Le PDG de la Société VIA, Jean-Sébastien Daigle, (à gauche) était l'invité de la CCL pour un déjeuner-conférence.

Alors que l’industrie du recyclage vit plusieurs transformations, Jean-Sébastien Daigle, président-directeur général de la Société VIA, croit que la pérennité des centres de tri passe par leur capacité à s’adapter aux changements. Il était en conférence devant la Chambre de commerce de Lévis (CCL) le 13 novembre dernier pour y partager ses expériences avec les membres présents.

Par Louis-Philippe Samson – Collaboration spéciale

Cette «crise du recyclage» se décrirait mieux comme une transformation de l’industrie selon M. Daigle. «(Cette transformation) se matérialise par une baisse des prix de vente et des débouchés qui se ferment. On vendait beaucoup notre papier journal en Asie et ces marchés-là se sont refermés. Ça amène une réorganisation de l’industrie», a expliqué Jean-Sébastien Daigle.

Depuis deux ans, deux éléments ont subi des changements importants, a signalé le PDG durant sa conférence. D’abord, les matières déposées dans le bac bleu ont évolué, c’est-à-dire, qu’il y a cinq ans, les journaux représentaient 40 % de la matière traitée par les centres de tri et aujourd’hui elle ne représente que 20 %, les cartons étant en augmentation.

Les lignes de tri ont donc dû s’adapter à ce changement. Puis, les critères d’exportation des matières vers l’Asie ont été resserrés. Avant 2018, c’était 50 % des résidus de papier qui étaient envoyés en Chine, depuis, les critères de qualité ont été resserrés à 0,5 % de contaminants acceptés. Un standard très difficile à atteindre dans l’industrie du recyclage selon M. Daigle.

Miser sur l’humain

Jean-Sébastien Daigle croit que c’est en misant sur la qualité des matières recyclées que passe l’avenir du recyclage. Aussi, il ajoute que l’industrie doit être à l’écoute de ses partenaires afin de leur fournir les matières qui répondent à leurs besoins. M. Daigle aimerait également que les gouvernements exercent un leadership et imposent des critères d’utilisation de matières recyclées aux fabricants de biens.

La population a aussi son mot à dire afin de favoriser le recyclage. «C’est un ensemble de chaînes de valeurs. Du citoyen jusqu’au recyclage final, il faut qu’il y aille une prise de responsabilités. Le citoyen a un rôle à jouer et mettre les bonnes matières au bac bleu et séparer ses matières. On récupère des matières uniques, quand il y a plusieurs matières emboitées l’une dans l’autre, c’est très difficile pour nous de les recycler», a énoncé M. Daigle.

Malgré tout, M. Daigle est convaincu que le côté humain reviendra toujours à l’avant. «Souvent, notre capacité d’adaptation et notre créativité proviennent de nos employés. On doit leur faire confiance et leur laisser plus de place. Ce sont eux qui ont les meilleures solutions pour s’améliorer et s’adapter aux éléments qu’on contrôle moins», a lancé le conférencier du jour.

Il espère aussi voir se développer une économie locale du recyclage qui permettra d’effectuer l’ensemble du cycle de recyclage au Québec. L’avenir du recyclage passe, selon lui, par le développement d’une économie circulaire, des investissements en technologies et la réduction de la consommation de matières. «La meilleure solution sera toujours la réduction à la source», a annoncé Jean-Sébastien Daigle.

Sur la photo : Jean-Sébastien Daigle, PDG Société VIA, Me Julie Paquet, KSA Avocats, Janet Jones, conseillère municipale du district Christ-Roi, Réjean Blais, ex-président de la CCL, Éliane Trudel, première vice-présidente de la CCL, et Marie-Josée Morency, directrice générale de la CCL.

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Le pire scénario se concrétise

FAITS DIVERS. Les recherches pour retrouver les sœurs Norah et Romy Carpentier se sont conclues tragiquement. Les policiers de la Sûreté du Québec ont retrouvé leurs corps inanimés dans un boisé de Saint-Apollinaire, le 11 juillet, vers midi. Cette découverte mettait ainsi un terme à l’alerte Amber lancée le 9 juillet et signifiait le début de la chasse à l’homme pour retrouver leur père, Martin C...

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...

Un triste hommage de la mère de Norah et Romy Carpentier

Amélie Lemieux, la mère de Norah et Romy Carpentier dont les corps inertes ont été retrouvés le 11 juillet dans un boisé de Saint-Apollinaire, est venue se recueillir au mémorial érigé au parc des Chutes-de-la-Chaudière accompagnée de sa famille, le 13 juillet.