CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Les audiences publiques du Bureau du coroner ayant pour sujet le décès d’un résident de la Résidence privée pour aînés (RPA) du Manoir Liverpool à Saint-Romuald débutaient ce 12 avril au palais de justice de Québec. Aujourd’hui, ce sont différents gestionnaires et directions du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) qui étaient appelés à la barre des témoins.

Bien que ces audiences du coroner portent sur le décès de Jacques Levesque à l’âge de 60 ans lors de la première éclosion de la COVID-19, le 26 avril dernier, Me Géhane Kamel, à la tête de l’enquête publique du coroner, a assuré qu’elle tentera d’éclaircir la situation problématique dans laquelle la résidence de Saint-Romuald s’est retrouvée. «Ce que M. Levesque nous permet de faire aujourd’hui, parce qu’on est dans une enquête extraordinaire […] c’est d’entrée au (Manoir) Liverpool pour poser des questions. […] Il y a des gens qui sont décédés au Québec (lors de la première vague de la COVID-19), dont au Manoir Liverpool, et j’ai bien intention de faire la lumière là-dessus», a-t-elle spécifié.

Dre Liliana Romero, directrice régionale de santé publique au CISSS-CA et première intervenante appelée à témoigner, a indiqué que la grande problématique de la RPA lévisienne «qui n’est pas exclusive au Manoir Liverpool» a toujours été le manque de ressources humaines «pour appliquer les bonnes normes de prévention et de contrôle des infections».

Selon le témoignage de Dre Romero, cette dernière n’a pas été informée du décès de Jacques Levesque et «il ne figure pas parmi les cas de COVID positifs».

Une situation qui inquiète Me Kamel

Me Géhane Kamel a fait part de son inquiétude lors du témoignage de Daniel Paré, président-directeur général du CISSS-CA et président de la campagne de vaccination provinciale, puisqu’il n’a jamais été informé des situations problématiques qui se déroulaient au Manoir Liverpool avant un reportage de Radio-Canada. «Dans le cas particulier du Manoir Livepool, c’était sept plaintes sur trois ans, ça ne sortait pas du lot», a spécifié M. Paré.

Rappelons qu’une enquête administrative avait été commandée après ce reportage de Radio-Canada et avait dévoilé un état de situation accablant au sein des Ressources intermédiaires que possédait le Manoir Liverpool, en février dernier.

De son côté, la Directrice de la qualité, performance et éthique au CISSS-CA, Valérie Lapointe, a indiqué lors de son témoignage que depuis son entrée en fonction en avril 2019, le CISSS-CA «ne jugeait pas qu’il était de l’ordre de déclencher une enquête administrative avec les éléments qu’on avait à notre disposition».

«En 2019, on était beaucoup dans l’ordre du respect des recommandations des professionnels sur certains éléments et de la collaboration, c’était très tendu entre le CISSS et l’établissement», a-t-elle ajouté.

En plus d’une formation offerte par les ambulanciers au sein de l’équipe de la RPA de Saint-Romuald, le CISSS-CA a dû «retourner plus d’une fois expliquer les mesures d’hygiène et de salubrité sur place».

Manque de personnel flagrant

Le dernier appelé à la barre des témoins, un gestionnaire au CISSS-CA et infirmier clinicien, a souligné le manque de personnel important au Manoir Liverpool. Questionné à ce propos, le gestionnaire du CISSS-CA qui est venu en renfort à deux reprises à la RPA de Saint-Romuald a affirmé que les employés ont dû «tourner les coins ronds» en raison du manque de travailleurs.

«Si le requis exige d’avoir huit employés, c’est sûr qu’on ne peut pas réussir à faire la même affaire avec trois ou quatre. Est-ce qu’il y a des choses qui ont été coupées un peu? Sûrement», a-t-il soutenu. Cependant, il indique que lors des deux périodes où il a été sur le terrain, les services de bain qui ont dû être sautés en raison du manque de personnel ont tous été administrés avec quelques jours de décalage.

