CRÉDIT : MATTHEW HENRY - BURST

Selon une rumeur qui s’est répandue en plusieurs langues, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) aurait interdit les autopsies de patients morts de la Covid-19, dans le but d’empêcher une vérité de voir le jour. Au-delà du fait que la fausseté de cette affirmation peut facilement être démontrée, elle repose sur une méconnaissance des réels pouvoirs de l’OMS, constate le Détecteur de rumeurs.

Par Maxime Bilodeau – Le Détecteur de rumeurs – Agence Science-Presse 

L’origine de la rumeur

Le point de départ est une affirmation suivant laquelle des médecins italiens auraient prétendument découvert que ce n’est pas un virus, mais une bactérie qui causerait les décès associés à la COVID. Ils auraient fait cette «découverte» en désobéissant à «la loi sanitaire mondiale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de ne pas pratiquer d’autopsies sur les morts du coronavirus». Depuis la fin du mois de mai, diverses versions de cette «théorie» ont été partagées dans plusieurs langues, comme le français, l’anglais et même le tagalog, un dialecte philippin.

Les faits

C’est en réalité le contraire : les lignes directrices de l’OMS disent clairement qu’il est tout à fait possible d’autopsier un corps présumé ou confirmé infecté par la Covid-19, à condition de respecter certaines mesures de sécurité pour éviter tout risque de contaminer le personnel qui pratique ces autopsies. Par exemple, il faut effectuer ces procédures «dans une salle convenablement ventilée, c’est-à-dire comportant au moins une ventilation naturelle [...], ou dans le cas des salles équipées d’une ventilation mécanique, sous pression négative». Les États membres de l’OMS, comme le Canada, basent leurs propres lignes directrices sur ces recommandations.

De semblables recommandations s’inscrivent dans la mission globale de l’OMS qui, dans les situations d’urgence, comme une pandémie, a entre autres pour rôle d’établir des normes afin d’harmoniser la réponse de la communauté internationale. Dans le cas de la COVID-19, l’OMS enjoignait d’ailleurs dès la fin janvier les pays à «mettre en œuvre une approche globale en matière de santé publique» pour prévenir les infections.

Recommander, mais pas ordonner

Toutefois, l’OMS ne peut pas contraindre ses membres à suivre ses orientations, et c’est pourquoi, même si elle avait recommandé de ne pas pratiquer d’autopsies (ce qu’elle n’a jamais fait), elle n’aurait eu aucun pouvoir pour obliger qui que ce soit. Contrairement à d’autres organisations de l’ONU comme l’Organisation mondiale du commerce, qui dispose d’un mécanisme de résolution des différends commerciaux, l’OMS n’a pas de pouvoir incitatif ou coercitif et mise plutôt sur une approche de volontarisme. C’est ce qui explique que, par exemple, un pays comme la Suède ait pu gérer la crise à sa manière, sans imposer de confinements aussi stricts qu’ailleurs.

Ce manque de pouvoirs contribue aux critiques. Elle a par exemple été blâmée pour sa gestion de la crise du virus H1N1 de 2009, notamment en ce qui a trait à la transparence de ses processus décisionnels. Il en a été de même pour sa réponse jugée tardive face à l’épidémie d’Ebola, en 2014. Les réformes subséquentes concernant les urgences sanitaires ne l’ont pas empêchée d’être attaquée cette année, cette fois-ci pour sa présumée complaisance envers la Chine.

Les États-Unis, à l’origine de cette accusation, ont d’ailleurs menacé de mettre fin à leur relation avec l’OMS. Ils ont suspendu leur contribution monétaire de 553 millions de dollars américains pour l’exercice financier 2020-2021. Cette cotisation représente plus de 20 % du budget annuel total de l’OMS, qui est actuellement d’environ 2,4 milliards. À titre de comparaison, ont noté plusieurs observateurs lors du retrait américain, c’est moins que chez certains hôpitaux universitaires comme celui de Cleveland, en Ohio, dont le budget se chiffrait à 3,9 milliards en 2017.

En fait, l’OMS souffre d’un sous-financement chronique depuis longtemps. Le retrait des États-Unis pourrait la rendre encore plus dépendante de fonds provenant d’organisations philanthropiques, comme la Fondation Bill & Melinda Gates, qui lui a versé 341 millions en 2020-2021… au risque d’alimenter d’autres théories du complot.

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Le pire scénario se concrétise

FAITS DIVERS. Les recherches pour retrouver les sœurs Norah et Romy Carpentier se sont conclues tragiquement. Les policiers de la Sûreté du Québec ont retrouvé leurs corps inanimés dans un boisé de Saint-Apollinaire, le 11 juillet, vers midi. Cette découverte mettait ainsi un terme à l’alerte Amber lancée le 9 juillet et signifiait le début de la chasse à l’homme pour retrouver leur père, Martin C...

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Après une accalmie d'une semaine, les autorités sanitaires ont confirmé, jeudi, qu'un nouveau cas d'infection au coronavirus avait été constaté en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis.

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...