Grâce aux informations contenues dans les documents créés par Jean Fortin et les rencontres virtuelles, Thérèse Blondeau, Marcel Côté, Martine Jobin et Hélène Roberge peuvent réaliser leur rêve d’écrire leur récit de vie. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Depuis le 3 novembre, quatre aînés du Grand Lévis peuvent vivre une aventure humaine enrichissante grâce au Service d’entraide de Pintendre. Chaque semaine, le groupe se réunit virtuellement afin de s’entraider dans la rédaction de leur récit de vie, autobiographie qu’ils pourront partager avec leurs proches afin de présenter leur histoire.

C’est en travaillant à la conception de la programmation d’activités automnales de l’organisme qu’Édith Lachance, la directrice du Service d’entraide de Pintendre, a eu l’idée de proposer ce type d’activité aux gens de la région.

«En septembre, nous voulions recommencer nos activités, surtout nos repas communautaires, puisqu’on sentait que les gens du quartier qui participaient normalement à nos activités s’ennuyaient. Cependant, le passage de la région en zone rouge a bouleversé notre calendrier et nous a poussé à nous réinventer. Ça faisait longtemps que je voulais proposer un atelier d’écriture et le volet récit de vie a rapidement fait l’unanimité au sein de l’organisme. Il y a beaucoup de gens qui veulent écrire leur récit de vie, mais ils n’ont souvent pas le temps de s’y attarder. La pause provoquée par la pandémie nous a donné une belle fenêtre d’opportunité», explique Mme Lachance.

De fil en aiguille, l’animatrice du Service d’entraide de Pintendre, Vickie Drolet, a pu entrer en contact avec Jean Fortin, un ancien professeur de français qui a développé un court programme afin d’aider des personnes qui désirent écrire leur récit de vie. À la suite de son processus d’écriture du récit de vie de sa défunte mère, ce dernier a créé plusieurs documents pédagogiques afin d’atteindre ce but.

Après avoir été formée par M. Fortin, Vickie Drolet était fin prête à lancer les six rencontres prévues dans le cadre de l’atelier avec les quatre aînés, âgés de 68 à 88 ans, qui s’y sont inscrits pour sa première édition.

Plus qu’une formation

Lors de chacune des rencontres qui durent en moyenne plus de deux heures, l’animatrice du Service d’entraide de Pintendre et les quatre participants à l’atelier discutent du travail d’écriture réalisé au cours de la semaine précédente. Lors de la conversation, chacune des personnes présentes à la rencontre virtuelle peut donner des conseils aux autres, que ce soit de parler davantage des émotions qu’elle a ressenties lors d’un événement particulier ou de donner davantage de détails sur certains outils utilisés à l’époque qui ne le sont plus aujourd’hui.

En vue de donner des idées supplémentaires d’éléments à aborder dans la rédaction de leur récit de vie, Vickie Drolet consacre également chaque semaine une partie de la rencontre à un sujet déterminé. Par exemple, lors de la première rencontre, elle a discuté avec les participants de généalogie. Toutefois, si les réunions virtuelles permettent aux personnes inscrites à l’atelier d’avancer leur projet d’écriture, elles leur permettent aussi de simplement socialiser.

«L’atelier a vraiment plusieurs effets bénéfiques. Il permet de stimuler le cerveau des participants, à leur rythme, puisqu’ils doivent effectuer plusieurs recherches et structurer leur récit. Comme l’atelier est réalisé avec un groupe très petit, cela permet aussi aux participants de s’ouvrir plus rapidement. En plus, comme ils font tous partie du même groupe d’âge, ils ont souvent vécu des situations similaires, dont ils peuvent parler plus ouvertement. L’atelier a vraiment permis de créer des liens, comme on en profite aussi pour prendre des nouvelles de chacun. Même que les participants désirent qu’on se réunisse tous virtuellement deux mois après la fin de l’atelier pour avoir la chance d’échanger à nouveau», partage l’animatrice de l’activité.

Expérience appréciée

Un son de cloche aussi partagé par les quatre participants, qui étaient très emballés de prendre part à leur dernière activité de l’atelier lors du passage du Journal au Service d’entraide de Pintendre le 8 décembre. Pour les participants, le nouveau service offert par l’organisme lévisien leur a permis de concrétiser un projet qu’ils caressaient depuis plusieurs années.

