En juillet, 40 760 volumes ont été prêtés contre 88 411 en juillet 2019. CRÉDIT : ARCHIVES

Depuis la réouverture des bibliothèques de la Ville de Lévis, seules trois accueillent les lecteurs, Pierre-Georges-Roy, Francine-McKenzie et Anne-Marie-Filteau. Pourtant, les usagers sont nombreux à manifester leur impatience de voir leur bibliothèque de quartier accessible.

«La Ville de Lévis, dans l’ensemble de la pandémie, on l’a joué très défensif. Dès le départ, le maire a été formel : protection des citoyens et sécurité des employés. On aimait mieux être trop défensifs, et assurer la sécurité, qu’être trop proactifs. Alors, on y a été au compte-goutte», présente le directeur de la vie communautaire à la Ville de Lévis, René Tremblay.

C’est à partir du 29 mai dernier que les comptoirs de prêt pouvaient reprendre leurs activités grâce au feu vert de la Santé publique. La municipalité avait choisi la date du 25 juin pour la reprise des opérations de prêt sans contact. Depuis le 3 juillet, les rayons des bibliothèques sont, à nouveau, accessibles au public. 

37 000 livres à récupérer

Au moment de l’annonce du gouvernement qui autorisait uniquement la reprise du service de prêt dans les bibliothèques de la province, 37 000 livres en circulation étaient à récupérer par les dix bibliothèques du territoire lévisien.

«C’était une grosse source de préoccupation pour nous, explique René Tremblay. Comment allait-on récupérer ces livres? Où étaient-ils? Dans quelle bibliothèque allaient-ils revenir? Et, quelles allaient être les mesures de quarantaines?»

Le temps de régler cette question, la Ville a décidé de n’ouvrir ses comptoirs que le 25 juin pour le prêt sans contact. «Il y avait deux raisons : il fallait que les gens aient le temps de porter leurs emprunts dans les chutes à livre sur l’ensemble du territoire et qu’on les mette en quarantaine.»

Autre défi pour les bibliothèques, 17 000 personnes avaient réservé des livres. «Imaginez que vous avez réservé Le secret depuis mars. Votre bibliothèque d’attache est Pierre-Georges-Roy, mais votre livre est à Saint-Étienne. Alors, il fallait s’assurer de récupérer le livre dans la chute à livre où il était, le mettre en quarantaine et le porter à Pierre-George-Roy. Cette opération devait être complétée avant de rouvrir», ajoute-il.

Alors que seules trois bibliothèques sont ouvertes, Pierre-Georges-Roy, Francine-McKenzie et Anne-Marie-Filteau, les autres resteront fermées jusqu’à nouvel ordre, malgré l’impatience des lecteurs. En juillet, 40 760 volumes ont été prêtés contre 88 411 en juillet 2019, soit 46 % des prêts de l’an passé.

«À l’époque où on a pris cette décision, on a dit : tout d’abord, c’est la période estivale, deuxièmement, les gens sont extrêmement défensifs sur la consommation des services. Des centaines de personnes ont annulé leur inscription aux camps de jour, parce qu’ils n’étaient plus à l’aise d’y envoyer les enfants. Nos piscines sur réservation connaissent un succès mitigé, parce que les gens ont des réserves. Il y a encore beaucoup de craintes. On pensait que les trois bibliothèques ressources allaient faire le travail et satisfaire les membres.»

694 requêtes au service à la clientèle

«On a reçu entre le 16 mars et hier (le 6 août), 694 requêtes pour les bibliothèques. 90 % demandent : ‘‘Ma bibliothèque ouvre quand?’’», indique le directeur de la vie communautaire. L’an passé, sur la même période, le service à la clientèle de la Ville de Lévis avait reçu 79 requêtes en lien avec les bibliothèques.

«694, ça nous parle. C’est sûr que les gens veulent savoir ce qui va arriver avec leur bibliothèque», reconnaît René Tremblay, qui précise que le mécontentement est pris «très au sérieux». Ainsi, les données compilées des messages reçus par le service à la clientèle de la Ville seront transmis aux élus, afin qu’une réponse puisse être donnée aux usagers après la fête du Travail sur la date de réouverture et les bibliothèques concernées.

