Les poules urbaines permettent d’avoir des œufs frais, du composte pour son jardin et réduisent les déchets en mangeant les restes de table. CRÉDIT : COURTOISIE

Des citoyens de Lévis demandent à l’administration municipale d’autoriser et de réglementer les poules urbaines à Lévis. La Ville travaille justement sur cette question et regarde la possibilité de mener des projets pilotes sur le territoire.

Québec, Trois-Rivières, Sherbrooke, Gatineau, Saguenay, Victoriaville, Terrebonne… Au Québec, une soixantaine de municipalités permettent d’avoir quelques poules chez soi. Et ces poulaillers urbains sont de plus en plus populaires. Sans compter qu’avec la pandémie, nombreux ont été ceux à chercher plus d’autonomie alimentaire.

Des Lévisiens se sont rassemblés sur Facebook pour demander à la Ville d’autoriser la garde de poules. Le groupe Pour la légalité des poules à Lévis a pour objectif de faire évoluer les règles sur le territoire. Christian Demers, José Martel et Joane Breton veulent sensibiliser les élus et les autres citoyens aux bienfaits des poules urbaines.

À Lévis, la réglementation permet uniquement aux citoyens de certaines zones agricoles de posséder des poules sur leur terrain. Selon les règles de la Ville, les volatiles entrent en effet dans la catégorie des animaux de ferme, interdits en zone urbaine. 

Favoriser les bonnes pratiques

 «À Lévis, les poules urbaines ne sont pas règlementées. Par contre, c’est toléré. Une personne qui a des poules chez elle, c’est toléré tant et aussi longtemps qu’il n’y a pas de plainte du voisinage», remarque la porte-parole du regroupement citoyen, Joane Breton. 

Une règlementation permettrait justement d’éviter de telles situations en instaurant de bonnes pratiques et garantirait une saine gestion animalière et sanitaire, estime le regroupement de citoyens. «Pour le bien-être animal, le bien-être de l’environnement et le bon voisinage, on estime que c’est vraiment important qu’une règlementation soit faite», défend-t-elle.

«Des fois, un voisin peut se plaindre parce que les poules se promènent. Mais dans toutes les règlementations des municipalités qui autorisent la garde de poules, les propriétaires doivent avoir un poulailler clôturé et les poules n’ont pas le droit de se promener sur le terrain.» 

Tout en autorisant les poules urbaines, les textes permettent donc de fixer des règles claires et uniformes qui imposent un entretien rigoureux. «Quand c’est bien entretenu, il n’y a pas de bruit et pas d’odeur», assure Joane Breton. Il faut aussi se procurer des animaux vaccinés en bonne santé et un enclos adéquat.

«Les poules sont aussi des animaux de compagnie. Elles deviennent comme un pitou. Ce sont des animaux très agréables à côtoyer, fait savoir celle qui en a eu, mais dont le poulailler est vide en attendant la règlementation. Pour moi, c’est un plaisir animalier, un loisir et un passe-temps. Avoir des œufs frais, c’est très agréable.»

Avec la COVID, il y a aussi eu un engouement pour les poules urbaines. «Ça va dans le même sens que d’autres démarches, comme les jardins collectifs, faire pousser ses légumes. Les gens retournent aux sources», partage la porte-parole qui souligne que les volatiles permettent de réduire ses déchets en mangeant les restes de table, produisent un excellent composte pour les cultures et permettent de responsabiliser les enfants qui s’en occupent. 

Du côté de la Ville de Lévis, «on est dans une situation évolutive», a indiqué le maire Gilles Lehouillier qui a évoqué la question des poules urbaines lors de la période de questions ouverte aux citoyens lors du conseil municipal du 26 octobre.
«Le conseil municipal se questionne actuellement sur ce qu’on pourrait faire au sujet des poules en milieu urbain, a-t-il indiqué. On est en train de regarder pour mettre de l’avant des expériences pilotes au niveau des poules urbaines.»

Les plus lus

Incendie majeur à la Davie

Avec l'aide des sapeurs du chantier maritime, plusieurs équipes du Service de la sécurité incendie de la Ville de Lévis (SSIVL) sont actuellement déployées au Chantier Davie, à Lauzon, afin de combattre un important brasier qui s'est déclaré ce matin dans l'un des entrepôts de l'entreprise.

De nouveaux locaux à la hauteur de la demande

L’inauguration des nouvelles installations du comptoir alimentaire le Grenier, situé au sous-sol de l’église Christ-Roi, a eu lieu en présence du président du conseil d’administration de l’organisation, Yvon Gosselin, des coprésidents d’honneur de la campagne de financement, René Bégin, président du conseil d’administration de la Caisse Desjardins de Lévis, et Gilles Lehouilier, maire sortant de L...

Santé : l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis à éviter, la situation épidémiologique encore stable

Si la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches n'a pas trop changé, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a lancé un appel aux citoyens, dans son bilan régional publié mercredi. L'organisation demande en effet aux gens de la région d'éviter l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis si leur état de santé ne nécessite pas une intervention urgente.

COVID-19 : la Santé publique régionale tire la sonnette d'alarme

Par voie de communiqué, la Direction régionale de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a partagé son inquiétude face à la détérioration de la situation épidémiologique de la région.

Nouveau défi sportif pour la Fondation Ancrage Jeunesse

La Fondation Ancrage Jeunesse a joint ses forces avec la Fondation Jeunesse du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) ainsi qu'avec le Gym Facteur 23 afin de créer un événement sportif à Lévis. L’activité a pour but d’amasser des fonds pour aider et soutenir les jeunes qui sont suivis par la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ). Le Défi Facteur...

L’homme disparu dans les eaux du fleuve a été retrouvé

Le Lévisien disparu dans les eaux du fleuve Saint-Laurent après que son embarcation eu chaviré a été retrouvé samedi en après-midi.

Une rentrée appréciée au Collège

Près d’un mois après la reprise des classes dans l’institution du Vieux-Lévis, les dirigeants du Collège de Lévis se réjouissent des premières semaines de l’année scolaire 2021-2022, lors de laquelle les élèves de l’école secondaire privée ont pu vivre une rentrée plus normale que l’an dernier.

COVID-19 : près de 60 nouveaux cas découverts dans la région

Après une légère accalmie hier, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé vendredi que 58 nouveaux cas de COVID-19 ont été découverts dans la région au cours des 24 dernières heures. La majorité d'entre eux ont été confirmés dans le sud de la Chaudière-Appalaches.

Soins de santé dans la région : une situation alarmante

Avec un système de la santé déjà fatigué avant même la pandémie de COVID-19, le syndicat des professionnels en soins de Chaudière-Appalaches craint arriver à un point de non-retour dans le prochain mois. Selon l’organisation syndicale, les hôpitaux de Lévis, Montmagny, Saint-Georges et Thetford Mines pourraient se retrouver en bris de service après le 15 octobre prochain, date où le personnel soig...

Un nouveau service pour les aînés offert par les Lions

Le Club Lions Saint-Étienne/Saint-Nicolas/Saint-Rédempteur a inauguré son tout nouveau vélo-calèche, le 23 septembre dernier. Ce nouveau moyen de transport permettra d’offrir des balades à vélo aux résidents de résidences pour aînés du territoire couvert par le club.