Pour garder le contact avec ses employés, François Lemieux leur envoie chaque jour un message audio. CRÉDIT : ARCHIVES

Si leurs entreprises ont pu poursuivre leurs activités, les dirigeants de Paquet & Fils, Lemieux Assurances, Pièces d’autos Transit et St-Joseph Design d’espaces ont dû creuser leurs méninges pour mettre en place rapidement des mesures afin de poursuivre leur mission tout en protégeant leurs employés et leurs clients de la COVID-19.

Du côté de Paquet & Fils, l’entreprise lévisienne vieille de 118 ans a fait face à deux réalités différentes en raison de ses deux branches d’activités : le commerce de détail avec son réseau de dépanneurs et la distribution de combustibles.

En ce qui a trait au premier volet, l’entreprise a dû installer des panneaux de plexiglas et limiter le nombre de clients ayant accès aux dépanneurs. De plus, Paquet & Fils a dû diminuer ses heures d’ouverture et procéder à quelques mises à pied temporaire, en raison de la diminution de la demande des consommateurs.

La situation est toutefois toute autre pour la distribution de combustibles. Pouvant compter sur plusieurs agriculteurs et acériculteurs comme clients, la demande pour plusieurs produits pétroliers de Paquet & Fils n’a pas grandement diminué.

Temps de coronavirus oblige, les transporteurs de l’entreprise limitent toutefois au strict minimum les contacts avec les clients. Ces derniers n’ont aussi plus accès aux bureaux lévisiens de Paquet & Fils, où des protocoles ont également été mis en place pour éviter une contamination entre les employés.

«Ce n’est que du nouveau. Le plus dur dans cette situation, c’est qu’on ne sait pas combien de temps la crise va durer. C’est un marathon. Chaque jour, il faut anticiper les besoins de la clientèle et bien budgéter. Notre entreprise a passé à travers deux guerres mondiales. Nous avons réussi cet exploit en ne faisant pas n’importe quoi en temps de crise», a expliqué Michel Paquet, président-directeur général de Paquet & Fils.

Garder les employés mobilisés

Si le bureau de courtage d’assurances lévisien a pu rapidement fermer ses bureaux aux clients et poursuivre ses activités grâce au téléphone et au courriel, Lemieux Assurances a toutefois dû surmonter le défi provoqué par la distance.

En effet, l’entreprise a des bureaux dans quatre régions administratives du Québec et une vingtaine de courtiers œuvrent désormais par télétravail afin de concilier leur vie professionnelle à leur vie familiale. Pour garder le contact, le président de Lemieux Assurances, François Lemieux, utilise la technologie.

«Chaque jour, j’enregistre un message audio pour tous les employés pour discuter de la situation. Mon défi, c’est de garder les employés près du bureau et de la direction. Je veux que tous les employés soient mobilisés parce que tout le monde fait partie de la solution. Avec toutes les choses que nous avons dû mettre en place, notamment le télétravail, c’est clair que nous allons sortir grandis de cette expérience», a souligné M. Lemieux.

Deux réalités différentes

Chez Transit, le président de l’entreprise de Lauzon, Stéphan Guay, et ses employés ont fait face à plusieurs rebondissements depuis que la crise a éclaté. Si de prime abord l’entreprise pensait fermer ses portes lorsque le décret obligeant la fermeture des commerces et des entreprises non essentiels est entré en vigueur, Transit a pu poursuivre ses activités, comme les ateliers mécaniques demeuraient ouverts afin d’effectuer des réparations d’urgence.

Ainsi, les employés de l’entrepôt ont dû continuer à travailler dans les installations de Lauzon afin de préparer les commandes. Toutefois, des normes d’hygiène strictes ont été mises en place afin d’assurer leur sécurité. De plus, afin de les remercier, la direction de l’entreprise a réduit ses salaires afin de permettre d’augmenter de 2,50 $ de l’heure le salaire des employés de l’entrepôt. Quant aux employés du bureau, ils travaillent désormais tous de la maison.

«Depuis le début de la crise, c’est comme si nous étions dans des montagnes russes. Il faut toujours s’ajuster, s’ajuster et s’ajuster. Je lève d’ailleurs mon chapeau à l’équipe. Heureusement, la reprise des activités régulières des ateliers mécaniques nous donne une bouffée d’air frais. Mais cette crise est aussi une crise économique. Pour faire notre part pour la relance, on compte notamment poursuivre notre projet d’agrandissement de nos installations», a partagé M. Guay.

