Le conseiller d’orientation Jacques Roy a reçu un prix de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec en 2019. CRÉDIT : COURTOISIE

Connu sous l’acronyme GROP, le Guide de recherche d’une orientation professionnelle est un questionnaire qui aide les personnes à se décrire pour mieux se comprendre avant de choisir une carrière. Fondateur de l’entreprise Psymétrik basée à Lévis, Jacques Roy a été récompensé à deux reprises par son ordre professionnel pour ce test créé il y a une trentaine d’années.

Conseiller d’orientation pendant 27 ans à l’École secondaire De Rochebelle de la Commission scolaire des Découvreurs sur la Rive-Nord, Jacques Roy a aidé de nombreux jeunes dans leurs choix d’avenir.

«Je suis un professionnel qui accompagne les gens dans la phase d’évaluation de leur propre personnalité pour en tirer les grandes lignes qui peuvent mener à un choix ou une réorientation de carrière», présente-t-il. 

Il estime qu’un conseiller d’orientation ne se contente pas d’orienter les gens, mais «les aider à faire le point sur leurs forces, leurs qualités et les atouts qu’ils ont en main pour faire de bons choix de vie». Son intervention va bien au-delà de la transition entre le secondaire et le cégep ou entre le cégep et l’université.

Si l’écoute a été le premier outil de Jacques Roy tout au long de sa pratique, il a aussi utilisé différentes approches et techniques pour intervenir auprès des personnes s’interrogeant sur les perspectives professionnelles à suivre. 

L’un de celles utilisées, la psychométrie, permet d’établir des mesures en psychologie, dont l’utilisation la plus connue est le test de QI. Une évaluation «peut-être trop à la mode et mal utilisée», déplore l’auteur du Guide de recherche d’une orientation professionnelle (GROP).

«Je trouvais que la psychométrie axée sur une évaluation des aptitudes intellectuelles, c’était destructeur plus que constructeur. Ça éteignait les gens, explique-t-il. Alors, je voulais me donner un outil qui permettrait aux gens que je rencontrais de sortir de mon bureau avec de l’espoir et des beaux projets.» 

Pour y parvenir, le conseiller veut mettre de l’avant les qualités de la personne et son potentiel, une dimension jusque là «très peu exploitée dans les tests psychométriques». C’est ainsi que naît le GROP, un test innovant qui se concentre sur la personnalité, les valeurs et les intérêts.

Trouver ses forces

«Dans mon test, il n’y a rien de négatif. Il n’y a aucun item qui parle de défaut ou de dysfonctionnement», fait-il valoir. Lui veut aider chacun à trouver ses forces. «C’est un outil pour que les gens se racontent et parlent d’eux-mêmes», indique Jacques Roy.

«J’ai vu des ados plus à l’aise de discuter de leur projet d’avenir avec leurs parents à partir des résultats», assure-t-il. Le test permet en effet d’établir un profil de la personne et d’identifier le domaine professionnel qui lui «donnerait plus de chance d’être heureux» professionnellement. 

«On ne veut pas aller plus loin que ça et pointer des professions. C’est dangereux car les gens ont tendance à trop s’y accrocher», met en garde le conseiller d’orientation qui rappelle que ce n’est pas un test grand public.

L’évaluation se fait dans le bureau du conseiller d’orientation qui ensuite explique les résultats à partir d’un rapport d’une quinzaine de pages fourni par l’entreprise.  

Un nouveau type de personnalité

 Le GROP a même permis de découvrir un type de personnalité émergent bien connu aujourd’hui sous les traits de personnalités publiques engagées. «On était les seuls à l’avoir identifié. On l’a appelé le type éveilleur. Ce sont des gens qui sont là pour dénoncer et mettre en lumière certaines déficiences ou injustices sociales.» 

En 2019, l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec a remis pour la seconde fois le Prix professionnel de l’orientation à Jacques Roy pour sa réalisation du GROP-4, 30 ans après la première reconnaissance, afin de souligner sa contribution au rayonnement de la profession. La quatrième édition du GROP est désormais utilisée partout au Québec et de plus en plus en France, en Suisse et en Belgique. 

Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : l'épicerie IGA de Lévis fermée temporairement

Vendredi, en soirée, le IGA Extra Veilleux & Filles, situé dans le quartier Lévis, a annoncé sa fermeture temporaire puisque plusieurs employés de cette épicerie ont été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.