L’artiste RenéeRose a réalisé une peinture murale qui symbolise l’esprit du lieu. - CRÉDIT : RENÉEROSE

C’est en extérieur, sur les murs de l’ancienne abbaye cistercienne située à Saint-Romuald, que RenéeRose a créé sa dernière œuvre visible aux yeux des promeneurs. L’artiste a réalisé deux peintures murales à l’aérosol qui symbolisent l’esprit du lieu.

L’abbaye cistercienne de Saint-Romuald est aujourd’hui en ruine. Le site est devenu un terrain de jeu pour les amateurs de planche-à-roulette, une halte pour les marcheurs, un lieu d’exposition impromptue à ciel ouvert. Déjà, sur ce qui était autrefois l’intérieur du bâtiment, des peintures ornent les murs.

Deux nouvelles œuvres murales créées par l’artiste de Lévis RenéeRose viennent s’ajouter à cette collection offerte au vent, aux intempéries et au regard de ceux qui y passent. Par ce projet, l’artiste veut contribuer à mettre en valeur différents endroits grâce à la création artistique.

«C’est un endroit qui mérite d’être valorisé. J’ai connu le monastère quand les religieuses y habitaient encore. J’ai connu une autre époque avant ce qu’on voit aujourd’hui, puisque c’est en ruine. C’est dommage», partage RenéeRose.

Et d’ajouter qu’avec «le confinement, les opportunités d’exposition sont franchement plus rares. Et le besoin d’apporter du bonheur aux gens est lui pas mal élevé.»

Sur un mur de béton extrêmement texturé, les peintures d’une hauteur de 8 pieds et de 10 pieds de long ont été imaginées selon l’esprit du lieu. De 1902 à 2002, une communauté de sœurs cloîtrées a en effet habité le monastère. Dans les années soixante, elles étaient près de 90 à y vivre.

Vierge Marie ou religieuse, c’est une femme en posture d’introspection, marquant un temps d’arrêt ou de prière, qui accueille le visiteur. «En haut de la côte, c’est ce que les gens découvrent en arrivant, à l’entrée du monastère. On peut y voir un moment où le temps s’arrête ici, on peut se déposer avant de poursuivre notre randonnée», souligne l’artiste.

«Je trouvais qu’une figure religieuse, c’est pertinent. Je me suis dit que j’allais essayer de faire un portrait de la Vierge, car les religieuses la vénéraient beaucoup. La texture était tellement difficile, qu’au final, ça a donné un portrait à mi-chemin. Certains vont voir une religieuse, d’autres la Sainte Vierge. Il y a de la place pour l’interprétation», poursuit-elle.

Sur un autre mur, à mi-chemin entre le monde extérieur et intérieur dans lequel les religieuses vivaient isolées du reste de la société, RenéeRose a dessiné une rose et des oiseaux, dont la symbolique rattache l’œuvre au lieu.

«J’ai représenté les oiseaux de la forêt, qui font partie du monde extérieur, et qui sont aussi très paisibles. La rose est en lien avec la pureté du lieu et la quête spirituelle», explique-t-elle.

La réalisation de ces deux murales a demandé plusieurs jours de travail à l’artiste. «J’essaie de le faire de façon continue pour pouvoir offrir une continuité aux gens qui passent et qui voit l’œuvre se déployer sous leurs yeux. Aussi, pour pouvoir prendre des photos de l’œuvre finale avant qu’elle soit altérée, car c’est tout le temps le risque à l’extérieur.»

L’artiste aimerait maintenant «proposer d’autres projets au niveau de la Ville de Lévis pour revaloriser d’autres endroits qui ont besoin d’une touche positive et créative» ainsi que «trouver un support financier pour poursuivre ce projet, une autre facette du défi artistique». Un processus long et souvent vain pour les artistes. RenéeRose aimerait aussi poursuivre son aventure artistique dans l’écrin qu’est l’ancienne abbaye. «C’est lieu qui a besoin d’amour» et l’art met du baume au cœur, croit l’artiste.

Les plus lus

COVID-19 : Chaudière-Appalaches touchée inégalement par la 3e vague

La troisième vague de la pandémie de COVID-19 frappe bel et bien Chaudière-Appalaches, a confirmé la directrice régionale de santé publique de la Chaudière-Appalaches, la Dre Liliana Romero, lors d’une entrevue avec le Journal ce 31 mars. La région est toutefois divisée en deux zones, l’une sous contrôle, l’autre dans une situation critique.

Un laboratoire pharmaceutique de Lévis développe un remède contre la COVID-19

Angany, pharmaceutique franco-canadienne qui possède un laboratoire à Lévis, travaille présentement à l’élaboration d’un médicament qui permettrait de guérir et de prévenir la COVID-19. Complémentaire au vaccin, ce remède pourrait s’avérer très efficace pour lutter contre les variants.

Lévis resserrera sa réglementation sur les animaux

L’administration Lehouillier a présenté les détails de sa nouvelle réglementation sur les animaux de la Ville de Lévis qu’elle déposera lundi prochain. Entrant en vigueur le 19 avril prochain, l’ensemble de règles permettra la mise en place de plusieurs mesures afin «d’assurer davantage la sécurité des Lévisiens et le bien-être des animaux».

Mesures spéciales d'urgence : déception et colère au sein de la communauté lévisienne

La décision du gouvernement provincial d'imposer un reconfinement strict à Lévis afin d'endiguer la troisième vague de la pandémie de COVID-19 a été accueillie avec des sentiments mitigés par plusieurs intervenants lévisiens.

COVID-19 : importante hausse du nombre de cas en Chaudière-Appalaches

Le nombre journalier de cas de COVID-19 découverts en Chaudière-Appalaches a fait un important bond. Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 33 résidents de la région ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le coronavirus.

En classe avec de jeunes entrepreneurs

Les sept élèves de la classe de langage du deuxième cycle du pavillon Maria-Dominique de l’École Notre-Dame-d’Etchemin se sont lancés en affaires au mois de novembre passé. Accompagnés de leur enseignante, Marie-Joëlle Vézina, et de l’éducatrice spécialisée de la classe, Marilyn Huppé-Gagné, les élèves de l’école primaire de Saint-Romuald ont créé la Jouet-Thèque.

COVID-19 : autre bond des nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 142 résidents de la région ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19. Il s'agit de la quatrième journée consécutive où plus de 100 nouveaux cas sont enregistrés en Chaudière-Appalaches.

COVID-19 : 136 nouveaux cas et 1 décès supplémentaire en Chaudière-Appalaches

La troisième vague de la pandémie continue de prendre de l'ampleur dans la région. Selon les données publiées dimanche par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS), 136 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le coronavirus. De plus, un nouveau décès lié à la COVID-19 a été enregistré dans la région.

COVID-19 : important bond des nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

La pandémie semble prendre de nouveau de l'ampleur en Chaudière-Appalaches, alors que le nombre de nouveaux cas de COVID-19 découverts dans la région a fait un important bond. Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 67 résidents de la région ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le corona...

COVID-19 : légère augmentation des nouveaux cas et un nouveau décès dans la région

Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie dans la région du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 51 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19. De plus, un résident de la région a récemment succombé des suites d'une infection au coronavirus, une première depuis p...