Sur la première photo : En compagnie de membres de leur famille et d’amis, Johanne Roberge et Sonia Lafond ont célébré, le 21 septembre, la fin de leur périple. CRÉDIT : COURTOISIE

À la fin de l’été, deux Lévisiennes, Johanne Roberge et Sonia Lafond, ont relevé un défi hors de l’ordinaire en parcourant à pied les 480 kilomètres entre Lévis et la ZEC Varin, dans la région de Baie-Comeau. Si les deux quinquagénaires rêvaient depuis longtemps de réussir un tel exploit physique, elles ont joint l’utile à l’agréable en récoltant des sous pour la Fondation du cancer du sein du Québec, une cause qui leur tient particulièrement à cœur.

C’est à la suite d’une aventure réalisée il y a deux ans par Johanne Roberge, Sonia Lafond et une autre amie, la traversée des Chic-Chocs en Gaspésie, que l’idée d’accomplir un autre défi de cette ampleur a germé dans la tête des deux femmes de 57 ans.

Si au départ elles désiraient se lancer sur les routes de Compostelle, elles ont plutôt opté pour un «chemin de pèlerinage» au Québec. Puisqu’elles ont toutes les deux avec leurs conjoints un camp de pêche dans la ZEC Varin, elles ont décidé de parcourir à pied le parcours entre Saint-Rédempteur, le quartier où réside Mme Roberge, et leur chalet.

«J’ai alors commencé à calculer le kilométrage et analyser quel trajet, soit de passer sur la Rive-Nord ou sur la Rive-Sud, était préférable. On devait s’entraîner physiquement avant, mais nous n’avons pas eu l’occasion de le faire. (Heureusement), marcher est une activité qu’on fait tous les jours. Toutefois, notre aventure a nécessité une grande préparation logistique, notamment pour les boîtes de ravitaillement que nous avons dispersées chez les établissements hôteliers qui nous accueillaient le long du parcours», a expliqué Johanne Roberge.

Un bobo qui risque de tout gâcher

C’est finalement le 26 août que les deux amies, qui se connaissent depuis le primaire, ont amorcé leur périple. Le début de l’aventure n’a toutefois pas été de tout repos pour Johanne Roberge et Sonia Lafond. En plus des difficultés que les deux femmes ont éprouvé face à l’ampleur du défi, Sonia Lafond a subi une blessure qui a failli mettre fin à la randonnée de 480 kilomètres.

«J’ai eu un problème à l’un de mes orteils à la hauteur de L’Islet. Il était plein de pue et j’étais en train de perdre mon ongle. Johanne m’a soignée, mais ça faisait très mal. À La Pocatière, j’ai pu m’acheter une nouvelle paire de souliers et je n’ai plus eu mal. Après cela, on partait le matin et c’était comme si nos corps nous demandaient de marcher, comme nous étions maintenant habituées à marcher en moyenne 17,8 kilomètres par jour», a partagé Mme Lafond.

Moments marquants

 Avec ces ennuis loin derrière elles, le duo qui se surnomme SoJo a poursuivi sa route jusqu’à Matane, où elles allaient monter à bord d’un navire assurant la traverse entre cette municipalité et Baie-Comeau. Lors de leur traversée le 18 septembre, les deux Lévisiennes ont célébré un anniversaire particulier : le 10e anniversaire de la chirurgie contre le cancer du sein qu’a subie Johanne Roberge.

Trois jours plus tard, les deux quinquagénaires réussissaient leur défi. Pour souligner la fin de leur périple, elles ont fêté avec les membres de leur famille et leurs amis réunis à la ZEC Varin pour l’occasion.

En plus de fêter l’atteinte de leur objectif physique, elles ont alors pu célébrer le succès du volet caritatif de leur randonnée. Si Johanne Roberge et Sonia Lafond espéraient d’abord récolter 480 $ pour la Fondation du cancer du sein du Québec (1 $ par kilomètre marché), elles ont finalement amassé 5 142 $ pour cette cause.

«Les gens sont généreux. Pendant toute notre aventure, nous avons eu du bon monde derrière nous. Pendant plusieurs jours, des bons samaritains ont notamment transporté nos sacs de notre point de départ à notre point d’arrivée. Ce qui nous a également permis de réussir, c’est la belle température. Nous n’avons eu qu’une seule journée de pluie pendant le périple», ont tenu à souligner Mmes Roberge et Lafond.

Heureuses d’avoir réussi ce défi, les deux Lévisiennes n’écartent pas la possibilité de revivre une aventure similaire au cours des prochaines années. 

«Ça va appeler à autre chose. Après la traversée des Chic-Chocs, on ne voulait plus entendre parler de randonnée. Mais ça revient, c’est comme une petite drogue. En vieillissant, on a plus besoin de se prouver qu’on est capable de réussir. Ça amène tellement un sentiment d’accomplissement et de fierté», ont-elles conclu.

Les plus lus

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

Un troisième lien reliant les deux centres-villes?

Selon ce qu'a dévoilé le FM93, le gouvernement provincial privilégierait un nouveau tracé pour le projet de troisième lien routier interrives entre Lévis et Québec. Plutôt que de passer près de l'île d'Orléans, l'infrastructure désirée par plusieurs dans la région relierait l'autoroute 20, à la hauteur de la route Monseigneur-Bourget à Lauzon, à l'autoroute Laurentienne, près du Stade Canac à Québ...

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Pénurie de laine pour les tricoteuses au grand cœur

Depuis 2001, un groupe de tricoteuses bénévoles se réunit tous les mardis au Centre d’action bénévole Bellechasse-Lévis-Lotbinière (CABBLL) dans le secteur Lauzon afin de remettre leurs tricots à 21 organismes du territoire de Lévis, Bellechasse et Lotbinière qui viennent en aide aux gens dans le besoin. Cependant, les 110 tricoteuses font face à un défi depuis trois hivers, les dons de laine se f...

Les fournisseurs de la Davie déjà à pied d’œuvre

À l’aube de l’inclusion de la Davie au sein de la Stratégie nationale de construction navale, plus de 200 fournisseurs se sont rassemblés le 28 janvier à Lévis lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

Une bourse d’honneur pour le Bunker de la science

Dans le cadre d’une initiative du gouvernement du Québec, David Bertrand, cofondateur du Bunker de la science situé dans le secteur de la Traverse, s’est mérité une bourse de 25 000 $ et 1 an de mentorat offert par le Réseau M de la Fondation de l’entrepreneurship.

La voix de Laurie Drolet séduit Coeur de pirate

La Lévisienne Laurie Drolet a impressionné lors de son audition à l'aveugle à La Voix, télédiffusée le 9 février. Tous les juges se sont retournés pour sélectionner la chanteuse de 20 ans, qui a finalement décidé de joindre l'équipe de Coeur de pirate.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

Des travailleurs d’ici aideront des Guatémaltèques

Dix employés de la Maison Louise-Élisabeth de Lévis, une résidence gérée par Cogir Immobilier qui accueille 130 religieuses des Sœurs de la Charité de Saint-Louis-de-France, s’envoleront pour le Guatemala à la fin mars. Pendant une semaine, ils effectueront un voyage humanitaire dans ce pays d’Amérique centrale pour effectuer divers travaux dans un orphelinat.

Conseil en bref : la Ville met fin au projet Rabaska

Voici le résumé des éléments marquants du conseil municipal tenu par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux, le 27 janvier dernier.