Léo Giroux veut explorer le monde artistique et peut-être faire de la chanson un métier.� CRÉDIT : MÉLINDA NADEAU PHOTOGRAPHE

Il a 15 ans et en est à sa deuxième participation à Jamais trop tôt, un projet qui rassemble de jeunes interprètes à travers le Canada. Léo Giroux a enregistré une chanson, qui figure sur l’album collectif, et l’a interprétée lors d’un spectacle, le 26 septembre.

Tout a commencé en 2018, lorsque Léo Giroux participe au Petit festival de la chanson de Granby, où il se rend jusqu’en demi-finale. L’une des juges du concours, Andréanne A. Malette, le choisit pour participer à Jamais trop tôt l’année suivante. «J’étais son coup de cœur», se souvient le jeune chanteur.

Du haut de ses 14 ans, le Lévisien est le plus jeune participant à l’édition 2019. «C’est là que mon aventure a commencé avec Jamais trop tôt. J’ai vraiment aimé ça, alors j’ai reparticipé encore cette année, en 2020.»

Ce projet invite les jeunes de 14 à 17 ans à écrire des textes de chanson francophone. Vingt-quatre textes sont ensuite sélectionnés à travers le Canada et sont mis en musique par des artistes franco-canadiens, comme Karim Ouellet, Caroline Savoie, King Melrose, Sara Dufour et Mehdi Cayenne qui ont déjà composé sur des textes écrits dans le cadre de Jamais trop tôt.

«Après nous avoir choisis aux auditions la coach vocale et la directrice artistique, nous attribue une chanson», raconte Léo Giroux qui se souvient avoir été quelque peu dérouté lors de sa première participation en entendant la chanson.

Sortir de sa zone de confort

«Ce n’était pas mon style. Mais quand je suis allé au camp en août, la chanson est devenue différente et ça m’a sorti de ma zone de confort. J’ai beaucoup aimé ça», partage celui qui s’est approprié la musique et le texte. Cette année encore, la nouvelle chanson a représenté un défi pour le jeune interprète qui a de nouveau beaucoup appris.

«Sur scène, tu peux être quelqu’un de différent. Tu peux être qui tu veux, confie-t-il. Mon style, c’est plutôt pop et ballade, les chansons à voix. Ma première chanson, Le Goût de la liberté était rythmée. J’avais un personnage et une chorégraphie. J’ai fait des choses auxquelles je n’étais pas habitué. Cette année, Boom Boom Boomers m’a aussi fait explorer un autre style.»

Le texte s’adresse à la génération des boomers. «Ça dit, laissez-nous vivre. C’est nous la relève et vous autres avez eu votre temps. C’est à notre génération de prendre sa place. Certains pensent qu’on ne travaille pas fort, mais on travaille fort», explique Léo Giroux qui a l’impression que les boomers ne croient pas vraiment en les capacités de sa génération.

«Il y a beaucoup de jeunes qui sont préoccupés par la planète, par exemple. On a une belle génération de travaillants. Je ne comprends pas pourquoi les boomers chialent sur nous. Cette chanson, c’est un cri du cœur pour notre génération.»

Vivre de sa passion

«Aujourd’hui, on a la chance de faire ce qu’on aime et on peut vivre de notre passion», croit-il. Son amour de la musique lui vient de ses parents, qui sont à la barre de la troupe musicale la Gang des macadams. «J’ai grandi là-dedans. Dans les spectacles, il y avait une trentaine à une quarantaine de membres avec des enfants, dont je faisais partie. J’ai fait plusieurs spectacles avec eux.»

Sur scène, il découvre sa passion pour la musique et la chanson. «Quand j’étais petit, je criais dans la maison et puis, à un moment donné, je me suis mis à chanter. J’ai pris des cours de chant.»

