Pour garder le contact avec ses employés, François Lemieux leur envoie chaque jour un message audio. CRÉDIT : ARCHIVES

Si leurs entreprises ont pu poursuivre leurs activités, les dirigeants de Paquet & Fils, Lemieux Assurances, Pièces d’autos Transit et St-Joseph Design d’espaces ont dû creuser leurs méninges pour mettre en place rapidement des mesures afin de poursuivre leur mission tout en protégeant leurs employés et leurs clients de la COVID-19.

Du côté de Paquet & Fils, l’entreprise lévisienne vieille de 118 ans a fait face à deux réalités différentes en raison de ses deux branches d’activités : le commerce de détail avec son réseau de dépanneurs et la distribution de combustibles.

En ce qui a trait au premier volet, l’entreprise a dû installer des panneaux de plexiglas et limiter le nombre de clients ayant accès aux dépanneurs. De plus, Paquet & Fils a dû diminuer ses heures d’ouverture et procéder à quelques mises à pied temporaire, en raison de la diminution de la demande des consommateurs.

La situation est toutefois toute autre pour la distribution de combustibles. Pouvant compter sur plusieurs agriculteurs et acériculteurs comme clients, la demande pour plusieurs produits pétroliers de Paquet & Fils n’a pas grandement diminué.

Temps de coronavirus oblige, les transporteurs de l’entreprise limitent toutefois au strict minimum les contacts avec les clients. Ces derniers n’ont aussi plus accès aux bureaux lévisiens de Paquet & Fils, où des protocoles ont également été mis en place pour éviter une contamination entre les employés.

«Ce n’est que du nouveau. Le plus dur dans cette situation, c’est qu’on ne sait pas combien de temps la crise va durer. C’est un marathon. Chaque jour, il faut anticiper les besoins de la clientèle et bien budgéter. Notre entreprise a passé à travers deux guerres mondiales. Nous avons réussi cet exploit en ne faisant pas n’importe quoi en temps de crise», a expliqué Michel Paquet, président-directeur général de Paquet & Fils.

Garder les employés mobilisés

Si le bureau de courtage d’assurances lévisien a pu rapidement fermer ses bureaux aux clients et poursuivre ses activités grâce au téléphone et au courriel, Lemieux Assurances a toutefois dû surmonter le défi provoqué par la distance.

En effet, l’entreprise a des bureaux dans quatre régions administratives du Québec et une vingtaine de courtiers œuvrent désormais par télétravail afin de concilier leur vie professionnelle à leur vie familiale. Pour garder le contact, le président de Lemieux Assurances, François Lemieux, utilise la technologie.

«Chaque jour, j’enregistre un message audio pour tous les employés pour discuter de la situation. Mon défi, c’est de garder les employés près du bureau et de la direction. Je veux que tous les employés soient mobilisés parce que tout le monde fait partie de la solution. Avec toutes les choses que nous avons dû mettre en place, notamment le télétravail, c’est clair que nous allons sortir grandis de cette expérience», a souligné M. Lemieux.

Deux réalités différentes

Chez Transit, le président de l’entreprise de Lauzon, Stéphan Guay, et ses employés ont fait face à plusieurs rebondissements depuis que la crise a éclaté. Si de prime abord l’entreprise pensait fermer ses portes lorsque le décret obligeant la fermeture des commerces et des entreprises non essentiels est entré en vigueur, Transit a pu poursuivre ses activités, comme les ateliers mécaniques demeuraient ouverts afin d’effectuer des réparations d’urgence.

Ainsi, les employés de l’entrepôt ont dû continuer à travailler dans les installations de Lauzon afin de préparer les commandes. Toutefois, des normes d’hygiène strictes ont été mises en place afin d’assurer leur sécurité. De plus, afin de les remercier, la direction de l’entreprise a réduit ses salaires afin de permettre d’augmenter de 2,50 $ de l’heure le salaire des employés de l’entrepôt. Quant aux employés du bureau, ils travaillent désormais tous de la maison.

«Depuis le début de la crise, c’est comme si nous étions dans des montagnes russes. Il faut toujours s’ajuster, s’ajuster et s’ajuster. Je lève d’ailleurs mon chapeau à l’équipe. Heureusement, la reprise des activités régulières des ateliers mécaniques nous donne une bouffée d’air frais. Mais cette crise est aussi une crise économique. Pour faire notre part pour la relance, on compte notamment poursuivre notre projet d’agrandissement de nos installations», a partagé M. Guay.

