La flotte de 43 autocars nolisés d’Autobus Fleur de Lys est inactive depuis la mi-mars. CRÉDIT : COURTOISIE

Depuis qu’une partie de la Chaudière-Appalaches est passée au palier d’alerte rouge, plusieurs mesures ont été mises en place, dont la fermeture de certains commerces et établissements de la région. Cette situation est de plus en plus difficile à vivre pour les entrepreneurs concernés.

«C’est une catastrophe économique et humaine», qualifie Georges Morissette, président et directeur général d’Autobus Fleur de Lys, dont les activités sont réduites à zéro depuis le 13 mars dernier. L’entreprise de Charny, qui se spécialise dans le transport nolisé touristique, ne peut plus effectuer de voyages organisés au Québec pour les visiteurs étrangers ou aux États-Unis, puisque les frontières sont fermées depuis le mois de mars.

«Le tourisme allait très bien en 2019. En 2020, on se dirigeait vers une année exceptionnelle. On ne pense pas que ça va revenir avant 2023», s’inquiète l’entrepreneur. Ce sont 8,5 M$ de revenus qui n’ont pas été engendrés, 1 700 contrats qui n’ont pas été honorés et 86 mises à pied depuis mars dernier. 

«On avait un espoir au niveau du transport des équipes de sport scolaire et collégial. Ça avait commencé légèrement, mais depuis le 1er octobre tout est arrêté», partage M. Morissette, qui se réjouissait de pouvoir réengager quelques employés et sortir quelques autocars de son garage qui contient une flotte de 43 véhicules.

Pour le moment, le secteur d’activités des transports nolisés fait partie «des grands oubliés de la pandémie». «Ça va prendre une aide spécifique parce qu’on ne pourra pas passer à travers. On ne pourra pas supporter nos flottes pendant deux ans sans quasi aucune activité, ajoute l’entrepreneur. Il faut que nos entreprises restent en vie parce que quand ça va reprendre, le marché va avoir besoin de nous.»

Pour le moment, la Fédération des transporteurs par autobus a effectué plusieurs représentations auprès des différents paliers de gouvernement afin d’obtenir une aide spécifique au secteur des transports nolisés. Elle a d’ailleurs demandé une aide à hauteur de 16 M$ au gouvernement fédéral, rapporte Georges Morissette.

Des décisions drastiques dans les gyms

Lorsqu’il a su que Gym Facteur 23 devait fermer ses portes de nouveau à la suite de l’annonce du gouvernement provincial la semaine dernière, Éric Olivier, président et entraîneur personnel de la salle d’entraînement lévisienne, s’est dit déçu de devoir en arriver là de nouveau. «Il y a une incohérence comparée à certains endroits où la distanciation est plus difficile. Depuis le début, il n’y a pas eu de cas dans les gyms et on se retrouve à être dans les premiers à fermer», déplore-t-il.

Déjà que la réouverture en juin n’avait pas été facile puisque l’été est la «saison morte» des salles d’entraînement, cette deuxième fermeture est un coup difficile à prendre. «On arrive en septembre, on connaît d’excellents chiffres malgré tout, et octobre s’enlignait bien aussi. On commençait à prendre notre erre d’aller et on nous demande de fermer», soupire le représentant de Gym Facteur 23.

Éric Olivier s’attend au pire et ne croit pas que les réouvertures se feront vraiment le 28 octobre comme l’annonce le gouvernement provincial.

De plus, il s’inquiète de la santé de ses membres qui sont, eux aussi, très déçus de constater cette nouvelle fermeture. «Les centres d’entraînement sont très propres et les gens qui viennent améliorent leur bien-être physique et mental ainsi que leur système immunitaire du même coup», explique l’entrepreneur.

Comme au printemps dernier, Gym Facteur 23 explorera d’autres avenues afin d’offrir des services à ses membres jusqu’à sa réouverture via des plateformes en ligne.

Un bâton dans les roues pour les cinémas

Sylvain Gilbert, directeur des cinémas Lido et des Chutes, qui a dû lui aussi fermer ses portes en raison de la zone rouge, devra patienter pour accueillir de nouveau ses clients dans ses cinémas. «On était en pleine organisation, l’assistance était en augmentation et on attendait les films américains qui s’annonçaient pour nous donner un deuxième souffle. On remontait la pente lentement et sûrement, on était capable de payer nos frais avec l’assistance et les salaires des employés avec l’aide gouvernementale», expose l’entrepreneur lévisien.

Malgré que l’achalandage de ses salles était moindre qu’à pareille date, M. Gilbert croyait être en mesure de continuer sur cette lancée jusqu’à ce que les nouvelles réglementations de la Santé publique l’en empêchent. 

