L’artiste RenéeRose a réalisé une peinture murale qui symbolise l’esprit du lieu. - CRÉDIT : RENÉEROSE

C’est en extérieur, sur les murs de l’ancienne abbaye cistercienne située à Saint-Romuald, que RenéeRose a créé sa dernière œuvre visible aux yeux des promeneurs. L’artiste a réalisé deux peintures murales à l’aérosol qui symbolisent l’esprit du lieu.

L’abbaye cistercienne de Saint-Romuald est aujourd’hui en ruine. Le site est devenu un terrain de jeu pour les amateurs de planche-à-roulette, une halte pour les marcheurs, un lieu d’exposition impromptue à ciel ouvert. Déjà, sur ce qui était autrefois l’intérieur du bâtiment, des peintures ornent les murs.

Deux nouvelles œuvres murales créées par l’artiste de Lévis RenéeRose viennent s’ajouter à cette collection offerte au vent, aux intempéries et au regard de ceux qui y passent. Par ce projet, l’artiste veut contribuer à mettre en valeur différents endroits grâce à la création artistique.

«C’est un endroit qui mérite d’être valorisé. J’ai connu le monastère quand les religieuses y habitaient encore. J’ai connu une autre époque avant ce qu’on voit aujourd’hui, puisque c’est en ruine. C’est dommage», partage RenéeRose.

Et d’ajouter qu’avec «le confinement, les opportunités d’exposition sont franchement plus rares. Et le besoin d’apporter du bonheur aux gens est lui pas mal élevé.»

Sur un mur de béton extrêmement texturé, les peintures d’une hauteur de 8 pieds et de 10 pieds de long ont été imaginées selon l’esprit du lieu. De 1902 à 2002, une communauté de sœurs cloîtrées a en effet habité le monastère. Dans les années soixante, elles étaient près de 90 à y vivre.

Vierge Marie ou religieuse, c’est une femme en posture d’introspection, marquant un temps d’arrêt ou de prière, qui accueille le visiteur. «En haut de la côte, c’est ce que les gens découvrent en arrivant, à l’entrée du monastère. On peut y voir un moment où le temps s’arrête ici, on peut se déposer avant de poursuivre notre randonnée», souligne l’artiste.

«Je trouvais qu’une figure religieuse, c’est pertinent. Je me suis dit que j’allais essayer de faire un portrait de la Vierge, car les religieuses la vénéraient beaucoup. La texture était tellement difficile, qu’au final, ça a donné un portrait à mi-chemin. Certains vont voir une religieuse, d’autres la Sainte Vierge. Il y a de la place pour l’interprétation», poursuit-elle.

Sur un autre mur, à mi-chemin entre le monde extérieur et intérieur dans lequel les religieuses vivaient isolées du reste de la société, RenéeRose a dessiné une rose et des oiseaux, dont la symbolique rattache l’œuvre au lieu.

«J’ai représenté les oiseaux de la forêt, qui font partie du monde extérieur, et qui sont aussi très paisibles. La rose est en lien avec la pureté du lieu et la quête spirituelle», explique-t-elle.

La réalisation de ces deux murales a demandé plusieurs jours de travail à l’artiste. «J’essaie de le faire de façon continue pour pouvoir offrir une continuité aux gens qui passent et qui voit l’œuvre se déployer sous leurs yeux. Aussi, pour pouvoir prendre des photos de l’œuvre finale avant qu’elle soit altérée, car c’est tout le temps le risque à l’extérieur.»

L’artiste aimerait maintenant «proposer d’autres projets au niveau de la Ville de Lévis pour revaloriser d’autres endroits qui ont besoin d’une touche positive et créative» ainsi que «trouver un support financier pour poursuivre ce projet, une autre facette du défi artistique». Un processus long et souvent vain pour les artistes. RenéeRose aimerait aussi poursuivre son aventure artistique dans l’écrin qu’est l’ancienne abbaye. «C’est lieu qui a besoin d’amour» et l’art met du baume au cœur, croit l’artiste.

Les plus lus

Les élections municipales minute par minute

C'est aujourd'hui que les Québécois sont appelés aux urnes afin de choisir leurs élus municipaux. Comme à son habitude, le Journal de Lévis vous propose une couverture de cette journée décisive minute par minute afin que vous puissiez connaître les derniers développements de la fin de la campagne à Lévis ainsi qu'à Saint-Anselme et Saint-Michel-de-Bellechasse.

Une exception qui vire au cauchemar

Charlotte (nom fictif) est l’une des Québécoises qui peut profiter de l’exemption de porter le masque dans les lieux publics, en raison de sa condition médicale. Depuis juillet 2020, ce droit s’est transformé en chemin de croix pour la Lévisienne qui fait face à plusieurs refus dans des commerces de la région.

Beaumont fêtera en grand en 2022

C’est en présence de plusieurs partenaires et d’élus de la région que le comité organisateur des fêtes du 350e anniversaire de Beaumont a dévoilé, le 3 novembre, la programmation et le logo des festivités qui se dérouleront l’an prochain dans la municipalité bellechassoise.

Noyade à Breakeyville : un homme retrouvé dans sa piscine

Un homme de 54 ans à mobilité réduite a été retrouvé inanimé au fond de sa piscine samedi en fin d’après-midi, à Breakeyville.

Le Club de golf Beaurivage s’animera pour la saison hivernale

Les nouveaux propriétaires du Club de golf Beaurivage lanceront cet hiver la première programmation hivernale du club de golf situé à Saint-Étienne-de-Lauzon. Au menu, sentiers de patin, de raquette ainsi que pistes de ski de fond.

Loïc Mathieu prépare un nouveau cadeau pour le CPSL

Après avoir réuni plus de 4 000 $ pour le Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) lors de la dernière Guignolée du Dr Julien, Loïc Mathieu récidive cet automne. Comme l’an dernier, l’adolescent lévisien récolte de nouveau des contenants consignés afin de supporter financièrement l’organisme basé dans le Vieux-Lévis.

Le Lab22 s’impliquera à l’École Marcelle-Mallet

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’action jeunesse, le gouvernement du Québec annonçait que le Secrétariat de la jeunesse du Québec investira 3 M$ sur trois ans pour soutenir la démarche du Lab22 qui vise à accompagner et soutenir les écoles dans leur transition écologique, le 22 octobre dernier. 19 écoles du Québec, dont l’École Marcelle-Mallet, ont été sélectionnées pour participer à ce...

Une première pelletée de terre pour le pavillon d’enseignement préclinique de la Chaudière-Appalaches

Les travaux de construction du nouveau pavillon d’enseignement préclinique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) sur le site de l’Hôtel-Dieu de Lévis ont été inaugurés, le 4 novembre dernier. Geneviève Guilbault, vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Danielle McCann, min...

COVID-19 : Québec recule face à la vaccination obligatoire dans le réseau de la santé

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a annoncé, le 3 novembre, que le gouvernement du Québec reculera concernant sa décision d’imposer la vaccination obligatoire au personnel du réseau de la santé qui devait être en vigueur à compter du 15 novembre prochain. Cependant, M. Dubé a indiqué qu’«on passe de la vaccination obligatoire au dépistage obligatoire» puisque les emp...

10 ans pour la Maison de soins palliatifs du Littoral

En activité depuis le 11 novembre 2011, la Maison de soins palliatifs du littoral (MSPL) fêtera le 11 novembre prochain ses 10 ans. L’organisme, qui a pour mission d’accompagner les personnes en fin de vie, a réussi, lors de la dernière décennie, à aider aux alentours de 1 200 personnes et leur famille.