à glace, offrira les images de sept courses de canot à glace, dont celle du Carnaval de Québec et du Grand Défi, qui se déroulent sur le fleuve Saint-Laurent entre Québec et Lévis.

Le Complexe aquatique multifonctionnel enfin inauguré

Après plus d’une trentaine d’années de discussions, d’attente et d’élaboration, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, accompagné des représentants des gouvernements provincial et fédéral ainsi que des conseillers municipaux, a procédé à l’inauguration de cette infrastructure située dans le secteur Saint-Nicolas dont la conception représente un investissement de 35,5 M$.

Un camarade à quatre pattes à l’École de Taniata

Les élèves de l’établissement d’enseignement primaire de Saint-Jean-Chrysostome accueillent dans leur classe depuis quelques semaines le chien Mira Padmé. Le compagnon poilu apporte une présence rassurante et apaisante aux jeunes.

Stratégie nationale de construction navale : le Bloc déçu des mois d'attente pour la Davie

Si le Bloc québécois salue que Chantier Davie a été présélectionné avant les Fêtes pour devenir le troisième chantier partenaire dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale (SNCN), le parti a déploré, le 7 janvier, les mois d'attente provoqués par l'étape de demande de propositions et d’évaluation avant que l'entreprise lévisienne obtienne des contrats dans le cadre de ce progra...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 31 décembre

Cette semaine, je poursuis mes souhaits aux personnalités de la région. Je profite de l’occasion pour vous souhaiter, mes chers lecteurs, une bonne année 2020!

Le LPU : un succès sur toute la ligne à Lévis

Le laissez-passer universel (LPU) de l’Université Laval n’a engendré que du positif pour la Société de transport de Lévis (STLévis) depuis son implantation à l’automne dernier. En effet, la STLévis a enregistré une augmentation de 40 % de l’achalandage étudiant destiné à l’Université Laval.

Une équipe de canot à glace se crée dans le secteur de la Traverse

L’équipe de canot à glace Café Bonté Divine et Ras L’Bock débutera sa toute première saison lors de la Course de la banquise de Portneuf, le 18 janvier prochain. L’équipe lancera également sa saison au Café Bonté Divine dans le secteur de la Traverse, le 12 janvier.

Saint-Vallier : La Mauve en danger

La coopérative La Mauve de Saint-Vallier, qui se spécialise dans la transformation et la distribution de produits bio et locaux, notamment à Lévis, vit des moments difficiles.

Flavie, bébé de l’année à l’Hôtel-Dieu de Lévis

Le premier bébé de l’année 2020 à l’Hôtel-Dieu de Lévis est une Lévisienne. Flavie, fille d’Angélique Chénier et de David Hété, est la première enfant à avoir pointé le bout de son nez à l’unité mère-enfant de l’hôpital lévisien le 1er janvier.