CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FMPQ) a demandé à la ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, de mettre fin à l’iniquité dans le financement des services policiers entre les corps de police municipaux et les municipalités desservies par la Sûreté du Québec (SQ), le 27 octobre dernier.

La FMPQ pointe du doigt le manque de support aux corps policiers municipaux comparé aux municipalités desservies par la SQ qui reçoivent des subventions provenant du ministère de la Sécurité publique. En 2019, le gouvernement a investi 300 M$ au sein de ce corp policier et a promis d’ajouter 75 M$ supplémentaires au cours de la prochaine année tandis que les corps policiers municipaux ne reçoivent aucune aide.

Une municipalité desservie par la SQ reçoit une subvention qui représente en moyenne 47 % de sa facture. Avec l’ajout de 75 M$, cette moyenne augmentera à 50 % de la facture. Cette situation qui perdure depuis 20 ans crée un clivage entre ces municipalités et les municipalités qui sont desservies par leur propre corps policier, selon la FMPQ.

Par exemple, la Ville de Lévis a déboursé 31,7 M$ en 2017 pour le fonctionnement de son corps policier tandis que Drummondville, qui est desservie par la SQ, avait une facture avant subvention qui s’élevait à 20,2 M$, la facture finale se chiffrant à 10,1 M$.

La solution de la FPMQ serait d’offrir la même subvention à toutes les municipalités, une mesure qui coûterait 788 M$ et bénéficierait aux deux tiers de la population de la province, selon l’organisme. Avec de tels chiffres, la FPMQ croit que si le gouvernement acceptait cette proposition, ce projet aurait un impact auprès de 5,5 millions de Québécois.

De plus, la FPMQ expose qu’un corps policier municipal engendre moins de frais qu’une municipalité desservie par la SQ. Selon ses calculs, les 31,7 M$ déboursés par la Ville de Lévis pour son corps policier en 2017 auraient augmenté à 50,3 M$ si la ville avait été desservie par la SQ.

Une autre solution selon l’UMQ

Le 31 octobre dernier, l’Union des municipalités du Québec (UMQ) tenait une Commission de la sécurité publique où l’enjeu du financement des corps policiers était abordé.

Un groupe de travail constitué uniquement de représentants de municipalités de moins de 100 000 habitants a proposé son point de vue à ce sujet.

«Les municipalités de plus petite taille ayant leur propre service policier ont des enjeux financiers supplémentaires. La firme Raymond Chabot Grant Thornton a été mandatée pour analyser la structure de coût de ces services et pour identifier les activités pouvant être regroupées avec d’autres corps policiers municipaux, ou être financées par la SQ ou le gouvernement. Les municipalités souhaitent proposer une solution gagnant-gagnant au gouvernement qui impliquerait une économie par rapport à un éventuel transfert des corps de policiers municipaux vers la SQ», a exposé Marc-Alexandre Brousseau, maire de Thetford Mines.

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...

Une nouvelle garderie à Saint-Jean-Chrysostome

Le Centre éducatif sous les arbres, une garderie privée subventionnée située sur l’avenue Taniata, ouvrira ses portes d’ici la fin septembre.

Un triste hommage de la mère de Norah et Romy Carpentier

Amélie Lemieux, la mère de Norah et Romy Carpentier dont les corps inertes ont été retrouvés le 11 juillet dans un boisé de Saint-Apollinaire, est venue se recueillir au mémorial érigé au parc des Chutes-de-la-Chaudière accompagnée de sa famille, le 13 juillet.

Norah et Romy Carpentier : le bureau du coroner précise son rôle

L’enquête du coroner sur les morts des Lévisiens Norah et Romy Carpentier ainsi que de leur père, Martin, survenues à Saint-Apollinaire a été confiée à la coroner et avocate Sophie Régnière. Son rapport devrait être déposé dans environ un an.

Une maison des aînés et alternative à Saint-Étienne-de-Lauzon

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, accompagnée de Marc Picard, député des Chutes-de-la-Chaudière, a annoncé la création d’une maison des aînés et alternative dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon au prolongement de l’avenue Albert-Rousseau, le 28 juillet.