CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

Le Nouveau parti démocratique (NPD) a dévoilé son candidat dans la circonscription de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis pour les élections fédérales du 21 octobre prochain. Le Lévisien d’adoption d’origine cambodgienne, Chamroeun Khuon, souhaite faire de sa première aventure politique une expérience qui lui ressemble.

Réfugié du Cambodge à la fin des années 70, M. Khuon a grandi à Québec et a obtenu un diplôme en médecine dentaire à l’Université Laval. Ce dernier est propriétaire d’une clinique dentaire à Lévis depuis 2006. Bien qu’il n’ait aucune expérience politique, le candidat du NPD dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis croit qu’il peut faire une différence. «Je n’ai pas d’expérience en politique, mais je vais faire de la politique à ma façon. Je veux faire de la politique qui me ressemble», a-t-il exprimé en entrevue avec le Journal.

Ce dernier a décidé de joindre le NPD puisqu’il a toujours partagé les idées de son parti. «La vision du NPD se marie avec mes valeurs. Ce partage des richesses a toujours été ancré dans mes valeurs», a souligné le candidat.

Des dossiers importants

Pour la région, Chantier Davie, le troisième lien, le manque de main-d’œuvre et le pont de Québec seront les grands dossiers que M. Khuon priorisera. Pour le chantier maritime de Lévis, le candidat néodémocrate aimerait qu’on se penche sur des solutions durables. «Chantier Davie a ses hauts et ses bas, j’aimerais qu’on trouve quelque chose pour ces familles-là qui ont à vivre ces moments difficiles. C’est toujours une insécurité, c’est tellement important de trouver une solution pour eux et elle n’est pas si facile à trouver», a soulevé Chamroeun Khuon.

En ce qui concerne le troisième lien, le candidat du NPD est en faveur de ce projet et d’un appui financier provenant du fédéral afin qu’il se concrétise. «Ça fait au moins vingt ans qu’on entend parler d’un troisième lien. On dirait qu’on attend qu’un des deux ponts tombe avant de construire un autre lien. [...] On a un bon système de transport en commun, mais les gens ne l’utilisent pas, il doit y avoir une raison derrière ça. Notre société actuelle fonctionne à l’accéléré et les gens ont certainement besoin de leurs automobiles», a-t-il expliqué.

À ses yeux, la restauration du pont de Québec est très importante puisqu’il considère ce lien interrives comme un monument historique. C’est pourquoi il souhaite qu’on le conserve et qu’on l’entretienne adéquatement.

À l’échelle nationale, M. Khuon se battra pour la francisation du Canada qui, selon lui, devrait être un enjeu important pour tous les Canadiennes et Canadiens. «Je veux franciser le Canada! Dans les termes de la loi, le Canada est un pays bilingue. Il n’y a pas de raison que ça s’arrête aux frontières québécoises», a-t-il partagé.

De plus, l’accès à l’éducation est un autre débat que le candidat néodémocrate exposera durant la campagne électorale. Ce dernier souhaite que l’éducation ne soit plus vue comme un privilège, mais plutôt comme «un choix qu’on doit permettre à ceux qui le désirent». «C’est quand on a une population éduquée qu’on peut trouver des solutions à nos problèmes de main-d’œuvre ou environnementaux», a mentionné M. Khuon.

Une campagne sans pancarte

Chamroeun Khuon assure que les électeurs ne verront aucune pancarte faisant la promotion de sa candidature sur le territoire. «Ce n’est pas me respecter ni respecter les électeurs, car cela a un coût environnemental. Même réutilisées ou recyclées, les pancartes finissent à la poubelle», s’est-il exprimé.

Ce dernier croit qu’il pourrait renverser la vapeur et être élu le soir du 21 octobre. «Au final, c’est la population qui va avoir le bout du bâton. Si on regarde le bilan de M. Blaney, c’est n’est pas incroyable (ce qu’il a fait) [] il n’a pas fait de gros gains à mon sens», a conclu le candidat néodémocrate.

Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.

La nouvelle centrale de police au coin du Sault/Guillaume-Couture

Lors de la séance du conseil municipal de Lévis du 27 avril, les échevins lévisiens ont adopté deux résolutions afin d’enclencher le projet de construction d’une nouvelle centrale de police. L’une d’elles a notamment permis l’acquisition par expropriation du site où sera construit le nouvel édifice municipal. Il s’agit du terrain vacant situé au coin du chemin du Sault et du boulevard Guillaume-Co...