Si l’ancien site agricole était cédé par le gouvernement canadien à Lévis comme le réclame le maire Lehouillier, la Ville y installerait un jardin communautaire et un marché public. Cet espace naturel pourrait aussi accueillir de grands événements.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a réitéré sa demande auprès du fédéral de céder le site de la ferme Chapais à la Ville, afin «d’offrir aux citoyens de Lévis ce magnifique parc urbain qu’on aménagerait avec grand plaisir».

«Si on a été capable de céder l’Espace 400e du côté de Québec pour une somme nominale (d’1 $), on ne voit pas pourquoi on ne pourrait pas nous céder la ferme Chapais pour 1 $», a-t-il argué.

Dans le cadre de la campagne électorale, le maire a demandé aux partis de «se compromettre». Parmi les candidats qu'il a rencontrés, «tout le monde souscrit au projet, le seul problème, c’est que personne ne l’a encore dit publiquement».

La municipalité défend la «vocation à caractère public de ce lieu d’exception, pour les générations actuelles et futures», dont le zonage garanti déjà son usage public et à des fins de loisir.

«La Société immobilière du Canada est soumise à la loi sur l’aménagement et l’urbanisme. Elle devra respecter nos réglementations», rappelle Gilles Lehouillier, qui poursuit en assurant que la Ville n’accepterait aucune modification à ses réglementations qui permettrait de changer l’usage du lieu, si un autre acquéreur prenait possession du terrain. «Si le projet ne fait pas notre affaire, on n’acceptera pas les amendements», prévient-il.

Miscéo laissé au profit de la ferme Chapais

 Puisqu’il existe un «engouement» pour le jardinage, il souhaite faire du site de la ferme Chapais «le plus grand et le plus beau jardin communautaire en milieu urbain au Québec». «Tout est presque prêt pour partir des cultures. Il y a même des reliquats de serre qui pourraient être facilement restaurés», estime-t-il.

De plus, un marché public pourrait y être installé «sur une base saisonnière». La Ville n’entend pas en effet renouveler le protocole d’entente avec celui de la rue J.-B. Michaud dans le quartier Miscéo et pense déjà à «des solutions alternatives».

La partie extérieure qui bénéficie pour l’instant d’un financement de la municipalité «continuera probablement à opérer plus sur une base privée». «Les infrastructures vont rester là quand même. Ce que les gens vont en faire, on verra.»

«L’expérience du marché public actuel n’a pas été nécessairement très concluante», a admis Gilles Lehouillier, qui estime que le manque de place n’a pas permis la réussite du projet. Finalement, la ferme Chapais serait «l’endroit idéal», central et à proximité de l’autoroute 20 pour le relancer.

Un site sur le modèle des plaines d'Abraham

Le terrain de la ferme Chapais, qui a servi de ferme expérimentale, est d’une superficie de 40 hectares, soit près de la moitié de celle des plaines d’Abraham. Sa topographie naturelle en amphithéâtre pourrait aussi permettre la tenue de «grands événements extérieurs».

Une montée pourrait même voir le jour entre la piste cyclable qui longe le fleuve et le plateau sur lequel se trouve la ferme Chapais, puisqu’un chemin a déjà existé à l’époque où le site était utilisé comme station de quarantaine animale pour l’Amérique du Nord pendant presque 70 ans au cours du 20e siècle.

«Le site fait partie intégrante de la vision de la Ville pour le développement de son réseau de grands parcs urbains.» L’objectif est de le «conserver le plus intégral possible, comme on le fait avec les plaines d’Abraham. Il va y avoir des utilisations publiques, mais l’idée est d’altérer sa valeur le moins possible».


Les plus lus

COVID-19 : Lévis est la région la plus touchée de la Chaudière-Appalaches

Puisque le ministère de la Santé a donné son autorisation pour dévoiler cette donnée, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) peut maintenant dévoiler le nombre de cas confirmés par MRC. Selon le dernier bilan du CISSS-CA, avec 82 cas confirmés, Lévis est la région de la Chaudière-Appalaches la plus touchée par la pandémie.

Deux nouveaux cas de coronavirus en Chaudière-Appalaches

Dans son plus récent bilan du nombre de cas confirmés de la COVID-19 dans la province, publié à 15h dimanche, le gouvernement du Québec a dévoilé que deux nouvelles personnes souffrent du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches.

Un premier cas confirmé de coronavirus en Chaudière-Appalaches

Un résident de la Chaudière-Appalaches a été testé positif à la COVID-19. En raison de son état qui est «bon», la personne est en isolement à son domicile.

Lévis et la grippe espagnole en octobre 1918

La ville de Lévis fut durement éprouvée par l’épidémie de grippe espagnole en 1918. Un parcours rapide des incontournables Dates Lévisiennes de Pierre-Georges Roy nous permet de mesurer l’ampleur du drame.

COVID-19 : l'état de la situation dans la région à 20h

Aucun nouveau cas confirmé n’a été comptabilisé en Chaudière-Appalaches, ce 17 mars. Dans la région, quatre personnes sont atteintes du Coronavirus. Le gouvernement du Québec a annoncé des mesures financières. À Lévis, de nouvelles consignes ont été données aux utilisateurs du transport en commun et par plusieurs organisations.

Coronavirus : c'est quoi l'isolement volontaire?

Le gouvernement du Québec recommande fortement à tous les voyageurs revenant dans la province de se placer en isolement volontaire de 14 jours pour éviter la propagation de la COVID-19. Mais qu'est-ce qu'on entend par isolement volontaire? Voici ce que les autorités provinciales et fédérales demandent concrètement aux voyageurs.

Une clinique de dépistage de la COVID-19 à Charny

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches a ouvert, ce matin, une clinique de dépistage à l'auto de la COVID-19 au Centre Paul-Gilbert, à Charny.

Des employés du CRDITSA inquiets

Des employés oeuvrant au siège social du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles du spectre de l'autisme (CRDITSA) du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), situé dans le complexe du Collège de Lévis, vivent dans l'inquiétude depuis quelques jours en raison d'un cas de contamination à la COVID-19.

Réaménagement de l'échangeur Kennedy : Québec ira de l'avant

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a dévoilé, le 9 mars, qu'il investira plus de 354 M$ en 2020-2022 pour améliorer les infrastructures routières, ferroviaires et aéroportuaires de la Chaudière-Appalaches. À cette occasion, Québec a notamment confirmé que les premières étapes du projet de réaménagement de l'échangeur Kennedy (sortie 325) et de construction d'un pont d'étagement au-dessus ...

Coronavirus : la situation dans la région à 20h

L'annonce plus tôt aujourd'hui de la mise en place de certaines restrictions par le gouvernement du Québec, dont l'interdiction de tenir des événements à l'intérieur réunissant plus de 250 personnes, en lien avec la crise du coronavirus a provoqué plusieurs bouleversements dans la région. Voici un résumé de ce que vous devez savoir.