CRÉDIT : CAPTURE D'ÉCRAN RADIO CANADA

Après quatre mois de pandémie et des dépenses importantes réalisées par le gouvernement fédéral pour mettre en place des mesures d'aide d'urgence, le ministre des Finances Bill Morneau a fait le point sur la situation des finances au Canada et présenté un bilan économique.

Pas moins de 212 G$ en mesures d’aide directe pour soutenir les Canadiens et les entreprises du pays ont été versés par le gouvernement de Justin Trudeau afin de faire face à la pandémie de la COVID-19. Le ministre des Finances Bill Morneau a présenté un portrait économique du Canada à la chambre des communes, ce 8 juillet, avec l’objectif de donner «une idée de notre économie telle qu’elle est à l’heure actuelle». 

C’est finalement un déficit record de 343 G$ qu’atteindra le pays cette année. Un montant jamais vu au Canada.

Fin avril, un rapport du directeur parlementaire du budget (DPB), Yves Giroux, prédisait un déficit dépassant les 250 G$. Et la dernière projection réalisée avant qu’éclate la crise sanitaire, en décembre 2019, prévoyait alors un déficit de 28,1 G$ pour l’année 2020-2021. 

La dette fédérale s’élèvera à 1 200 G$ d’ici mars prochain, contre 765 G$ en mars 2020. Selon les projections, elle atteindra 49,1 % du produit intérieur brut (PIB), alors que ce ratio était de 31,1 % en 2019-2020.

Mais le ministre des Finances, tout comme le premier ministre Justin Trudeau un peu plus tôt, ont insisté sur les taux d’intérêts à long terme actuellement bas et un ratio de la dette nationale par rapport au PIB qui placerait le Canada dans une meilleure posture que d’autres pays du G7. De plus, la part des frais liés à la dette dans le PIB n’augmenteront pas. 

Alors que le Canada connaît le «pire ralentissement de son économie depuis la Grande dépression», observe Bill Morneau, il affirme que les impacts économiques et sur les Canadiens auraient été «bien plus graves» sans l’intervention du gouvernement. Et de faire valoir que le fédéral a financé 9 dollars sur 10 des aides, contre un dollar au niveau des provinces. 

«Notre économie se redressera plus tôt que si nous n’avions rien fait. Sans la PCU, un grand nombre de Canadiens n’auraient pas été en mesure de payer leurs dépenses du quotidien.»

Les coûts des mesures d’aide

La Prestation canadienne d’urgence (PCU) a coûté 73,1 G$ au trésor fédéral et la subvention salariale 82,3 G$. 

Cette dernière a bénéficié à 3 millions de travailleurs, a précisé le ministre, tandis que plus de 8 millions de Canadiens ont déjà reçu la PCU. Les deux programmes avaient été prolongés par Ottawa, de 16 à 24 semaines pour la PCU et de 12 à 24 semaines pour la subvention salariale, tous deux jusqu’à la fin du mois d’août. 

Quant aux mesures de soutien aux entreprises, elles ont coûté 21,3 G$.

Par ailleurs, les aides indirectes aux entreprises, via des programmes de crédit, et au secteur agricole consenties par Ottawa représentent plus de 85 G$.

«On pouvait laisser les Canadiens se débrouiller et espérer que ça allait se régler rapidement, ou on pouvait les aider. On a choisi d’appuyer les Canadiens, a fait valoir Justin Trudeau lors de son point de presse donné plus tôt le même jour, qui a défendu un plan «ambitieux». 

Le premier ministre croit que «le coût de l’inaction aurait été beaucoup plus élevé pour les milieux de la santé et de l’économie». Avant d’ajouter, «ce n’est pas le temps de se serrer la ceinture» afin de «jeter les bases pour une relance économique» en supportant les «plus vulnérables et les entreprises». 

«Augmenter les impôts ou couper des services serait la pire chose à faire, estime-t-il. On doit créer des emplois et de la croissance économique et c’est exactement ce qu’on va faire.»

Bill Morneau a dressé cet état de situation, alors que le gouvernement Trudeau devait présenter son budget de l’année 2020 le 30 mars, ce qui n’a jamais eu lieu en raison de la mise sur pause du pays après les deux premières semaines du mois. 

Le gouvernement n’est pas allé au-delà de mars 2021 dans ses projections puisqu’il est «impossible de faire des prévisions exactes» en raison des nombreuses incertitudes économiques qui persistent et de la crise toujours en cours. 

 

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Le pire scénario se concrétise

FAITS DIVERS. Les recherches pour retrouver les sœurs Norah et Romy Carpentier se sont conclues tragiquement. Les policiers de la Sûreté du Québec ont retrouvé leurs corps inanimés dans un boisé de Saint-Apollinaire, le 11 juillet, vers midi. Cette découverte mettait ainsi un terme à l’alerte Amber lancée le 9 juillet et signifiait le début de la chasse à l’homme pour retrouver leur père, Martin C...

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Après une accalmie d'une semaine, les autorités sanitaires ont confirmé, jeudi, qu'un nouveau cas d'infection au coronavirus avait été constaté en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis.

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...