Après avoir œuvré pendant plus de 50 ans dans le domaine funéraire, Richard Turgeon prendra bientôt une retraite amplement méritée. CRÉDIT : COURTOISIE

En décembre, Richard Turgeon, conseiller aux projets spéciaux et thanatologue au Groupe Garneau ainsi qu’ancien propriétaire de Gilbert & Turgeon, prendra sa retraite. Ce sera la conclusion d’une carrière de 46 ans où le Lévisien a supporté de nombreuses familles du quartier Lévis dans leur processus de deuil. Portrait d’un homme de cœur qui aura marqué de son empreinte la ville, autant au niveau des affaires qu’au sein de la vie communautaire.

C’est en 1973, à l’âge de 20 ans que Richard Turgeon s’est officiellement joint à l’équipe de Gilbert & Turgeon, la maison funéraire codétenue par son père, Charles-Édouard Turgeon, avec Maurice Gilbert. Toutefois, il donnait déjà un coup de main à l’entreprise depuis déjà quelques années.

«Dans ma famille, nous étions neuf enfants et à cette époque-là, l’argent ne courait pas les rues. Mon père se faisait souvent payer 0,50 $ ou 2 $ par semaine pour rembourser les funérailles. Aussi, à l’époque, nous offrions le service d’ambulance. Mais on se faisait souvent demander de créditer le transport en ambulance quand il y avait un décès, qui coûtait peut-être 3 ou 4 $. Alors, à l’âge de 13 ans, je lavais les voitures et je faisais le ménage des salons», partage-t-il.

Un métier qui devient une passion

 À force d’être plongé dans ce domaine, Richard Turgeon a développé un amour pour la profession de thanatologue et il a ensuite pris les rênes de l’entreprise familiale. Si l’entreprise était déjà centenaire (fondée en 1883 par Charles Moisan), le jeune homme d’affaires a également eu sa part de défis.

«La variété des tâches m’a attiré au départ. Il faut gérer la flotte de véhicules, le parc immobilier, le personnel et organiser des funérailles. J’aime organiser des choses, les structurer et les faire évoluer. […] Ça arrivait souvent que mon père doive se lever à 2h ou 3h du matin pour signer un contrat ou aller chercher un corps, puisque les funérailles devaient se dérouler très rapidement après le décès. Quand j’ai pris la tête, j’ai revu la structure et l’offre de services pour que l’entreprise s’adapte aux changements de mœurs, notamment la fin de l’omniprésence de la religion dans les rituels funéraires», explique M. Turgeon.

Plusieurs années plus tard, après une longue période de réflexion, Richard Turgeon a vendu son entreprise, en 2014, au Groupe Garneau, une entreprise familiale partageant plusieurs valeurs communes avec Gilbert & Turgeon.

Depuis ce temps et jusqu’à sa retraite prochaine, Richard Turgeon a partagé son expertise avec la famille Garneau contribuant notamment à donner vie au nouveau complexe funéraire Blais, Gilbert & Turgeon, le plus bel accomplissement de sa carrière professionnelle selon lui. Il espère d’ailleurs que les gens du quartier Lévis s’approprieront davantage ce lieu au cours des prochaines années, où Gilbert & Turgeon perdurera à travers le temps.

Un hyperactif de l’implication

En plus de ses nombreuses années de carrière dans le domaine funéraire, Richard Turgeon s’est impliqué au sein de nombreuses causes lévisiennes. Fondation Hôtel-Dieu de Lévis, Club Rotary de Lévis, Chambre de commerce de Lévis ou Caisse Desjardins de Bienville sont quelques-unes des organisations qui ont pu compter sur l’entrepreneur. 

«L’implication, c’est une seconde nature pour moi. Je suis actif sept jours sur sept depuis que j’ai 13 ans. Alors, donner un coup de main à des organismes, ça s’est fait naturellement. […] En tant que membre de la communauté lévisienne, je veux que ma ville se développe», illustre-t-il.

Parmi les nombreuses implications, sa plus grande fierté demeure le travail qu’il a fait pour le Journal de Lévis. En plus d’être l’un de ses fondateurs, il a été pendant 17 ans le président du conseil d’administration de la coopérative. «Avec Sandra (Fontaine, la directrice générale du Journal), nous avons bâti ce média de A à Z. Nous avons passé à travers des hauts et des bas, mais maintenant le Journal est bien établi à Lévis», affirme-t-il avec fierté.

Quittant sa carrière de thanatologue «l’âme en paix», Richard Turgeon profitera désormais d’une retraite amplement méritée. Mais pas question pour cet hyperactif de s’asseoir puisqu’il a déjà plein de projets en tête.

«Je serai toujours actif, mais je ne voulais plus avoir des rendez-vous sept jours sur sept. Je vais continuer mes cours de piano. Je me suis aussi découvert des talents de bricoleur et j’ai renoué avec la photo. J’adore ces passe-temps puisque tu ne penses qu’à une chose pendant que tu les pratiques. Aussi, je vais continuer de m’occuper de mes petits-enfants», conclut M. Turgeon.

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Le pire scénario se concrétise

FAITS DIVERS. Les recherches pour retrouver les sœurs Norah et Romy Carpentier se sont conclues tragiquement. Les policiers de la Sûreté du Québec ont retrouvé leurs corps inanimés dans un boisé de Saint-Apollinaire, le 11 juillet, vers midi. Cette découverte mettait ainsi un terme à l’alerte Amber lancée le 9 juillet et signifiait le début de la chasse à l’homme pour retrouver leur père, Martin C...

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...

Un triste hommage de la mère de Norah et Romy Carpentier

Amélie Lemieux, la mère de Norah et Romy Carpentier dont les corps inertes ont été retrouvés le 11 juillet dans un boisé de Saint-Apollinaire, est venue se recueillir au mémorial érigé au parc des Chutes-de-la-Chaudière accompagnée de sa famille, le 13 juillet.