Le médicamment qu’Angany développe serait complémentaire à la vaccination contre la COVID-19. CRÉDIT : FUSION MEDICAL ANIMATION - UNSPLASH

Angany, pharmaceutique franco-canadienne qui possède un laboratoire à Lévis, travaille présentement à l’élaboration d’un médicament qui permettrait de guérir et de prévenir la COVID-19. Complémentaire au vaccin, ce remède pourrait s’avérer très efficace pour lutter contre les variants.

Habituellement spécialisée dans le domaine des allergies, Angany a décidé de mettre la main à la pâte dans la lutte contre la COVID-19 depuis le printemps dernier. Cet automne, l’entreprise pharmaceutique a développé un traitement intraveineux, toujours au stade des essais précliniques, à base d’anticorps monoclonaux, qui pourrait immuniser temporairement les gens contre le coronavirus et ses variants, ainsi que d’aider les malades.

«Quand on parle de vaccin, on parle d’une injection de substances contre lesquelles le système immunitaire va vouloir se défendre en produisant des anticorps. Chez Angany, on offrirait une immunité immédiate aux gens», explique Guy Tropper, vice-président exécutif aux affaires médicales et corporatives. Ainsi, ce médicament serait complémentaire au vaccin et une solution quant à l’arrivée des variants.

«Ce qui pourrait arriver avec les variants, c’est que les gens vont être vaccinés, mais ces vaccins ne couvriront pas nécessairement tous les variants. Donc, il y aura encore des malades. Si on veut rouvrir l’économie et permettre aux gens de ne plus être aux prises avec les mesures sanitaires qu’on connaît, il va falloir une façon rapide de traiter les personnes qui seront malades», expose M. Tropper.

Avec ce produit que la pharmaceutique franco-canadienne développe, il serait possible d’offrir une protection temporaire face au virus qui s’étirerait sur des semaines voire des mois.

Au stade préclinique

Pour le moment, Angany vient de terminer ses tests précliniques qui se sont révélés concluants. En effet, les anticorps monoclonaux qu’ils ont développés à base de plante ont démontré qu’ils étaient «extrêmement neutralisants», c’est-à-dire très efficaces.

«Pour la première souche, les vaccins déjà en place devraient faire un bon travail, on n’est pas inquiet. Là où ça devient différent, c’est au niveau des variants […] avoir une technologie qui permet de créer rapidement des anticorps monoclonaux extrêmement neutralisants, c’est là que ça devient extrêmement important», soutient le représentant de la pharmaceutique.

Ainsi, ce médicament pourrait permettre, par exemple, aux voyageurs d’aller dans un pays où un variant court et où la vaccination n’a pas encore eu lieu et ainsi être immunisé contre le virus le temps de son voyage. Dans d’autres situations, il pourrait être offert aux personnes qui, pour des raisons de santé, ne peuvent pas recevoir le vaccin afin qu’elles soient malgré tout en sécurité. Il pourrait aussi sauver la vie des personnes qui contractent le virus et qui sont à risques de développer des complications.

Angany est présentement aux portes des tests cliniques sur des humains dans le développement de ce produit. Cependant, conduire ces tests demande des ressources financières élevées, c’est pourquoi la pharmaceutique est dans l’attente d’un appui financier des différents paliers gouvernementaux.

Si les gouvernements décidaient d’aller de l’avant avec le développement de ce médicament, les Canadiens seraient les premiers à obtenir le remède et cette protection temporaire à la COVID-19, croit Guy Tropper qui constate que les pays qui ont créé les vaccins contre le coronavirus l’ont offert à leur population en premier.

Les plus lus

Le projet immobilier du Groupe Dallaire au centre de Lévis lancé

Par voie de communiqué, le Groupe Dallaire a annoncé, le 28 avril, le lancement de la première phase de son ensemble résidentiel entre Charny et Saint-Jean-Chrysostome, le Quartier des Pionniers.

COVID-19 : la clinique de dépistage de Lévis déménage au centre-ville

La clinique de dépistage de la COVID-19 de Lévis déménagera ses pénates cette semaine. Dès mercredi, elle sera désormais située dans les anciens locaux de Bingo Rive-Sud, dans la suite 180 du 50, route du Président-Kennedy (Place Lévis).

Scies Mercier : un projet de remplacement qui ne fait pas l’affaire

Un résident et voisin du vieux bâtiment des Scies Mercier situé dans le Vieux-Lévis s’oppose fortement à la démolition de cette bâtisse patrimoniale ainsi qu’au projet d’immeuble qui accueillera six unités résidentielles modernes prévu pour remplacer ce pan de l’histoire lévisienne. À quelques jours de la date limite des dépôts de demande d’appel de la décision du comité de démolition, Charles-Oli...

Les résidents du quartier de l’Aquifère mécontents

Face au développement immobilier, le Quartier Élévation, à Saint-Nicolas, les résidents de la rue de l’Aquifère et des voies alentours se mobilisent pour que le projet de 6 immeubles de 6 à 14 étages soit revu afin de mieux s’intégrer à ce secteur unifamilial.

COVID-19 : encore loin de la zone orange

Si de bonnes nouvelles ont été constatées au cours de la dernière semaine, la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches ne s’est pas grandement améliorée, selon la directrice régionale de santé publique.

La vaccination élargie à deux nouveaux groupes prioritaires en Chaudière-Appalaches

Depuis aujourd'hui la vaccination est élargie aux travailleurs essentiels de milieux à risque important d’éclosion et à certaines personnes ayant une maladie chronique.

Personne n’est invincible face à la COVID-19

Les dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour Sébastien Duclos et sa famille. Ils se remettent tous de la COVID-19 qu’ils auraient contractée, croit-il, au début du mois d’avril, peu avant Pâques. Après avoir vécu les «12 pires jours» de sa vie, il a lancé un cri du cœur sur les médias sociaux implorant ses proches de ne pas «baisser la garde» face au virus et de respecter les normes san...

Transformer sa mort en nouvelle vie pour d’autres personnes

Si Françoise Leblond nous a quittés en mai 2019, sa générosité continue de faire une différence dans notre société. Après avoir eu recours à l’aide médicale à mourir (AMM), l’infirmière auxiliaire lévisienne a fait don de ses poumons, de ses reins et de son foie.

Fin des mesures d’urgence à Lévis et retour au palier rouge

À partir du 10 mai, les mesures spéciales d’urgence seront levées en dans la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, sauf dans trois MRC : Beauce-Sartigan, Robert-Cliche et des Etchemins. Toutes les écoles primaires de Chaudière-Appalaches pourront rouvrir dès cette date.

Le conseil municipal se penche sur l’avenir de l’ancien hôtel Victoria

Lors d’une séance extraordinaire de l’instance le 3 mai, les membres du conseil de municipal de Lévis ont entendu les appels déposés à la suite de la décision rendue par le comité de démolition dans le dossier de l’ancien hôtel Victoria. Deux groupes ont alors pu faire valoir leurs arguments, quelques mois après que le comité de démolition a refusé la demande de démolition déposée par le propriéta...