Réunir les employés

 De son côté, St-Joseph Design d’espaces a pu rapidement passer en mode télétravail lorsque la crise sanitaire a éclaté. Afin de maintenir un lien avec tous ses employés (ceux toujours en poste, ceux temporairement mis à pied et celles en congé de maternité), l’entreprise lévisienne a décidé de lui offrir chaque semaine trois activités par l’entremise de la technologie, soit deux pauses actives de 15 minutes et un concert de musique privé les vendredis en fin de journée.

«Comme le télétravail rime souvent avec solitude et que notre groupe bien soudé avait besoin de motivation, nous avons jugé pertinent de créer des moments propices aux échanges informels et aux rassemblements, à distance. C’est une belle façon d’évacuer, ne serait-ce qu’un tant soit peu, le stress de cette situation hors de l’ordinaire. (…) Les activités nous permettent de créer des points de rencontre pour garder le lien, même si certains membres sont en chômage temporaire. Aussi, on peut les tenir informés de ce qui se passe et des actions que nous entreprenons pour passer au travers de la crise», a conclu Audrey Marceau Pelletier, copropriétaire de St-Joseph Design d’espaces.

Les plus lus

Le projet immobilier du Groupe Dallaire au centre de Lévis lancé

Par voie de communiqué, le Groupe Dallaire a annoncé, le 28 avril, le lancement de la première phase de son ensemble résidentiel entre Charny et Saint-Jean-Chrysostome, le Quartier des Pionniers.

COVID-19 : la clinique de dépistage de Lévis déménage au centre-ville

La clinique de dépistage de la COVID-19 de Lévis déménagera ses pénates cette semaine. Dès mercredi, elle sera désormais située dans les anciens locaux de Bingo Rive-Sud, dans la suite 180 du 50, route du Président-Kennedy (Place Lévis).

Scies Mercier : un projet de remplacement qui ne fait pas l’affaire

Un résident et voisin du vieux bâtiment des Scies Mercier situé dans le Vieux-Lévis s’oppose fortement à la démolition de cette bâtisse patrimoniale ainsi qu’au projet d’immeuble qui accueillera six unités résidentielles modernes prévu pour remplacer ce pan de l’histoire lévisienne. À quelques jours de la date limite des dépôts de demande d’appel de la décision du comité de démolition, Charles-Oli...

Les résidents du quartier de l’Aquifère mécontents

Face au développement immobilier, le Quartier Élévation, à Saint-Nicolas, les résidents de la rue de l’Aquifère et des voies alentours se mobilisent pour que le projet de 6 immeubles de 6 à 14 étages soit revu afin de mieux s’intégrer à ce secteur unifamilial.

COVID-19 : encore loin de la zone orange

Si de bonnes nouvelles ont été constatées au cours de la dernière semaine, la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches ne s’est pas grandement améliorée, selon la directrice régionale de santé publique.

La vaccination élargie à deux nouveaux groupes prioritaires en Chaudière-Appalaches

Depuis aujourd'hui la vaccination est élargie aux travailleurs essentiels de milieux à risque important d’éclosion et à certaines personnes ayant une maladie chronique.

Personne n’est invincible face à la COVID-19

Les dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour Sébastien Duclos et sa famille. Ils se remettent tous de la COVID-19 qu’ils auraient contractée, croit-il, au début du mois d’avril, peu avant Pâques. Après avoir vécu les «12 pires jours» de sa vie, il a lancé un cri du cœur sur les médias sociaux implorant ses proches de ne pas «baisser la garde» face au virus et de respecter les normes san...

Transformer sa mort en nouvelle vie pour d’autres personnes

Si Françoise Leblond nous a quittés en mai 2019, sa générosité continue de faire une différence dans notre société. Après avoir eu recours à l’aide médicale à mourir (AMM), l’infirmière auxiliaire lévisienne a fait don de ses poumons, de ses reins et de son foie.

Fin des mesures d’urgence à Lévis et retour au palier rouge

À partir du 10 mai, les mesures spéciales d’urgence seront levées en dans la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, sauf dans trois MRC : Beauce-Sartigan, Robert-Cliche et des Etchemins. Toutes les écoles primaires de Chaudière-Appalaches pourront rouvrir dès cette date.

Le conseil municipal se penche sur l’avenir de l’ancien hôtel Victoria

Lors d’une séance extraordinaire de l’instance le 3 mai, les membres du conseil de municipal de Lévis ont entendu les appels déposés à la suite de la décision rendue par le comité de démolition dans le dossier de l’ancien hôtel Victoria. Deux groupes ont alors pu faire valoir leurs arguments, quelques mois après que le comité de démolition a refusé la demande de démolition déposée par le propriéta...