Danielle Buchanan a débuté sa carrière de policière en 1981 pour le service de police de la Ville de Saint-Romuald. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

En poste depuis 1981 et première policière municipale sur la Rive-Sud, Danielle Buchanan a pris sa retraite après 38 ans de service, le 13 décembre dernier. Portrait d’une pionnière du Service de police de la Ville de Lévis qui a ouvert des portes et changé les perceptions d’un métier typiquement masculin à l’époque.

En 1980, Danielle Buchanan a obtenu son diplôme en techniques policières du Cégep Garneau. Elle avait fait le choix de prendre une voie atypique pour les femmes. Au fond d’elle, la policière savait qu’elle ferait les choses différemment dès son tout jeune âge. «Déjà à 15 ans, je me suis inscrite dans les cadets de l’air. C’était la première année que les cadets admettaient des femmes dans leurs rangs. À 18 ans, j’ai été transférée au 6e Régiment d’artillerie de campagne à Lévis. J’y suis restée pendant près de 10 ans», se rappelle-t-elle.

Une fois sa formation terminée, la femme qui a grandi à Lévis a postulé dans plusieurs municipalités de la province. «J’ai envoyé une cinquantaine de CV dans différents services de police. Je n’ai reçu que des réponses négatives indiquant qu’ils n’avaient pas besoin de personnel. Par contre, mes collègues qui avaient gradué en même temps que moi recevaient des réponses positives», raconte Mme Buchanan. À ce moment, elle a décidé de travailler à temps plein comme réserviste dans les Forces armées canadiennes.

En 1981, elle a eu vent que le chef de police de la Ville de Saint-Romuald, Claude Bouchard, était «un visionnaire et souhaitait engager une femme». Danielle Buchanan est montée sur sa moto et s’est rendue à l’entrevue. Arrivée là-bas, elle a décroché l’emploi et y est restée pendant 38 ans. Dès les débuts, elle a voulu démontrer qu’elle était à la hauteur de l’emploi. «Je devais faire du mieux que je pouvais et je ne pouvais pas avoir peur de certaines situations. J’avais des choses à prouver. Ma force a toujours été d’être proche de la population et de prendre le temps de discuter tandis qu’à l’époque, ça se tapochait», partage la policière.

Une inspiration à l’écoute de sa communauté

«Certaines m’ont déjà dit : “Tu nous as inspirées, tu as foncé et tu nous as ouvert la porte”», souligne humblement Danielle Buchanan. Cette dernière a travaillé sur la patrouille, les enquêtes générales, les enquêtes jeunesse, la vérification dans les bars et restaurants ainsi que comme technicienne en ivressomètre et aujourd’hui, elle travaille à l’accueil du poste de police. Au cours de sa carrière, elle a toujours été une inspiration et une personne de confiance pour ses collègues et celles qui souhaitaient prendre la même voie que la sienne.

Bien que le métier ait énormément changé avec les années, elle l’aime toujours autant. «J’ai eu beaucoup de plaisir à faire mon métier. J’ai cumulé plusieurs bons coups et aidé les gens, mais d’abord et avant tout, je ne me suis jamais prise au sérieux. J’ai toujours été quelqu’un du peuple et j’ai toujours fait partie du peuple», relate Mme Buchanan.

Une retraite bien méritée

 La policière décorée de plusieurs honneurs lors de ses années de service prend sa retraite en paix. Celle qui est passionnée par les chiens de traîneaux depuis une trentaine d’années pourra s’y consacrer à temps plein. De plus, elle prévoit passer du temps avec ses proches et ses amis ainsi qu’en profiter pour voyager. 

C’est une policière qui a changé le visage de la police municipale qui se retire, une femme qui a toujours tendu la main vers l’autre et pour qui le contact avec la population était sa priorité. «Je vais me souvenir des moments où j’ai pu sauver des gens et oublier les moments plus difficiles. Je suis fière d’avoir pu inspirer des femmes policières et de voir qu’il y en a de plus en plus dans toute la province», conclut Danielle Buchanan.

Les plus lus

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

Un troisième lien reliant les deux centres-villes?

Selon ce qu'a dévoilé le FM93, le gouvernement provincial privilégierait un nouveau tracé pour le projet de troisième lien routier interrives entre Lévis et Québec. Plutôt que de passer près de l'île d'Orléans, l'infrastructure désirée par plusieurs dans la région relierait l'autoroute 20, à la hauteur de la route Monseigneur-Bourget à Lauzon, à l'autoroute Laurentienne, près du Stade Canac à Québ...

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Pénurie de laine pour les tricoteuses au grand cœur

Depuis 2001, un groupe de tricoteuses bénévoles se réunit tous les mardis au Centre d’action bénévole Bellechasse-Lévis-Lotbinière (CABBLL) dans le secteur Lauzon afin de remettre leurs tricots à 21 organismes du territoire de Lévis, Bellechasse et Lotbinière qui viennent en aide aux gens dans le besoin. Cependant, les 110 tricoteuses font face à un défi depuis trois hivers, les dons de laine se f...

Les fournisseurs de la Davie déjà à pied d’œuvre

À l’aube de l’inclusion de la Davie au sein de la Stratégie nationale de construction navale, plus de 200 fournisseurs se sont rassemblés le 28 janvier à Lévis lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

La voix de Laurie Drolet séduit Coeur de pirate

La Lévisienne Laurie Drolet a impressionné lors de son audition à l'aveugle à La Voix, télédiffusée le 9 février. Tous les juges se sont retournés pour sélectionner la chanteuse de 20 ans, qui a finalement décidé de joindre l'équipe de Coeur de pirate.

Une bourse d’honneur pour le Bunker de la science

Dans le cadre d’une initiative du gouvernement du Québec, David Bertrand, cofondateur du Bunker de la science situé dans le secteur de la Traverse, s’est mérité une bourse de 25 000 $ et 1 an de mentorat offert par le Réseau M de la Fondation de l’entrepreneurship.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

Conseil en bref : la Ville met fin au projet Rabaska

Voici le résumé des éléments marquants du conseil municipal tenu par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux, le 27 janvier dernier.

Finale locale de Cégeps en spectacle : Tommy Grandbois remporte le Premier Prix

Le grand gagnant de la finale locale de Cégeps en spectacle est Tommy Grandbois. L’auteur-compositeur-interprète s’est démarqué par sa prestation, qui combinait effets vidéo et musicaux avec le chant, sur la scène du Cégep de Lévis-Lauzon le 5 février. L’humoriste Frédéric Provençal a raflé le Deuxième Prix et le Prix du public.