En près de 24h sur la plateforme de financement participatif GoFundMe, les donateurs avaient déjà offert 13 000 $ pour soutenir Odile Letellier dans son combat contre le cancer. CRÉDIT : COURTOISIE

La boxeuse olympique lévisienne, Odile Letellier, a été forcée de monter une nouvelle fois sur le ring puisqu’elle a reçu un diagnostic de cancer du sein au mois de mars dernier. Les proches de la Lévisienne ont lancé une campagne de financement sur la plateforme de financement participatif GoFundMe afin de soutenir Odile et sa petite famille dans cette épreuve.

C’est en février dernier que la boxeuse de 36 ans a débuté les démarches de dépistage du cancer du sein. «Je me suis rendue compte que j’avais des douleurs et une masse, je me suis dit que j’étais mieux d’aller consulter pour m’assurer que ce soit trop tôt que trop tard», a-t-elle partagé en entrevue avec le Journal.

Odile Letellier venait tout juste de commencer sa carrière d’infirmière quand la nouvelle est tombée. Puisqu’elle était en formation depuis seulement trois jours, elle n’a pas eu droit à l’assurance salaire comme elle devait être en poste depuis au moins trois mois pour en bénéficier. «Il n’y a jamais de bon moment pour ce genre de nouvelle, mais c’était particulièrement un mauvais timing, ce n’est pas quelque chose qu’on avait prévu», a exposé la Lévisienne.

C’est à ce moment que sa belle-sœur lui a proposé le projet d’une collecte de fonds pour lui venir en aide. «Au début, je n’étais vraiment pas d’accord, j’avais l’impression de demander la charité, mais ma belle-sœur me disait qu’il y avait tellement des gens qui demandaient ce qu’ils pouvaient faire pour nous aider et c’est eux qui voulaient le faire pour alléger ma vie et l’épreuve», a-t-elle raconté.

Ainsi, le GoFundMe d’Odile a rapidement explosé. En près de 24h, 13 000 $ ont été amassés et au moment d’écrire ces lignes ce montant se chiffrait à 25 145 $. Cette vague d’amour et ce support dépassent grandement les attentes de la boxeuse.

«C’est incroyable, ça me touche vraiment droit au cœur. Je n’aurais jamais pensé recevoir autant d’amour et de soutien venant de partout, ça me touche, ça me donne de l’énergie et du courage. C’est comme dans un combat où la foule est derrière toi. J’ai une grosse équipe, je suis entourée et toute la foule crie pour moi. Je m’en vais me battre et je ne suis pas seule», a exprimé la Lévisienne visiblement bouche bée.

La boxe comme préparation au combat d’une vie

 Celle qui a disputé une foule de combats de boxe au cours de sa carrière et représenté le Canada avait temporairement accroché les gants en 2018. Selon elle, son passé de boxeuse lui fournit des outils pour passer à travers cette épreuve.

«La boxe n’a pas toujours été facile, j’ai vécu beaucoup d’embûches et toute sorte de choses, mais je n’ai jamais abandonné et j’ai toujours travaillé vraiment fort pour arriver à ce que je voulais. J’ai été outillée tout au long de mon parcours pour faire face à l’adversité, a expliqué Odile Letellier. Je me dis que j’ai la chance d’avoir accès à tous ces outils-là et d’avoir fait face à plusieurs embûches, j’ai l’impression que ça va m’aider à passer au travers même si je ne sais pas vraiment ce qui m’attend.»

Pour la Lévisienne, la boxe a toujours été présente dans sa vie, si bien qu’après sa grossesse, elle était retournée à l’entraînement.

«J’avais envie de revenir quand j’étais enceinte, je m’entraînais quand même un peu. Après avoir accouché, j’avais recommencé à retourner dans le gym, mais la COVID est arrivée. Avec tout ça, je ne pourrai pas dire que je ferai un retour assurément, mais la boxe va toujours être importante pour moi», a mentionné la maman du petit Mathis, âgé d’un an et demi.

Pour plus d’information ou participer à la campagne de financement participatif pour venir en aide à Odile et sa famille, consultez le www.gofundme.com/f/dans-le-coin-odile-pour-laider-dans-son-combat.

Les plus lus

Le projet immobilier du Groupe Dallaire au centre de Lévis lancé

Par voie de communiqué, le Groupe Dallaire a annoncé, le 28 avril, le lancement de la première phase de son ensemble résidentiel entre Charny et Saint-Jean-Chrysostome, le Quartier des Pionniers.

COVID-19 : la clinique de dépistage de Lévis déménage au centre-ville

La clinique de dépistage de la COVID-19 de Lévis déménagera ses pénates cette semaine. Dès mercredi, elle sera désormais située dans les anciens locaux de Bingo Rive-Sud, dans la suite 180 du 50, route du Président-Kennedy (Place Lévis).

Scies Mercier : un projet de remplacement qui ne fait pas l’affaire

Un résident et voisin du vieux bâtiment des Scies Mercier situé dans le Vieux-Lévis s’oppose fortement à la démolition de cette bâtisse patrimoniale ainsi qu’au projet d’immeuble qui accueillera six unités résidentielles modernes prévu pour remplacer ce pan de l’histoire lévisienne. À quelques jours de la date limite des dépôts de demande d’appel de la décision du comité de démolition, Charles-Oli...

Les résidents du quartier de l’Aquifère mécontents

Face au développement immobilier, le Quartier Élévation, à Saint-Nicolas, les résidents de la rue de l’Aquifère et des voies alentours se mobilisent pour que le projet de 6 immeubles de 6 à 14 étages soit revu afin de mieux s’intégrer à ce secteur unifamilial.

COVID-19 : encore loin de la zone orange

Si de bonnes nouvelles ont été constatées au cours de la dernière semaine, la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches ne s’est pas grandement améliorée, selon la directrice régionale de santé publique.

La vaccination élargie à deux nouveaux groupes prioritaires en Chaudière-Appalaches

Depuis aujourd'hui la vaccination est élargie aux travailleurs essentiels de milieux à risque important d’éclosion et à certaines personnes ayant une maladie chronique.

Personne n’est invincible face à la COVID-19

Les dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour Sébastien Duclos et sa famille. Ils se remettent tous de la COVID-19 qu’ils auraient contractée, croit-il, au début du mois d’avril, peu avant Pâques. Après avoir vécu les «12 pires jours» de sa vie, il a lancé un cri du cœur sur les médias sociaux implorant ses proches de ne pas «baisser la garde» face au virus et de respecter les normes san...

Transformer sa mort en nouvelle vie pour d’autres personnes

Si Françoise Leblond nous a quittés en mai 2019, sa générosité continue de faire une différence dans notre société. Après avoir eu recours à l’aide médicale à mourir (AMM), l’infirmière auxiliaire lévisienne a fait don de ses poumons, de ses reins et de son foie.

Fin des mesures d’urgence à Lévis et retour au palier rouge

À partir du 10 mai, les mesures spéciales d’urgence seront levées en dans la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, sauf dans trois MRC : Beauce-Sartigan, Robert-Cliche et des Etchemins. Toutes les écoles primaires de Chaudière-Appalaches pourront rouvrir dès cette date.

Le conseil municipal se penche sur l’avenir de l’ancien hôtel Victoria

Lors d’une séance extraordinaire de l’instance le 3 mai, les membres du conseil de municipal de Lévis ont entendu les appels déposés à la suite de la décision rendue par le comité de démolition dans le dossier de l’ancien hôtel Victoria. Deux groupes ont alors pu faire valoir leurs arguments, quelques mois après que le comité de démolition a refusé la demande de démolition déposée par le propriéta...