L’Hôtel-Dieu de Lévis a reçu la somme de 22 390 $.

Les hôpitaux de Lévis et de Montmagny, les centres de réadaptation en déficience intellectuelle et trouble du spectre de l’autisme ainsi qu’en en déficience physique se sont partagés 48 970 $. Un montant de 2 580 $ provenant du Fonds Josée Lavigueur a également été remis à l’organisme Société Grand Village.

«Si on veut faire notre travail au meilleur de nos connaissances et offrir des services de soin de qualité à nos patients, on a besoin d’avoir des équipements à la fine pointe de la technologie», souligne Geneviève Taylor, pédiatre et chef de service du département de pédiatrie à l’Hôtel-Dieu de Lévis.

L’Hôtel-Dieu de Lévis a reçu la somme de 22 390 $, l’Hôpital de Montmagny 20 000 $, le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et trouble du spectre de l’autisme 4 230 $ et le Centre de réadaptation en déficience physique 2 350 $. À ce jour, 4 041 373 $ ont été versés dans la région par Opération Enfant Soleil et 1 838 339 $ à l’établissement de santé lévisien depuis 1997.  

Des appareils à Lévis pour soigner les patients à proximité

«C’est grâce à la générosité, d’Opération Enfant Soleil et de ses partenaires qu’on est capable d’acquérir ces outils qui nous permettent de prendre soin des enfants et de leur offrir des soins à proximité de leur lieu de résidence», remercie-t-elle.

Le montant reçu par l’Hôtel-Dieu de Lévis lui permettra d’acheter six ensembles otoscope/ophtalmoscope pédiatriques et un chariot de réanimation néonatal permettant des interventions plus rapides et plus efficaces auprès des bébés lors de situations critiques.

Cet octroi servira à l’achat d’un moniteur cardiaque permettant d’assurer une surveillance continue des paramètres vitaux des enfants, de deux sphygmomanomètres, appareils permettant de prendre la pression artérielle, et d’un appareil à succion pour les nouveau-nés.

1 000 enfants hospitalisés chaque année

En plus de disposer des équipements adéquats pour soigner ses petits patients, la pédiatre reconnait l’importance de créer des liens avec les enfants.

«Si on veut leur donner des soins de qualité, il faut être capable d’entrer en relation avec eux, par le jeu, par les sourires, à travers des blagues, partage-t-elle. Ça prend des gens autour d’eux, une équipe dévouée qui est à l’écoute et rassurante. Il faut faire équipe avec tout l’entourage. On traite des enfants, mais aussi toute une famille.»

Chaque année, l’Hôtel-Dieu de Lévis accueille en moyenne 1 900 nouveau-nés, 1 000 enfants sont hospitalisés en pédiatrie et 360 bébés sont hospitalisés en néonatalogie. En médecine et chirurgie de jour, ce sont quelque 1 000 enfants qui sont vus et 5 500 sont évalués en clinique ambulatoire de pédiatrie.

«Le plus grand trésor qu’on a dans une vie ce sont nos enfants. Quand ils sont malades, ça nous touche directement au cœur. C’est important de le considérer dans nos soins. Il faut rassurer les parents et prendre soin de l’enfant.»

Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.

Un saut dangereux au parc des Chutes-de-la-Chaudière

Malgré la dangerosité de ce qu'il qualifie de «cascade», qui aurait pu entraîner de graves blessures voire la mort, un jeune homme s’est filmé en train de sauter de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière. Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) met en garde toute personne tentée de reproduire ce saut qui met la vie de son auteur en péril.