Léo Giroux veut explorer le monde artistique et peut-être faire de la chanson un métier.� CRÉDIT : MÉLINDA NADEAU PHOTOGRAPHE

Il a 15 ans et en est à sa deuxième participation à Jamais trop tôt, un projet qui rassemble de jeunes interprètes à travers le Canada. Léo Giroux a enregistré une chanson, qui figure sur l’album collectif, et l’a interprétée lors d’un spectacle, le 26 septembre.

Tout a commencé en 2018, lorsque Léo Giroux participe au Petit festival de la chanson de Granby, où il se rend jusqu’en demi-finale. L’une des juges du concours, Andréanne A. Malette, le choisit pour participer à Jamais trop tôt l’année suivante. «J’étais son coup de cœur», se souvient le jeune chanteur.

Du haut de ses 14 ans, le Lévisien est le plus jeune participant à l’édition 2019. «C’est là que mon aventure a commencé avec Jamais trop tôt. J’ai vraiment aimé ça, alors j’ai reparticipé encore cette année, en 2020.»

Ce projet invite les jeunes de 14 à 17 ans à écrire des textes de chanson francophone. Vingt-quatre textes sont ensuite sélectionnés à travers le Canada et sont mis en musique par des artistes franco-canadiens, comme Karim Ouellet, Caroline Savoie, King Melrose, Sara Dufour et Mehdi Cayenne qui ont déjà composé sur des textes écrits dans le cadre de Jamais trop tôt.

«Après nous avoir choisis aux auditions la coach vocale et la directrice artistique, nous attribue une chanson», raconte Léo Giroux qui se souvient avoir été quelque peu dérouté lors de sa première participation en entendant la chanson.

Sortir de sa zone de confort

«Ce n’était pas mon style. Mais quand je suis allé au camp en août, la chanson est devenue différente et ça m’a sorti de ma zone de confort. J’ai beaucoup aimé ça», partage celui qui s’est approprié la musique et le texte. Cette année encore, la nouvelle chanson a représenté un défi pour le jeune interprète qui a de nouveau beaucoup appris.

«Sur scène, tu peux être quelqu’un de différent. Tu peux être qui tu veux, confie-t-il. Mon style, c’est plutôt pop et ballade, les chansons à voix. Ma première chanson, Le Goût de la liberté était rythmée. J’avais un personnage et une chorégraphie. J’ai fait des choses auxquelles je n’étais pas habitué. Cette année, Boom Boom Boomers m’a aussi fait explorer un autre style.»

Le texte s’adresse à la génération des boomers. «Ça dit, laissez-nous vivre. C’est nous la relève et vous autres avez eu votre temps. C’est à notre génération de prendre sa place. Certains pensent qu’on ne travaille pas fort, mais on travaille fort», explique Léo Giroux qui a l’impression que les boomers ne croient pas vraiment en les capacités de sa génération.

«Il y a beaucoup de jeunes qui sont préoccupés par la planète, par exemple. On a une belle génération de travaillants. Je ne comprends pas pourquoi les boomers chialent sur nous. Cette chanson, c’est un cri du cœur pour notre génération.»

Vivre de sa passion

«Aujourd’hui, on a la chance de faire ce qu’on aime et on peut vivre de notre passion», croit-il. Son amour de la musique lui vient de ses parents, qui sont à la barre de la troupe musicale la Gang des macadams. «J’ai grandi là-dedans. Dans les spectacles, il y avait une trentaine à une quarantaine de membres avec des enfants, dont je faisais partie. J’ai fait plusieurs spectacles avec eux.»

Sur scène, il découvre sa passion pour la musique et la chanson. «Quand j’étais petit, je criais dans la maison et puis, à un moment donné, je me suis mis à chanter. J’ai pris des cours de chant.»

Depuis, le chanteur ne s’est jamais arrêté et espère poursuivre son rêve. Si chanter pourrait devenir un métier, il s’intéresse aussi aux coulisses de la scène. «J’ai participé à La Voix junior 2 et j’ai vu comment ça se passait. Le monde artistique, ça m’intéresse et j’ai envie de l’explorer, car c’est très large.»