«Ça fait une dizaine d’années que j’écris des choses et que je fais des recherches en vue de la rédaction de mon récit de vie. L’atelier m’aide vraiment puisqu’il m’aide à structurer mes éléments. C’est très enrichissant et cette expérience m’a vraiment dépanné dans la progression de mon écriture», indique d’emblée Marcel Côté.

«Ça faisait longtemps que je pensais écrire mon récit de vie. C’était l’un de mes projets de retraite, mais je n’y plongeais pas. L’annonce de l’atelier du Service d’entraide de Pintendre m’a vraiment interpellée et je m’y suis lancée. L’atelier est vraiment utile, on s’aide beaucoup dans notre rédaction. Les activités nous font littéralement voyager dans le temps et amènent beaucoup d’introspection», ajoute pour sa part Hélène Roberge.

D’ailleurs, devant le beau succès de son initiative, le Service d’entraide de Pintendre répétera l’expérience cet hiver. Dès le 26 janvier, un autre groupe pourra prendre part à l’atelier de six rencontres virtuelles afin d’obtenir les outils pour écrire leur récit de vie. Les personnes intéressées peuvent réserver leur place jusqu’au 12 janvier à  info@entraidepintendre.org ou au 418 833-6731.

«Au-delà de l’écriture du récit de vie, l’activité permet de créer des liens entre des personnes, ce qui nous permet d’accomplir l’une de nos missions qui est de briser l’isolement. Avec le premier groupe, on voit vraiment les effets bénéfiques que l’expérience apporte», conclut Édith Lachance.

Les plus lus

COVID-19 : l’état de la situation en Chaudière-Appalaches

Selon les plus récentes données compilées au cours des dernières 24 heures concernant la COVID-19, 96 nouveaux cas infectés ont été découverts en Chaudière-Appalaches, ce 28 décembre. Depuis le 24 décembre, ce sont 343 nouveaux cas et 10 décès reliés à la maladie qui ont été constatés sur le territoire.

Rétrospective de mars

Avant que la pandémie de COVID-19 bouleverse le quotidien de tous les habitants du Québec, plusieurs nouvelles ont retenu l’attention des Lévisiens lors de la première moitié de mars.

COVID-19 : la nouvelle variante détectée au Québec

Les données des 24 dernières heures concernant la COVID-19 au Québec rapportent 109 nouveaux cas et 3 décès supplémentaires en Chaudière-Appalaches, ce 29 décembre. Une première personne au Québec a été infectée par la nouvelle souche de la COVID-19,

COVID-19 : mise à jour de la situation après deux jours de relâche

En raison des jours fériés du temps des Fêtes, Québec a fait relâche de ses bilans quotidiens de la situation de la COVID-19 dans la province les 25 et 26 décembre. Ce sont 6 783 nouveaux cas qui ont été découverts entre le 24 et le 26 décembre derniers.

Chronique historique - Un couple lévisien qui passe à l’histoire

Alfred Leclerc (1853-1914) et son épouse, Camille Guay (1852-1912), ont laissé peu de traces dans l’histoire officielle de Lévis, mais une pierre tombale au cimetière du Mont-Marie est discrètement chargée d’histoire.

COVID-19 : nouveaux sommets de nouveaux cas

Que ce soit en Chaudière-Appalaches ou à l'échelle de la province, les records de nouveaux cas quotidiens de COVID-19 confirmés ont été battus hier, selon les données dévoilées jeudi par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

Rétrospective de juin

Un parc canin tant attendu, le renouvellement du contrat de l’entraîneur des Chevaliers, un plan d’action pour le communautaire, la feuille de route de la Ville pour l’achat local et l’arrivée d’un nouveau joueur politique à Lévis auront marqué le mois de juin.

Quelques précisions sur le couvre-feu

La vice-première ministre du Québec et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a apporté des précisions sur le couvre-feu qui sera en vigueur dès 20h, ce samedi, à l’occasion d’une conférence de presse tenue le 7 janvier.

COVID-19 : 134 nouveaux cas découverts et 1 décès supplémentaire en Chaudière-Appalaches

Selon les plus récentes données dévoilées par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec portant sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 dans la province, 134 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris hier qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus. De plus, la maladie a dernièrement emporté une autre personne demeurant dans la région.

COVID-19 : 101 nouveaux cas et 2 décès en Chaudière-Appalaches

Les données des 24 dernières heures concernant la COVID-19 au Québec rapportent 101 nouveaux cas et 2 décès supplémentaires en Chaudière-Appalaches, ce 29 décembre.