Ce dernier a déploré que la résidence lévisienne ne semblait pas être en mesure d’établir des horaires de travail projetables dans le temps. «On n’était pas capable de savoir qui était temps plein, qui était temps partiel et de projeter sur quatre semaines l’horaire d’un employé», a-t-il soulevé.

Les audiences du Bureau du coroner concernant le cas du décès de Jacques Levesque au Manoir Liverpool se poursuivront tous les jours jusqu’au 16 avril prochain.

Les plus lus

Le projet immobilier du Groupe Dallaire au centre de Lévis lancé

Par voie de communiqué, le Groupe Dallaire a annoncé, le 28 avril, le lancement de la première phase de son ensemble résidentiel entre Charny et Saint-Jean-Chrysostome, le Quartier des Pionniers.

COVID-19 : la clinique de dépistage de Lévis déménage au centre-ville

La clinique de dépistage de la COVID-19 de Lévis déménagera ses pénates cette semaine. Dès mercredi, elle sera désormais située dans les anciens locaux de Bingo Rive-Sud, dans la suite 180 du 50, route du Président-Kennedy (Place Lévis).

Les résidents du quartier de l’Aquifère mécontents

Face au développement immobilier, le Quartier Élévation, à Saint-Nicolas, les résidents de la rue de l’Aquifère et des voies alentours se mobilisent pour que le projet de 6 immeubles de 6 à 14 étages soit revu afin de mieux s’intégrer à ce secteur unifamilial.

Scies Mercier : un projet de remplacement qui ne fait pas l’affaire

Un résident et voisin du vieux bâtiment des Scies Mercier situé dans le Vieux-Lévis s’oppose fortement à la démolition de cette bâtisse patrimoniale ainsi qu’au projet d’immeuble qui accueillera six unités résidentielles modernes prévu pour remplacer ce pan de l’histoire lévisienne. À quelques jours de la date limite des dépôts de demande d’appel de la décision du comité de démolition, Charles-Oli...

COVID-19 : encore loin de la zone orange

Si de bonnes nouvelles ont été constatées au cours de la dernière semaine, la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches ne s’est pas grandement améliorée, selon la directrice régionale de santé publique.

La vaccination élargie à deux nouveaux groupes prioritaires en Chaudière-Appalaches

Depuis aujourd'hui la vaccination est élargie aux travailleurs essentiels de milieux à risque important d’éclosion et à certaines personnes ayant une maladie chronique.

Personne n’est invincible face à la COVID-19

Les dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour Sébastien Duclos et sa famille. Ils se remettent tous de la COVID-19 qu’ils auraient contractée, croit-il, au début du mois d’avril, peu avant Pâques. Après avoir vécu les «12 pires jours» de sa vie, il a lancé un cri du cœur sur les médias sociaux implorant ses proches de ne pas «baisser la garde» face au virus et de respecter les normes san...

Transformer sa mort en nouvelle vie pour d’autres personnes

Si Françoise Leblond nous a quittés en mai 2019, sa générosité continue de faire une différence dans notre société. Après avoir eu recours à l’aide médicale à mourir (AMM), l’infirmière auxiliaire lévisienne a fait don de ses poumons, de ses reins et de son foie.

Fin des mesures d’urgence à Lévis et retour au palier rouge

À partir du 10 mai, les mesures spéciales d’urgence seront levées en dans la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, sauf dans trois MRC : Beauce-Sartigan, Robert-Cliche et des Etchemins. Toutes les écoles primaires de Chaudière-Appalaches pourront rouvrir dès cette date.

Le conseil municipal se penche sur l’avenir de l’ancien hôtel Victoria

Lors d’une séance extraordinaire de l’instance le 3 mai, les membres du conseil de municipal de Lévis ont entendu les appels déposés à la suite de la décision rendue par le comité de démolition dans le dossier de l’ancien hôtel Victoria. Deux groupes ont alors pu faire valoir leurs arguments, quelques mois après que le comité de démolition a refusé la demande de démolition déposée par le propriéta...