Réunir les employés

 De son côté, St-Joseph Design d’espaces a pu rapidement passer en mode télétravail lorsque la crise sanitaire a éclaté. Afin de maintenir un lien avec tous ses employés (ceux toujours en poste, ceux temporairement mis à pied et celles en congé de maternité), l’entreprise lévisienne a décidé de lui offrir chaque semaine trois activités par l’entremise de la technologie, soit deux pauses actives de 15 minutes et un concert de musique privé les vendredis en fin de journée.

«Comme le télétravail rime souvent avec solitude et que notre groupe bien soudé avait besoin de motivation, nous avons jugé pertinent de créer des moments propices aux échanges informels et aux rassemblements, à distance. C’est une belle façon d’évacuer, ne serait-ce qu’un tant soit peu, le stress de cette situation hors de l’ordinaire. (…) Les activités nous permettent de créer des points de rencontre pour garder le lien, même si certains membres sont en chômage temporaire. Aussi, on peut les tenir informés de ce qui se passe et des actions que nous entreprenons pour passer au travers de la crise», a conclu Audrey Marceau Pelletier, copropriétaire de St-Joseph Design d’espaces.

Les plus lus

La RPA Seigneurie de Lévy fermera ses portes

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a confirmé au Journal, le 21 janvier, que la résidence privée pour aînés (RPA) La Seigneurie de Lévy, située dans le quartier Lévis, fermera ses portes le 22 septembre prochain.

Tempête hivernale : plusieurs services fermés

En raison de la tempête hivernale qui frappe actuellement la région, plusieurs services publics ont été fermés.

Leïla se pointe le bout du nez en premier à l’Hôtel-Dieu de Lévis

C’est à 1h19 le 1er janvier dernier que l’Hôtel-Dieu de Lévis a accueilli son premier bébé de l’année. Leïla Leblond est née d’une césarienne à 8,4 lbs au grand plaisir de ses parents, Jany Boulay Émond et Manuel Leblond, et de son grand frère, Owen.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 4 janvier 2023

Que cette nouvelle année qui vient d’ouvrir ses portes vous apporte le bonheur, la joie et la bonne santé et que chacun des jours de cette nouvelle année soit pour vous comme un beau cadeau et que tous vos vœux de 2023 se réalisent et que cette année, soit en tous points exquise. Et merci de continuer de supporter le Journal de Lévis. Bonne année!

Vers une grève de plusieurs jours à la STLévis?

Par voie de communiqué, le Syndicat des chauffeurs d'autobus de la Rive-Sud (CSN), le groupe qui représente les conducteurs de la Société de transport de Lévis (STLévis), a partagé, le 11 janvier, son désir d'accentuer ses moyens de pression. En raison de «l'impasse» dans les négociations afin de renouveler la convention collective des chauffeurs d'autobus, le syndicat prévoit déclencher une grève...

Un doublé pour les Chevaliers

Malgré le départ de plusieurs joueurs clés de l’alignement en raison de leur promotion dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, les Chevaliers de Lévis n’ont pas été ralentis au cours de la dernière semaine d’activités et ont remporté leurs deux affrontements de la semaine face aux Élites de Jonquière et aux Estacades de Trois-Rivières, les 11 et 15 janvier derniers. La formation lévisienn...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 11 janvier 2023

Je souhaite à notre députée des Chutes-de-la-Chaudière et ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Martine Biron (1re photo), beaucoup de voyages à l’étranger pour nous faire rayonner et du succès dans tous vos divers dossiers.

Chronique historique - La Coopérative d’habitation de Lévis

La chronique historique d’octobre 2022 qui portait sur la Société de construction permanente de Lévis et de l’éphémère Société de construction mutuelle de Lévis nous permet de nous souvenir d’une expérience plus récente, soit celle de la Coopérative d’habitation de Lévis aux débuts des années 1950. Projet qui fera sortir de terre un quartier complet sur les hauteurs de Lévis.

Deux feux prennent naissance dans des garages

Les pompiers du Service de sécurité incendie de la Ville de Lévis (SSIVL) ont connu un matin occupé ce 27 janvier. Ils ont été appelés à intervenir à deux reprises alors qu’un feu a pris naissance dans un garage attaché à une maison de Charny ainsi qu’un autre également dans un garage attaché à une maison de Saint-Nicolas.

Effectif infirmier en hausse en Chaudière-Appalaches

Au 31 mars 2022, Chaudière-Appalaches comptait 3 % plus d’infirmiers et d’infirmières en emploi par rapport à la même période l’an dernier. C’est le double du taux pour l’ensemble du Québec (1,5 %). C’est l’une des informations qui ressort du plus récent portrait statistique présenté le 22 novembre par l’Ordre des infirmiers et infirmières du Québec (OIIQ).