À l’aube de ses 50 ans, Stéphan Guay est excité d’agrandir l’entrepôt lévisien de son entreprise. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

L’entrepôt lévisien de Transit grouillera d’activités au cours de la prochaine année. En effet, le distributeur en gros de pièces automobiles de Lévis triplera la superficie de son centre situé dans le parc industriel de Lauzon, un projet sur trois ans estimé entre 15 et 18 M$.

«Nous voulons être plus efficaces. Présentement, nous avons plus de 1 800 palettes que nous entreposons ailleurs, ce qui provoque des problèmes de réapprovisionnement et de maintenance. Également, nous voulons demeurer compétitifs en suivant les tendances du monde industriel», a d’emblée expliqué Stéphan Guay, président de Transit, lors d’une entrevue avec le Journal.

Inauguré en 2008 et d’une superficie de 50 000 pieds carrés, l’entrepôt lévisien de Transit, situé sur la rue Jean-Marchand, occupera désormais 150 000 pieds carrés à la suite de l’agrandissement. L’entreprise lévisienne espère amorcer les travaux en mai 2020, pour une inauguration de la nouvelle partie en novembre 2020.

Si l’entreprise lévisienne prévoit que le projet durera trois ans et qu’il nécessitera un investissement majeur, c’est qu’une importante section de la partie agrandie accueillera des équipements pour permettre l’automatisation et la robotisation du travail. Notons toutefois que le projet permettra quand même la création d’une centaine d’emplois, ce qui fera passer l’équipe de 125 travailleurs à 220.

«Nous ne pouvons pas demeurer compétitifs quand il y a des entreprises comme Amazon qui ouvrent des épiceries avec seulement deux employés. Tout s’en va vers l’automatisation. Nous commençons aussi à le voir dans certains commerces de la région. Certaines personnes peuvent dire que ça enlève des emplois, mais il n’y a même plus de gens pour les occuper. L’économie actuelle nous pousse à nous automatiser, et ce n’est pas une mauvaise chose en soi», a illustré M. Guay.

Avec son projet, Transit pourra également agrandir ses zones de réception et d’expédition ainsi que ses bureaux et aménager une nouvelle cafétéria pour ses employés. Ajoutons que l’entreprise envisage également d’installer un toit vert, pour poursuivre son engagement environnemental. L’entrepôt de Lauzon est notamment climatisé et chauffé entièrement grâce à la géothermie.

Objectif : 100 M$

L’agrandissement de l’entrepôt de Lauzon sera la première partie du plan de Transit pour augmenter son chiffre d’affaires annuel. Ambitieuse, l’entreprise lévisienne espère le faire tripler, pour le faire passer de 30 M$ à 100 M$ annuellement d’ici cinq ans. Pour atteindre cet objectif, Transit, qui effectue également un virage vers l’entreprise libérée, espère acquérir d’autres entreprises, des pourparlers sont même déjà en cours. De plus, l’entrepôt agrandi permettra d’accueillir de nouvelles gammes de produits.

«En moyenne, nous avons une augmentation organique du chiffre d’affaires (NDLR:sans développement de nouveaux marchés) entre 13 et 18 % annuellement, (ce qui est très bon et cela nous pousse à nous surpasser). […] Tous ces changements sont faits pour que Transit perdure au cours des prochaines décennies. La raison profonde qui me pousse à tout cela et qui me motive, c’est mon équipe. J’ai du fun à continuer et tout le monde ici tripe à faire cela», a conclu le président de Transit.

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Le pire scénario se concrétise

FAITS DIVERS. Les recherches pour retrouver les sœurs Norah et Romy Carpentier se sont conclues tragiquement. Les policiers de la Sûreté du Québec ont retrouvé leurs corps inanimés dans un boisé de Saint-Apollinaire, le 11 juillet, vers midi. Cette découverte mettait ainsi un terme à l’alerte Amber lancée le 9 juillet et signifiait le début de la chasse à l’homme pour retrouver leur père, Martin C...

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...

Un triste hommage de la mère de Norah et Romy Carpentier

Amélie Lemieux, la mère de Norah et Romy Carpentier dont les corps inertes ont été retrouvés le 11 juillet dans un boisé de Saint-Apollinaire, est venue se recueillir au mémorial érigé au parc des Chutes-de-la-Chaudière accompagnée de sa famille, le 13 juillet.