Puisque Jamais trop tôt est ouvert aux jeunes jusqu’à leurs 17 ans, Léo Giroux, qui n’a que 15 ans, compte encore retenter sa chance l’an prochain. «C’est un beau projet dans lequel on a la chance de faire un enregistrement professionnel.» L’album, qui réunit les 24 pièces, est disponible en ligne sur les plateformes musicales. 

Les plus lus

La «Grande Dame de la Barricade» s’éteint

Figure de proue et copropriétaire du légendaire Bar La Barricade, Johanne Carrier nous a malheureusement quittés à l’âge de 63 ans, le 24 avril dernier. Personnage iconique du Vieux-Lévis, la dame de la mythique institution vieille de bientôt 50 ans située sur la côte du Passage laissera une empreinte indélébile dans le cœur de tous ceux qu’elle a croisés.

Une figure économique connue candidate du PCQ à Lévis

Le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, a dévoilé, le 19 mai, la candidate qui représentera ses couleurs dans la circonscription de Lévis à la prochaine élection provinciale prévue à l’automne prochain. Ainsi, l’ancienne conseillère municipale et femme d’affaires lévisienne, Karine Laflamme, tentera d’obtenir la confiance des Lévisiens.

La boutique du QUARTIER ouvrira bientôt ses portes

Nouveau projet développé par Mon Quartier de Lévis, la boutique du QUARTIER ouvrira bientôt ses portes pour la première fois. Dès le 3 juin, les visiteurs du Vieux-Lévis pourront s’arrêter au 78, côte du Passage afin de découvrir les entrepreneurs retenus qui donneront vie à ce commerce d’un nouveau genre.

Première réussie pour Country Storm

Tenue du 5 au 7 mai à Saint-Étienne-de-Lauzon, la première édition de Country Storm a été couronnée de succès.

Aménagement : Lévis présente un nouveau schéma «porteur d’avenir»

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ainsi que le président de la commission consultative d’urbanisme et d’aménagement et conseiller municipal du district Saint-Jean, Guy Dumoulin, ont dévoilé, le 29 avril, les détails entourant le Schéma d’aménagement et de développement de Lévis révisé. Dans le projet de schéma révisé adopté par le conseil municipal le 25 avril, l’administration Lehouillier ve...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 4 mai 2022

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), en collaboration avec Culture Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, lance ses appels de candidatures pour le Prix du CALQ – Artiste de l’année dans la Capitale-Nationale et le Prix du CALQ – Artiste de l’année en Chaudière-Appalaches. En décernant ces prix, le CALQ poursuit son objectif de reconnaissance publique en démontrant son appui au...

L’hypersexualisation de la femme renforcée par les codes vestimentaires?

Le code vestimentaire d’établissements scolaires favoriserait-il l’hypersexualisation de la femme? La réponse serait oui selon Marianne Tremblay et Rose Simard, deux élèves de secondaire cinq à l’École secondaire les Etchemins (ESLE) de Charny. Dans le cadre de leur cours d’entrepreneuriat, elles ont entamé des démarches afin de faire changer la réglementation à ce sujet.

Un homme s’extirpe des flammes à Pintendre

Une maison a été la proie des flammes sur le chemin des Sables, à Pintendre, dans la nuit de samedi à dimanche. Un homme qui se trouvait à l’intérieur a été grièvement blessé en s’échappant du domicile.

Chronique historique - Les anglophones de Lévis

En septembre 2020, le Journal de Lévis publiait un article nous apprenant qu’une école primaire de langue anglaise s’installera à Lévis en 2022. Sujet intriguant s’il en est un, l’histoire de la Rive-Sud comporte des pages qui relatent de manière éparse la présence d’une communauté anglophone qui a laissé des traces significatives et partiellement oubliées.

Aider grâce à la nature

Éducatrice spécialisée depuis quelques années, la Lévisienne Caroline Vallières lancera bientôt son projet de rêve. Grâce à un partenariat noué avec la Ferme Origine de Pintendre, elle ouvrira cet été les portes de son entreprise qui offrira des services d’accompagnement spécialisé dans la nature : Bottes et sabots.