Depuis, le chanteur ne s’est jamais arrêté et espère poursuivre son rêve. Si chanter pourrait devenir un métier, il s’intéresse aussi aux coulisses de la scène. «J’ai participé à La Voix junior 2 et j’ai vu comment ça se passait. Le monde artistique, ça m’intéresse et j’ai envie de l’explorer, car c’est très large.»

Puisque Jamais trop tôt est ouvert aux jeunes jusqu’à leurs 17 ans, Léo Giroux, qui n’a que 15 ans, compte encore retenter sa chance l’an prochain. «C’est un beau projet dans lequel on a la chance de faire un enregistrement professionnel.» L’album, qui réunit les 24 pièces, est disponible en ligne sur les plateformes musicales. 

Les plus lus

Le parc de la Pointe-Benson ouvrira en 2022

L’aménagement du parc de la Pointe-Benson débutera au printemps prochain. Les nouvelles installations, qui ouvriront au public en 2022, ont été redessinées depuis le dévoilement du premier projet afin de mieux s’adapter à l’environnement naturel des lieux.

Le Grenier amorce le réaménagement de ses futurs locaux

C’est le 4 janvier dernier que les travaux permettant le réaménagement du sous-sol de l’église Christ-Roi en vue du déménagement du Comptoir alimentaire Le Grenier à cet endroit se sont amorcés. Le Journal de Lévis a eu droit, le 28 janvier, à une visite du chantier.

Quelques assouplissements aux mesures sanitaires en Chaudière-Appalaches

Le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé, le 2 février, que certains assouplissements apportés aux mesures sanitaires entreront en vigueur partout dans la province, le 8 février prochain. Cependant, la Chaudière-Appalaches demeure une zone rouge et les résidents de la région devront encore respecter plusieurs mesures, dont le couvre-feu en vigueur de 20h à 5h.

Rapport d’enquête du Manoir Liverpool rendu public «sous peu»

À la suite de son enquête interne concernant les manquements du Manoir Liverpool de Lévis lors du printemps 2020, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé, le 3 février dernier, que son rapport sera rendu public «sous peu». Également, les exploitants de la résidence privée pour aînés (RPA) sont en processus de vente de l’établissement.

Des sacs réconfortants distribués dans Bellechasse

Près de 5 200 sacs réconfortants seront distribués dans les écoles, les CPE, les garderies et quelques organismes du territoire de Bellechasse à la fin du mois de février.

COVID-19: moins de 40 cas en Chaudière-Appalaches

Le Centre intégré de santé et de Services sociaux de Chaudière-Appalaches fait état de 38 nouveaux cas de COVID-19 sur le territoire au cours des 24 dernières heures. Cela porte le total de personnes infectées depuis le début de la pandémie à 11 380.

Remontée des nouveaux cas dans la région

Au cours des 24 dernières heures, 65 personnes en Chaudière-Appalaches ont contracté la COVID-19. Selon le plus récent bilan régional du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), ce sont 11 112 personnes qui ont contracté la maladie depuis le début de la pandémie.

COVID-19 : baisse importante des nouveaux cas, mais deux décès supplémentaires enregistrés

Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), le nombre de nouveaux cas de COVID-19 confirmés a connu une importante baisse comparativement à mardi, alors que 33 résidents de la région ont appris hier qu'ils avaient été infectés par le virus. Toutefois, comme lors des deux dernières journées, le CISSS-CA a confirmé que deux autres ...

COVID-19 : encore moins de 40 nouveaux cas dans la région

Comme hier, moins de 40 nouveaux cas de COVID-19 ont été confirmés en Chaudière-Appalaches. Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 36 résidents de la région ont appris mercredi qu'ils avaient été infectés par le coronavirus.

COVID-19 : 42 nouveaux cas et 1 décès supplémentaire en Chaudière-Appalaches

Comme lors de plusieurs journées de la semaine dernière, une quarantaine de résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris lundi qu'ils avaient contracté la COVID-19. De plus, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches a annoncé, dans son plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie, qu'une autre personne demeurant dans la région a perdu son combat contre la mal...