D’une dizaine de minutes, le court-métragage a mobilisé une cinquantaine de personnes. CRÉDIT : LAURIE CARDINAL

Réalisateur lévisien et fondateur de la boite de production basée à Lévis Le Dock, Michaël Labrecque prépare son nouveau court-métrage Blind Fear, une plongée dans un monde cyberpunk dominé par une intelligence artificielle. La création de cet univers ayant nécessité la construction de décors, une campagne de sociofinancement est en cours pour couvrir les frais.

Dans la cité Noméli sous le contrôle d’une intelligence artificielle, la compagnie autocrate Helius, une jeune femme rejoint un groupe rebelle qui cherche à renverser le pouvoir en place pour le redonner aux habitants. Aventurière et loup solitaire, Izy est habituée à faire tout ce dont elle a besoin pour survivre.

Cette fonceuse, qui a créé son propre réseau de travail pirate informatique, va alors saisir l’opportunité qui s’offre à elle de faire ses preuves et de prendre sa place dans un monde où la vie se cache dans l’ombre de la mort.

Sans chercher à dénoncer les dérives des technologies, le réalisateur Michaël Labrecque a voulu présenter les faits et montrer ce qui pourrait arriver. «Je présente un groupe de jeunes qui vit dans un environnement déshumanisé. Ils évoluent dans un univers où regroupés ensemble, ils reprennent de leur d’humanité», explique-t-il.

Court-métrage d’une dizaine de minutes, Blind Fear a été tourné dans les anciennes bâtisses d’une boulangerie de Saint-Philémon en juillet dernier. Une cinquantaine de personnes ont participé à l’aventure et se sont relayées en petits groupes, pandémie oblige, sur le plateau de tournage. Deux mois avant que les moteurs tournent, les décors y avaient été construits afin de donner vie aux rues de la cité de Noméli.

Une immersion dans un nouvel univers

Voulant immerger le public dans l’ambiance cyberpunk du film, Michaël Labrecque et son équipe ont créé un nouvel univers. «En réalisant les décors en vrai, c’est plus tangible, on se sent dedans, souligne-t-il. J’ai fait en sorte qu’on ait le moins possible d’extension clip à faire. Grâce à tous les gens, des accessoires et même un monstre au complet ont été faits. On a utilisé les technologies, l’impression 3D. Pour les décors, ça a été beaucoup de travail de recyclage.»

Entre 15 000 et 20 000 $ sont nécessaires à la fabrication du film ainsi que la promotion. Pour soutenir la production, une campagne de sociofinancement est en cours sur la plateforme Indiegogo. Le public a jusqu’au début du mois d’octobre pour apporter sa contribution et recevoir une contrepartie selon le montant donné, comme une mention dans le générique de fin, la bande sonore du film à télécharger, l’affiche signée ou des créations artisanales à l’image de Blind Fear.

Le court-métrage est notamment produit par Le Dock, une entreprise spécialisée en production audiovisuelle et basée à Lévis, fondée par Michaël Labrecque. Par cette structure, le réalisateur de Blind Fear veut aider les projets cinématographiques à naître et soutenir la création en proposant la gestion de la production. Diplômé en cinéma du Cégep de Lévis, le Lévisien est aussi membre du collectif de jeunes professionnels Boite d’allumettes.

Michaël Labrecque a réalisé une vingtaine de films courts, dont Ma boite au trésor (2018) et Union (2017). Dernièrement, il a aussi été directeur de la photographie sur le tournage du dernier film de Feber E. Coyote, Hank est en ville. Le réalisateur aimerait maintenant que sa dernière création devienne une série télévisée, puisque le projet est toujours en cours. Envoyés à plusieurs diffuseurs, le synopsis de la suite des aventures de Blind Fear est déjà prêt. 

Campagne de financement au bit.ly/3c921ot.

