L'inspecteur-chef, Guy Lapointe, a fait le point sur l'affaire Carpentier. (Crédit photo : Sûreté du Québec)

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 juillet.

Par Mélanie Labrecque - Collaboration spéciale

La séquence des événements a été très rapide. «Ce que l’enquête démontre, avec les résultats de l’autopsie et tous les éléments qu’on possède, c’est qu’au lever du jour, le 9 juillet, l’irréparable était déjà commis», a-t-il mentionné.

Tout a commencé par l’embardée survenue sur l’autoroute 20 à la hauteur du kilomètre 288. L’accident n’était pas intentionnel et l’examen de la scène a permis de déterminer que Carpentier avait même tenté de reprendre le contrôle de son véhicule. C’est à partir de ce moment que son comportement est devenu «hors norme», a expliqué M. Lapointe.

Après que le trio eut traversé l’autoroute, il a marché 1,7 km jusqu’à la roulotte dans laquelle Carpentier s’est introduit. Tout indique que les fillettes étaient avec leur père à cet instant, mais n’y sont pas entrées. Blessées pendant l’accident, ce n’est pas ce qui a causé leur mort. L’irréparable a été commis, à 2,4 km du site de l’accident, dans un boisé du rang Bois-Joly. «Pour nous, c’est clair, il s’agit d’un double meurtre et les fillettes ont été tuées à ce moment-là à l’aide d’un objet contondant», a-t-il poursuivi.

Martin Carpentier a, par la suite, marché quelques kilomètres supplémentaires avant de s’enlever la vie. Ainsi, le corps retrouvé le 20 juillet derrière une résidence du rang Saint-Lazare était bel et bien le sien, a confirmé Guy Lapointe.

La mort de Martin Carpentier met un terme à l’enquête criminelle. Cependant, il était la pièce maîtresse du mystère entourant la chronologie des événements et les motivations derrière le geste. «La réalité c’est que le principal intéressé est décédé et il y a des choses qu’on ne saura jamais réellement», a précisé l’inspecteur-chef Lapointe. Le dossier est maintenant confié au Bureau du coroner.

Alerte Amber

«Les décisions sont prises avec les éléments qu’on a en main à ce moment-là. […] Aujourd’hui, on a l’assurance, le sentiment que tout ce qui pouvait être fait a été fait. Surtout qu’on sait maintenant la vitesse à laquelle le drame s’est joué», a indiqué Guy Lapointe.

Rappelons que la Sûreté du Québec avait été vivement critiquée pour avoir déclenché l’alerte Amber près de 18 heures après le début des événements. Pourtant, les éléments qu’ils avaient en main au tout début de l’enquête ne laissaient pas présager une issue funeste. «Les éléments qu’on possédait à ce moment ne laissaient pas croire que les fillettes étaient en danger. Cela a été corroboré par les discussions qu’on a eues avec les proches. […] Jusqu’à l’embardée, le comportement de Martin Carpentier était tout à fait normal», a justifié Guy Lapointe.

Les recherches avaient été orientées, entre autres, vers les compagnies de taxi et les hôpitaux. Des maîtres-chiens ont aussi ratissé le secteur pour retrouver leur trace. «On avait la prétention qu’ils étaient blessés, mais en sécurité. Après un certain temps sans nouvelles et quand nous avons compris qu’ils se sont enfoncés dans le boisé, nous avons réalisé qu’il y avait anguille sous roche.»

 

Les plus lus

COVID-19 : un restaurant McDonald's de Saint-Nicolas fermé par précaution

Le restaurant McDonald's situé au 1825, route des Rivières, à Saint-Nicolas, a fermé ses portes pendant quelques heures dans la nuit de mardi à mercredi en raison d'un possible cas d'infection au nouveau coronavirus parmi le personnel de l'établissement.

Une nouvelle expansion pour le Marché Carrier

Le Marché Carrier vient d’acquérir le terrain du restaurant Denis de la jungle, voisin du commerce vieux de 50 ans. Avec cette nouvelle acquisition, l’entreprise de Pintendre investira près de 700 000 $ afin de construire une nouvelle usine spécialisée en prêt-à-manger afin de livrer ses produits dans l’ensemble de la province.

Une nouvelle adresse pour se sucrer le bec à Lévis

C’est le 9 juillet dernier que Monsieur bubble a ouvert ses portes au 5169-B, boulevard Guillaume-Couture à Lévis, au grand plaisir de plusieurs amateurs lévisiens de bubble thé, de café et de crème glacée molle.

COVID-19 : quatre écoles lévisiennes touchées par au moins un cas de COVID-19

Le gouvernement du Québec a rendu publique, mardi, une nouvelle liste des écoles touchées par au moins un cas de COVID-19 rapporté avec diagnostic dans la province. En date du 14 septembre à 16h, quatre établissements lévisiens du Centre de services scolaire des Navigateurs (CSSDN) font partie de cette liste.

Un nouveau nom pour le cégep

Le Cégep de Lévis-Lauzon n'est plus. L'institution collégiale lévisienne se nommera désormais le Cégep de Lévis. La direction de l'école a dévoilé au personnel du cégep ce changement de nom et la nouvelle identité visuelle de l'établissement le 20 août dernier.

Le Vieux-Lauzon dans une impasse pour le déneigement

À la suite de l’abandon de «615 clients» par l’entreprise de déneigement qui chapeaute Beau-site excavation et Déneigement Lévis-Lauzon, les résidents du secteur du Vieux-Lauzon font des pieds et des mains depuis la fin juillet afin de trouver une compagnie de déneigement qui pourrait desservir le quartier.

Une Classique différente, mais encore plus populaire

Prévue initialement en juin, la troisième édition de la Classique Bob Bissonnette aura finalement lieu malgré la pandémie. Du 23 au 30 août, des centaines de hockeyeurs, jeunes ou plus vieux, se dirigeront vers le Complexe 2 Glaces Honco de Saint-Romuald afin de prendre part à l’un des plus importants événements sportifs amateurs de la grande région de Québec.

COVID-19 : ceux qui ont visité le zoo Miller le 17 août appelés à se faire tester

Deux personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de dix personnes. Au Québec, le dernier bilan fait état de 111 nouveaux cas.

Nouvelle antenne de Vidéotron à Saint-Nicolas : la Ville refuse que le projet soit réalisé sur son terrain

Au courant de la semaine du 17 août, les élus de la Ville de Lévis ont décidé de ne pas conclure de bail avec Vidéotron en vue de l’érection d’une nouvelle antenne de télécommunications à l’arrière de la caserne de pompiers de Saint-Nicolas. C’est en raison de l’opposition des résidents du secteur que les échevins lévisiens ont rejeté le projet sous sa mouture actuelle.

COVID-19 : deux nouveaux cas à Lévis

Dans son bilan régional publié vendredi, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé que deux nouveaux d'infection au coronavirus ont récemment été découverts dans la région, plus précisément à Lévis.