Le comptoir familial du Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas se situe désormais dans un local de l’Espace Marie-Victorin. CRÉDIT : COURTOISIE

Après plusieurs mois de recherche, le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas a finalement réussi à trouver deux locaux pour relocaliser ses activités.

Rappelons qu’à la fin de l’année 2018, l’organisme lévisien a dû se lancer à la recherche de nouveaux locaux, en lien avec un important problème avec ceux qu’ils occupaient depuis 35 ans au sous-sol de l’église de Saint-Nicolas. La paroisse Saint-Nicolas-de-Lévis avait alors décidé de ne pas renouveler l’entente d’occupation liant les deux parties à la suite d’une inspection de la Régie du bâtiment du Québec (RBQ).

Cette instance demandait des travaux de conformité évalués à 30 000 $. La paroisse avait alors demandé au Service d’entraide d’éponger une partie de la facture, ce que l’organisme lévisien était incapable d’assumer.

Grâce à une entente entre la paroisse, la Ville de Lévis et le Service d’entraide, ce dernier a pu temporairement relocaliser à l’hiver, au printemps et au début de l’automne une partie de ses activités au chalet du parc Jean-Dumets (comptoir familial) tandis que le comptoir alimentaire et les bureaux administratifs ont pu demeurer au sous-sol de l’église de Saint-Nicolas.

Deux nouveaux locaux

Grâce au support de la Ville et à un accord avec la coopérative de solidarité d’habitation Espace Marie-Victorin, le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas a conclu une entente de cinq ans pour occuper un local dans l’Espace Marie-Victorin, au 119-1361, route Marie-Victorin.

Ce local accueille depuis le 31 octobre le comptoir familial Les Trésors de Nicolas. Le déménagement a également permis à l’organisme d’ajouter des heures d’ouverture pour cette boutique. Désormais, le magasin est ouvert tous les mardis, de 9h à 15h, ainsi que tous les jeudis, de 9h à 15h et de 19h à 21h. 

En ce qui a trait au tri des marchandises reçues et à l’aide alimentaire, le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas a décidé de louer un local-entrepôt à Place Saint-Nicolas, qui sera ouvert dès le 18 novembre. Quant aux bureaux administratifs, ils seront présents dans les deux nouveaux espaces occupés par l’organisme. En effet, la coordonnatrice du Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas fera la navette entre l’Espace Marie-Victorin et Place Saint-Nicolas.

Appel à la générosité

En raison du déménagement de ces activités, l’organisme a dû diminuer «de façon considérable» ses stocks en denrées alimentaires et en autres marchandises reçues. Le Service d’entraide espère donc que les résidents du quartier Saint-Nicolas seront généreux lors de sa collecte annuelle de denrées alimentaires non périssables et dons en argent. Effectuée en collaboration avec les Chevaliers de Colomb de Saint-Nicolas et le Club Optimiste de Saint-Nicolas, cette dernière aura lieu les samedis 23 et 30 novembre ainsi que 7 décembre.

Également, les personnes qui le désirent peuvent déposer leurs dons au Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas dans ses bacs de récupération pour la marchandise. Ils sont situés au Metro Plus de Saint-Nicolas, à Place Saint-Nicolas (près de la salle de quilles et de l’entrée sur la rue des Mélèzes), au Grand Village et à l’Espace Marie-Victorin au bloc 1361 (le bac sera installé sous peu). 

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Le pire scénario se concrétise

FAITS DIVERS. Les recherches pour retrouver les sœurs Norah et Romy Carpentier se sont conclues tragiquement. Les policiers de la Sûreté du Québec ont retrouvé leurs corps inanimés dans un boisé de Saint-Apollinaire, le 11 juillet, vers midi. Cette découverte mettait ainsi un terme à l’alerte Amber lancée le 9 juillet et signifiait le début de la chasse à l’homme pour retrouver leur père, Martin C...

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...

Un triste hommage de la mère de Norah et Romy Carpentier

Amélie Lemieux, la mère de Norah et Romy Carpentier dont les corps inertes ont été retrouvés le 11 juillet dans un boisé de Saint-Apollinaire, est venue se recueillir au mémorial érigé au parc des Chutes-de-la-Chaudière accompagnée de sa famille, le 13 juillet.