Le Tremplin reçoit 30 nouveaux dossiers par mois, rapporte son directeur général Guillaume Boivin. CRÉDIT : ARCHIVES

Si la situation pandémique impacte l’ensemble de la population, ses effets viennent s’ajouter aux problématiques que rencontraient déjà les personnes immigrantes dans leurs démarches d’intégration. Le Tremplin enregistre une forte hausse des demandes de service.

Trente nouvelles demandes chaque mois sont reçues par le centre pour personnes immigrantes et leurs familles, le Tremplin. «C’est énorme», constate le directeur général de l’organisme lévisien, Guillaume Boivin. L’an passé, le Tremplin avait plutôt reçu autour de 200 nouveaux dossiers en un an. En 2020, le nombre pourrait atteindre 360.

«On est 100 % opérationnel. Au mois de juillet, on a reçu un nouveau financement du ministère de l’Immigration qui nous a permis de déployer de nouveaux services et d’augmenter notre force d’intervention pour les services individuels, les accompagnements. C’est arrivé au bon moment», rassure Guillaume Boivin.

Trois ressources de plus ont été ajoutées cet été, les intervenants auprès des personnes immigrantes passant ainsi de deux à cinq personnes. Le Tremplin espère prochainement intégrer une sixième ressource à cette équipe.

«Sans ce soutien, ça serait difficile de répondre à la demande. Si la tendance se maintient, on ne pourra pas continuer», admet le directeur.

En plus de l’augmentation des demandes, le profil des personnes qui font appel aux services de l’organisme a changé. «Ce qu’on voit, c’est une évolution du profil de notre clientèle. Il y a une plus forte proportion de travailleurs étrangers temporaires.»

La vulnérabilité augmente

En raison des forts besoin en main-d’œuvre en Chaudière-Appalaches, le recrutement international est en très forte augmentation. Le Tremplin comptait 15 % de travailleurs temporaires dans ses bénéficiaires en 2018-2019, une proportion qui est désormais de 56 %. «Dans la région, pour un résident permanent admis en 2019, il y a eu 15 résidents temporaires admis», observe Guillaume Boivin.

Sans compter que la pandémie a changé beaucoup de choses pour les personnes immigrantes, note-t-il. «On constate une augmentation de la vulnérabilité. Nos activités sociales ont été annulées, alors qu’on sait qu’un nouvel arrivant pour bien vivre son processus d’intégration a besoin de briser son isolement. Se reconstruire un réseau, c’est une étape importante. Sans activités sociales, ça rend leur situation difficile.»

«Quand on parle d’intégration, on parle souvent d’emploi. On entend beaucoup parler de cet aspect de l’immigration, car il y a des besoins en main-d’œuvre à combler. Ce que je dis aux employeurs, c’est de ne pas sous-estimer l’autre aspect. Boulot-dodo, ça ne fonctionne pas. Une personne qui est isolée ne peut pas avoir une intégration réussie. L’isolement est souvent une cause d’échec dans le processus de l’intégration.»

Les personnes immigrantes vivent ce que toutes les autres vivent avec en plus le poids psychologique des défis de l’intégration, de l’adaptation et des démarches à entreprendre. La conséquence, c’est une augmentation de l’anxiété et de la détresse psychologique. D’autres facteurs, comme une hausse de la précarité financière, ajoutent aussi aux difficultés, voit l’organisme sur le terrain.

De nombreuses problématiques sont ainsi apparues : entreprises mises à l’arrêt laissant les travailleurs temporairement sans ressources jusqu’à ce que les programmes d’aide se soient adapter à leur réalité, fermeture des bureaux qui délivrent les permis, gel de l’avancement de certains dossiers qui étaient en cours de traitement, quarantaine imposée aux travailleurs à leur arrivée ou encore l’impossibilité pour les étudiants étrangers de commencer leur session. Des situations qui se sont révélées de véritables casse-têtes pour les travailleurs et les entreprises. 

Les plus lus

COVID-19 : l’état de la situation en Chaudière-Appalaches

Selon les plus récentes données compilées au cours des dernières 24 heures concernant la COVID-19, 96 nouveaux cas infectés ont été découverts en Chaudière-Appalaches, ce 28 décembre. Depuis le 24 décembre, ce sont 343 nouveaux cas et 10 décès reliés à la maladie qui ont été constatés sur le territoire.

Rétrospective de mars

Avant que la pandémie de COVID-19 bouleverse le quotidien de tous les habitants du Québec, plusieurs nouvelles ont retenu l’attention des Lévisiens lors de la première moitié de mars.

COVID-19 : la nouvelle variante détectée au Québec

Les données des 24 dernières heures concernant la COVID-19 au Québec rapportent 109 nouveaux cas et 3 décès supplémentaires en Chaudière-Appalaches, ce 29 décembre. Une première personne au Québec a été infectée par la nouvelle souche de la COVID-19,

COVID-19 : mise à jour de la situation après deux jours de relâche

En raison des jours fériés du temps des Fêtes, Québec a fait relâche de ses bilans quotidiens de la situation de la COVID-19 dans la province les 25 et 26 décembre. Ce sont 6 783 nouveaux cas qui ont été découverts entre le 24 et le 26 décembre derniers.

Chronique historique - Un couple lévisien qui passe à l’histoire

Alfred Leclerc (1853-1914) et son épouse, Camille Guay (1852-1912), ont laissé peu de traces dans l’histoire officielle de Lévis, mais une pierre tombale au cimetière du Mont-Marie est discrètement chargée d’histoire.

Rétrospective de juin

Un parc canin tant attendu, le renouvellement du contrat de l’entraîneur des Chevaliers, un plan d’action pour le communautaire, la feuille de route de la Ville pour l’achat local et l’arrivée d’un nouveau joueur politique à Lévis auront marqué le mois de juin.

Quelques précisions sur le couvre-feu

La vice-première ministre du Québec et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a apporté des précisions sur le couvre-feu qui sera en vigueur dès 20h, ce samedi, à l’occasion d’une conférence de presse tenue le 7 janvier.

COVID-19 : 101 nouveaux cas et 2 décès en Chaudière-Appalaches

Les données des 24 dernières heures concernant la COVID-19 au Québec rapportent 101 nouveaux cas et 2 décès supplémentaires en Chaudière-Appalaches, ce 29 décembre.

COVID-19 : 134 nouveaux cas découverts et 1 décès supplémentaire en Chaudière-Appalaches

Selon les plus récentes données dévoilées par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec portant sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 dans la province, 134 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris hier qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus. De plus, la maladie a dernièrement emporté une autre personne demeurant dans la région.

COVID-19 : 8 autres résidents de la région emportés par la maladie

Selon les plus récentes données publiées par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS) portant sur l'évolution de la pandémie de COVID-19, huit autres résidents de la Chaudière-Appalaches ont succombé des suites d'une infection au nouveau coronavirus au cours des trois derniers jours.