Les plus lus

COVID-19 : éclosion au Costco de Saint-Romuald

Par voie de communiqué, la Direction de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé, le 8 octobre, que 13 cas positifs de COVID-19 ont été découverts au sein du personnel du magasin Costco de Saint-Romuald.

COVID-19 : délestage à l'Hôtel-Dieu de Lévis

Par voie de communiqué, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé, le 15 octobre, que l'Hôtel-Dieu de Lévis diminuera temporairement certains rendez-vous médicaux et opérations au bloc opératoire. La direction du CISSS-CA justifie sa décision par le fait que son personnel est fortement sollicité pour combattre des éclosions sur des unités de soi...

COVID-19 : nouveaux sommets de cas et d'hospitalisations en Chaudière-Appalaches

La Chaudière-Appalaches a atteint un nouveau sommet de nouveaux cas d'infection au coronavirus depuis le début de la crise sanitaire le printemps dernier. Hier, 68 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris qu'ils avaient contracté la COVID-19 tandis que 32 personnes sont hospitalisées dans la région en raison du coronavirus, un autre triste sommet.

COVID-19 : la Chaudière-Appalaches atteint un nouveau sommet quotidien pour les nouveaux cas

Pour une deuxième journée consécutive, le nombre quotidien de nouveaux cas de COVID-19 découverts en Chaudière-Appalaches a atteint un nouveau sommet. Hier, ce sont 73 résidents de la région qui ont appris qu'ils avaient contracté la maladie.

Unité mère-enfant de l’Hôtel-Dieu de Lévis : des adaptations nécessaires pendant la pandémie

L’Hôtel-Dieu de Lévis a réagi au texte d’une pétition qui dénonce la manière qu’a l’établissement d’appliquer les directives du ministère de la Santé au sein du service mère-enfant pour lutter contre les risques de transmission de la COVID-19 ainsi qu’aux propos tenus par la porte-parole du Regroupement Naissance-Renaissance, Sophie Mederi, qui est à l’origine de cette initiative.

COVID-19 : un nouveau décès et augmentation des hospitalisations en Chaudière-Appalaches

La Chaudière-Appalaches a enregistré une nouvelle baisse du nombre quotidien de nouveaux cas d'infection au coronavirus alors que 25 résidents de la région ont reçu un diagnostic positif dans la journée d'hier. Toutefois, la maladie a emporté une autre personne qui vivait dans la région et le nombre des hospitalisations a augmenté.

COVID-19 : plus de 70 nouveaux cas et 1 autre décès en Chaudière-Appalaches

Si la Chaudière-Appalaches n'a pas atteint un sommet de nouveaux cas comme lundi, 73 cas d'infection au coronavirus ont été découverts hier dans la région. De plus, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a rapporté, mercredi, qu'un autre résident de la Chaudière-Appalaches a succombé des suites de la COVID-19.

Pas de messes dans le Grand Lévis jusqu’à la fin du mois

Par voie de communiqué, les trois paroisses couvrant les quartiers de Lévis et Saint-Lambert-de-Lauzon, Saint-Jean-l’Évangéliste, Saint-Joseph-de-Lévis et Saint-Nicolas-de-Lévis, ont annoncé qu’elles ne tiendront pas de messes ni de regroupements de prière lors de la période de confinement partiel en zone rouge, en cours jusqu’au 28 octobre.

Un mois pour revivre l’histoire de Charny

Dans le cadre des Journées de la culture, la Corporation Charny Revit propose jusqu’au 25 octobre une programmation d’activités respectant les consignes de la Santé publique et mettant en valeur l’histoire de ce quartier lévisien.

Des projets de logements sociaux nécessaires

Selon ce que rapporte un tweet publié par Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, une entente de principe entre Ottawa et Québec a été officialisée afin d’octroyer 1,8 G$ sur 10 ans pour la construction de logements sociaux. Accompagnée par plusieurs Villes de la province, l’Association des groupes de ressources techniques du Québec (AGRTQ) souhaite qu’avec cette ent...