Toutefois, deux d’entre elles, la bibliothèque Saint-David et la bibliothèque Jean-Gosselin, ne rouvriront pas leurs portes avant la fin octobre voire novembre. «Pour respecter les mesures d’hygiène, notre service de police s’est installé dans deux centres communautaires où il y a deux bibliothèques. Elles ne pourront pas rouvrir tant que la police va être là», justifie-t-il. 

De la même façon, le Centre Raymond-Blais restera fermé cet automne. «On a communiqué avec chaque organisme pour essayer de trouver un lieu de remplacement et on est même ouverts à payer dans le privé, au Centre de congrès ou à l’Hôtel L’Oiselière. On veut maintenir les liens de partenariat avec les organismes communautaires.» 

Les plus lus

Un champ d’avoine à la maison

René Gélinas réside à Saint-Nicolas. Au printemps, il a fait la semence d’avoine devant son domicile. On peut maintenant y retrouver une parcelle de champ doré dont il en fera la récolte en septembre.

L'urgence du Centre Paul-Gilbert rouvrira dimanche

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé, le 7 septembre, que l'urgence ambulatoire du Centre Paul-Gilbert de Charny reprendra ses activités habituelles à compter du 12 septembre prochain.

Un jeune cycliste happé par une voiture à Saint-Nicolas

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) est intervenu le 10 septembre au soir après avoir reçu un appel concernant une collision entre un cycliste et une voiture dans le secteur Saint-Nicolas. Le jeune cycliste de 17 ans a été transporté à l’hôpital puisqu’il était dans un «état critique».

Chronique historique - Une publication centenaire

Ce n’est pas tous les jours qu’une publication franchit le cap des 100 ans. C’est pourtant ce qui se passe cette année pour L’Écho du Collège de Lévis, périodique intergénérationnel qui permet d’entretenir un contact avec les anciens et anciennes du Collège depuis un siècle.

COVID-19 : la quatrième vague commence à prendre de l'ampleur dans la région

Selon le bilan régional sur l'évolution de la pandémie publié mardi par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), des augmentations de plusieurs indicateurs, dont le nombre de nouveaux cas et le nombre de cas actifs, ont été enregistrées au cours des huit derniers jours.

La «colonne vertébrale» du circuit cyclable lévisien annoncé officiellement

Lors d’un point de presse, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a cnofirmé que la nouvelle piste cyclable multifonctionnelle qui longera le boulevard Guillaume-Couture sur une distance d’un peu plus de 14 km entre le Cégep de Lévis et la tête des ponts deviendra réalité. En 2022, une première phase de 4,8 km sera réalisée.

Le centre sportif du campus de Lévis de l’UQAR inauguré

C’est le 31 août qu’a eu lieu l’inauguration du centre sportif du campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) par le recteur de l’UQAR, François Deschênes, accompagné de la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et du président de l’Association générale des étudiantes et des étudiant...

Vers une grève dans certains CPE de la région?

Réunies en assemblée générale le 1er septembre, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs des CPE de Québec–Chaudière-Appalaches–CSN ont voté à «forte majorité» en faveur d’un mandat de grève de dix jours à utiliser au moment jugé opportun.

COVID-19 : nouvel appel à la vaccination par les autorités

Le premier ministre du Québec, François Legault, le ministre de la Santé de la province, Christian Dubé, et le directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, ont fait le point sur la situation sanitaire de la province, le 7 septembre dernier. Si M. Legault a indiqué que les Québécois devront «apprendre à vivre avec le virus», il a demandé une nouvelle fois à ses concitoyens non vaccinés ...

Un premier parc canin dans l’est de la ville

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a inauguré le 24 août, accompagné de Stephen Boutin président du Groupe CSB et des élus municipaux, le second parc canin lévisien. Celui-ci est situé à l’est de la ville dans le nouveau quartier UMANO, à l’arrière du campus de l’UQAR à Lévis.