L’astrophysicien de renom et Lévisien Jean-René Roy proposera deux conférences au 44e congrès annuel de la FAAQ. CRÉDIT : COURTOISIE

Les astronomes amateurs du Club MARS de Lévis accueilleront la 44e édition du congrès annuel de la Fédération des astronomes amateurs du Québec (FAAQ) et célébreront les 25 années d’existence du club lévisien à cette occasion au Cégep de Lévis-Lauzon sous le thème Horizon 25, du 27 au 29 septembre prochain.

Astrophysiciens, spécialistes de l’espace et de l’univers ainsi que responsable d’instance concernant l’étude spatiale offriront des conférences aux astronomes amateurs des quatre coins de la province durant ce week-end. Conférences, causeries et observations de phénomènes spatiaux seront au menu pour les amateurs des mystères de l’univers.

Ce congrès organisé par la FAAQ, de pair avec le Club MARS de Lévis pour cette édition, se déroule une fois par année dans une région du Québec. Cette année, c’est Lévis qui sera l’hôte de l’événement. Le Club MARS de Lévis profitera de l’occasion pour souligner son 25e anniversaire. Le dernier passage du congrès de la FAAQ à Lévis remonte à 1981.

Horizon 25

 Le thème du congrès, Horizon 25, a été inspiré par la fête du club d’astronomes amateurs lévisien.

Cet anniversaire sera d’ailleurs au cœur de la soirée d’ouverture alors qu’une conférence mettra en vedette des Lévisiens qui relateront les 25 dernières années de leur carrière et leurs prévisions quant au futur. Les grands Lévisiens en astronomie sera animée par René Breton, astrophysicien qui enseigne et effectue de la recherche à l’Université de Manchester en Angleterre, Jean-René Roy, astrophysicien de renom qui a dirigé les plus grands observatoires astronomiques de la planète, et Daniel Provençal, responsable de programme à l’Agence spatiale canadienne. 

Pour Jean-René Roy, il sera simple de présenter l’étendue de sa carrière, mais prédire le futur ne sera pas une tâche facile.

«Je n’ose pas trop m’aventurer là-dedans parce que l’histoire nous montre qu’on ne peut pas prévoir ce qu’on va découvrir. Ce qu’on peut dire, c’est qu’on va arriver à mieux connaître certaines choses, explique l’astrophysicien. La vitesse des découvertes est accélérée par le nombre grandissant de chercheurs à l’œuvre et la rapidité des façons de communiquer aujourd’hui.»

D’ailleurs M. Breton présentera une autre conférence dans le cadre du congrès annuel qui portera sur les moments forts de l’histoire de l’étude de l’univers.

«Je fais un retour sur l’histoire de l’astronomie à l’aide de 30 images obtenues à l’œil nu, à l’aide de télescope ou des sondes spatiales. J’ai choisi ces images avec le critère de la rupture, c’est-à-dire, que notre vision de l’univers après avoir obtenu ces images n’a pu été la même qu’établie auparavant», exprime le chercheur lévisien.

Une programmation relevée

 L’astrophysicien Serge Pineault, Claude Lafleur, un journaliste scientifique, et Richard Massicotte, lui aussi journaliste scientifique, font notamment partie des têtes d’affiche en plus des trois grands Lévisiens. Au total, c’est près d’une vingtaine d’activités qui seront au programme de l’événement et celles-ci s’adressent à tous. 

Pour plus d’information, consulter la programmation complète ou s’inscrire au congrès annuel de la FAAQ, vous pouvez visiter le www.faaq2019.org.

Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.

Un saut dangereux au parc des Chutes-de-la-Chaudière

Malgré la dangerosité de ce qu'il qualifie de «cascade», qui aurait pu entraîner de graves blessures voire la mort, un jeune homme s’est filmé en train de sauter de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière. Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) met en garde toute personne tentée de reproduire ce saut qui met la vie de son auteur en péril.