À 70 ans, Michel René a mis au monde son premier roman, L’homme nouveau.

Bien connu à Lévis à titre de propriétaire pendant de nombreuses années de L’Écho de la Rive-Sud, Michel René a récemment réalisé un rêve qu’il caressait depuis longtemps. En effet, le Lévisien a vu son premier roman, L’homme nouveau, faire son apparition sur les tablettes des librairies.

«Depuis l’adolescence, je rêve d’écrire. J’ai étudié en littérature, mais j’ai pris d’autres directions pour ma carrière. Toutefois, je me suis toujours dit que je reviendrais dans ce domaine qui me passionne, pour créer plutôt qu’analyser», partage d’emblée l’auteur de 70 ans.

C’est à la suite de nombreuses discussions avec Richard Giguère, l’un des cofondateurs de la Fondation Giguère, que Michel René s’est lancé dans cette première aventure littéraire. Rappelons que la Fondation Giguère a pour mission de faire progresser l’amour afin de parvenir à un monde meilleur et à stimuler la croissance spirituelle en «diffusant des messages qui questionnent ou qui proposent l’espérance».

Si au départ les deux hommes ont travaillé sur le scénario d’un film, ils ont par la suite planché sur le projet d’un livre qui allait devenir L’homme nouveau. À partir d’une idée originale de Richard Giguère, Michel René a écrit l’œuvre qui s’inscrit dans la démarche de la Fondation Giguère.

Dans L’homme nouveau, les lecteurs peuvent suivre les péripéties de Christian Léveillé.  Une nuit de pleine lune, ce dernier sent le besoin de sortir et marcher dans la nature. Sans s’y attendre, il vit alors une expérience spirituelle intense et transformatrice. 

S’en suit une quête incessante, où il est préoccupé par l’idée de Dieu tout en doutant de son existence. En parallèle, le roman suit la femme de Christian, Lili. Si cette dernière est parfois déroutée par l’attitude monastique de son mari, elle lui fait confiance et l’appuie sur ce parcours, sans nécessairement partager ses convictions.

«Dans ce premier roman à caractère spirituel, j’aborde l’idée de Dieu avec la foi d’un autre. Le tout a ouvert une brèche dans le mur de mes convictions et ça laissé filtrer une nouvelle lumière. En plus de cette quête spirituelle, le roman raconte une belle histoire d’amour. Je voulais écrire une histoire inspirante», explique M. René.

Notons finalement que L’homme nouveau semble être le début d’une collaboration fructueuse entre Michel René et Richard Giguère. En effet, les deux hommes planchent sur la suite de ce premier roman et ils aimeraient également publier une autre œuvre.

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Le pire scénario se concrétise

FAITS DIVERS. Les recherches pour retrouver les sœurs Norah et Romy Carpentier se sont conclues tragiquement. Les policiers de la Sûreté du Québec ont retrouvé leurs corps inanimés dans un boisé de Saint-Apollinaire, le 11 juillet, vers midi. Cette découverte mettait ainsi un terme à l’alerte Amber lancée le 9 juillet et signifiait le début de la chasse à l’homme pour retrouver leur père, Martin C...

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...

Un triste hommage de la mère de Norah et Romy Carpentier

Amélie Lemieux, la mère de Norah et Romy Carpentier dont les corps inertes ont été retrouvés le 11 juillet dans un boisé de Saint-Apollinaire, est venue se recueillir au mémorial érigé au parc des Chutes-de-la-Chaudière accompagnée de sa famille, le 13 juillet.