Elhadji Mamadou Diarra (deuxième à partir de la gauche) a reçu le prix Mérite Centraide, le 10 décembre dernier. CRÉDIT : GILLES FRÉCHETTE

Bien connu dans la région à titre de président du Tremplin, centre pour personnes immigrantes et leurs familles, le Lévisien Elhadji Mamadou Diarra a vu son implication récompensée par Centraide Québec et Chaudière-Appalaches. Dans le cadre d’un déjeuner-causerie de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, Centraide lui a remis son Prix Mérite, le 10 décembre.

«Je suis très content et très ému de recevoir cet honneur. On ne fait pas du bénévolat pour recevoir des prix, mais cela fait chaud au cœur», a d’emblée partagé M. Diarra, lors d’une entrevue téléphonique le 11 décembre.

Rappelons que le prix Mérite Centraide reconnaît chaque année l’implication exceptionnelle d’un ou une bénévole œuvrant auprès du réseau des organismes qu’il soutient. Au-delà du mérite individuel, il souhaite mettre en lumière l’importance de l’implication bénévole dans les régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches. 

Si l’honneur a permis à Centraide de saluer l’implication de M. Diarra à la tête du conseil d’administration du Tremplin depuis six ans et demi, le prix vise aussi à récompenser l’engagement bénévole du Lévisien qui dure depuis de nombreuses années.

Elle remonte aussi loin qu’à ces premiers pas à l’école, alors qu’il vivait au Sénégal. Il y a 20 ans, sitôt arrivé au Québec, il a recherché des occasions de bénévolat, «brisant inconsciemment le stéréotype selon lequel les personnes migrantes sont en posture de demande de ressources et non de don de soi». Selon Centraide, Elhadji Mamadou Diarra est l’exemple concret d’un élément de sa philosophie : «l’inclusion passe par l’engagement bénévole et citoyen envers nos communautés». 

«Pour moi, le bénévolat a tellement de valeur qu’on ne peut pas lui donner un prix. Quand on le fait, c’est qu’on a un goût de partager, notre expérience, notre expertise et notre temps. Dans ma conception de la vie, il faut être utile à notre société, peu importe où nous vivons. Nous pouvons être utiles à la société en payant nos impôts et nos taxes, mais au-delà de cette utilité, c’est important pour moi de partager une certaine expertise, une certaine expérience pour aider les gens à se sentir bien», a illustré M. Diarra sur les motivations derrière son engagement bénévole.

Poursuivre les efforts

Touché par l’honneur remis par Centraide, Elhadji Mamadou Diarra estime également que ce prix «démontre également la nécessité de continuer ce qu’on fait comme travail» au Tremplin.

«Étant moi-même d’origine Sénégalaise, c’est important pour moi d’accompagner des immigrants qui arrivent à Lévis dans ce processus d’accueil et d’intégration dans leur nouvelle société d’accueil. D’une certaine façon, je peux les aider à ne pas faire les mêmes erreurs que j’ai faites et pour éviter qu’elles soient isolées. Le Tremplin accueille des gens de partout dans le monde. Cet organisme brise l’isolement et la barrière linguistique des immigrants lévisiens. Je m’engage au sein du Tremplin pour qu’ils se sentent davantage, jour après jour, intégrés dans la société et que cette société d’accueil ait une plus grande ouverture aux gens qui viennent d’ailleurs», a conclu M. Diarra.

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Le pire scénario se concrétise

FAITS DIVERS. Les recherches pour retrouver les sœurs Norah et Romy Carpentier se sont conclues tragiquement. Les policiers de la Sûreté du Québec ont retrouvé leurs corps inanimés dans un boisé de Saint-Apollinaire, le 11 juillet, vers midi. Cette découverte mettait ainsi un terme à l’alerte Amber lancée le 9 juillet et signifiait le début de la chasse à l’homme pour retrouver leur père, Martin C...

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Après une accalmie d'une semaine, les autorités sanitaires ont confirmé, jeudi, qu'un nouveau cas d'infection au coronavirus avait été constaté en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis.

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...