«C’est comme si on sortait finalement la tête de l’eau, mais qu’il y a quelque chose qui nous  accrochait le pied et qui nous ramenait dans le fond de l’eau à bout de souffle», mentionne-t-il.
Malgré que la situation soit difficile pour lui, la communauté s’est mobilisée derrière ses cinémas. «On a beaucoup de support sur les réseaux sociaux, c’est le seul lien qu’on peut avoir avec la clientèle en ce moment. On a reçu des abonnements supplémentaires pour nous soutenir, notre clientèle est très solidaire», raconte Sylvain Gilbert.

Puisqu’il n’a pas le choix, l’entrepreneur accepte la situation que lui imposent les instances gouvernementales et implore les citoyens de respecter les mesures sanitaires pour le bien de l’économie. «Il faut que les gens comprennent que quand ils ne suivent pas les règles de la Santé publique, nous ça nous ralentit de rouvrir nos portes et on perd de l’argent plus on reste fermé», conclut-il.

Les plus lus

COVID-19 : éclosion au Costco de Saint-Romuald

Par voie de communiqué, la Direction de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé, le 8 octobre, que 13 cas positifs de COVID-19 ont été découverts au sein du personnel du magasin Costco de Saint-Romuald.

COVID-19 : délestage à l'Hôtel-Dieu de Lévis

Par voie de communiqué, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé, le 15 octobre, que l'Hôtel-Dieu de Lévis diminuera temporairement certains rendez-vous médicaux et opérations au bloc opératoire. La direction du CISSS-CA justifie sa décision par le fait que son personnel est fortement sollicité pour combattre des éclosions sur des unités de soi...

COVID-19 : nouveaux sommets de cas et d'hospitalisations en Chaudière-Appalaches

La Chaudière-Appalaches a atteint un nouveau sommet de nouveaux cas d'infection au coronavirus depuis le début de la crise sanitaire le printemps dernier. Hier, 68 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris qu'ils avaient contracté la COVID-19 tandis que 32 personnes sont hospitalisées dans la région en raison du coronavirus, un autre triste sommet.

COVID-19 : la Chaudière-Appalaches atteint un nouveau sommet quotidien pour les nouveaux cas

Pour une deuxième journée consécutive, le nombre quotidien de nouveaux cas de COVID-19 découverts en Chaudière-Appalaches a atteint un nouveau sommet. Hier, ce sont 73 résidents de la région qui ont appris qu'ils avaient contracté la maladie.

Unité mère-enfant de l’Hôtel-Dieu de Lévis : des adaptations nécessaires pendant la pandémie

L’Hôtel-Dieu de Lévis a réagi au texte d’une pétition qui dénonce la manière qu’a l’établissement d’appliquer les directives du ministère de la Santé au sein du service mère-enfant pour lutter contre les risques de transmission de la COVID-19 ainsi qu’aux propos tenus par la porte-parole du Regroupement Naissance-Renaissance, Sophie Mederi, qui est à l’origine de cette initiative.

COVID-19 : un nouveau décès et augmentation des hospitalisations en Chaudière-Appalaches

La Chaudière-Appalaches a enregistré une nouvelle baisse du nombre quotidien de nouveaux cas d'infection au coronavirus alors que 25 résidents de la région ont reçu un diagnostic positif dans la journée d'hier. Toutefois, la maladie a emporté une autre personne qui vivait dans la région et le nombre des hospitalisations a augmenté.

COVID-19 : 33 nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

La montée des cas de COVID-19 se poursuit en Chaudière-Appalaches. La région a dépassé hier la barre psychologique des 1 000 cas, avec 1 003 cas confirmés depuis mars. Aujourd’hui, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches a comptabilisé 33 cas supplémentaires, pour 1 036 cas confirmés dans la région.

COVID-19 : plus de 70 nouveaux cas et 1 autre décès en Chaudière-Appalaches

Si la Chaudière-Appalaches n'a pas atteint un sommet de nouveaux cas comme lundi, 73 cas d'infection au coronavirus ont été découverts hier dans la région. De plus, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a rapporté, mercredi, qu'un autre résident de la Chaudière-Appalaches a succombé des suites de la COVID-19.

Pas de messes dans le Grand Lévis jusqu’à la fin du mois

Par voie de communiqué, les trois paroisses couvrant les quartiers de Lévis et Saint-Lambert-de-Lauzon, Saint-Jean-l’Évangéliste, Saint-Joseph-de-Lévis et Saint-Nicolas-de-Lévis, ont annoncé qu’elles ne tiendront pas de messes ni de regroupements de prière lors de la période de confinement partiel en zone rouge, en cours jusqu’au 28 octobre.

Un mois pour revivre l’histoire de Charny

Dans le cadre des Journées de la culture, la Corporation Charny Revit propose jusqu’au 25 octobre une programmation d’activités respectant les consignes de la Santé publique et mettant en valeur l’histoire de ce quartier lévisien.