CRÉDIT : COURTOISIE

Originaire de Lauzon et meilleur pointeur de l’histoire de l’Association mondiale de hockey (AMH), le hockeyeur André Lacroix a traduit en français et publié son autobiographie. Initialement sorti en avril 2020 en anglais, Après la deuxième tempête de neige : Ma vie sur la glace Ma vie privée raconte la vie du grand sportif de la région.

Maintenant âgé de 75 ans et résidant à Cleveland en Ohio aux États-Unis depuis plusieurs années, le hockeyeur de Lauzon s’est transformé en auteur le temps d’écrire les histoires marquantes de sa jeunesse à aujourd’hui.

«J’ai plus de facilité à me souvenir de ma jeunesse que de qui s’est passé le mois dernier. Quand je parle de l’époque où j’ai joué midget ou quand j’allais à l’école à Lauzon, c’est comme si c’était hier. J’avais tellement de plaisir à faire ce que je faisais qu’aujourd’hui, c’est facile pour moi de me souvenir de ces moments-là», partage-t-il en entrevue téléphonique avec le Journal.

André Lacroix a débuté la rédaction de sa biographie en 2019, il a tout d’abord écrit son contenu en anglais et l’a publiée en avril 2020. Ensuite, il a tenu à la traduire lui-même pour finalement offrir au public de chez lui Après la deuxième tempête de neige: Ma vie sur la glace Ma vie privée. «C’était important pour moi parce que je viens de Lauzon. Tant qu’à l’écrire en anglais, aussi bien la traduire en français pour les gens qui m’ont supporté tout au long de ma carrière», expose celui qui est toujours attaché à sa région natale.

Le plus jeune d’une famille de 14 enfants y raconte ses réussites ainsi que les embûches tout au long de sa carrière où il a notamment joué au sein des Flyers de Philadelphie, des Blackhawks de Chicago et des Whalers de Hartford dans la Ligue nationale de hockey (LNH), en plus de cumuler près de 600 matchs dans l’AMH. Le hockeyeur avait envie de conter son histoire puisqu’elle est peu commune en raison du fait qu’il n’a notamment jamais eu d’agent et qu’il a lui-même négocié tous ses contrats.

«Je voulais que les gens ne suivent pas seulement ma carrière de hockey, mais ma vie et ma carrière personnelle, quand j’étais jeune jusqu’à aujourd’hui», explique-t-il.

Une famille et une région importantes

 Pour André Lacroix, il était crucial de donner une grande place à sa famille et son village natal dans ses écrits puisque c’est là qu’il a vécu les meilleures années de sa vie en pratiquant le sport qui le passionne.

«Je suis très fier d’être venu au monde à Lauzon, il n’y avait que 18 000 personnes qui y habitaient et presque tout le monde travaillait au chantier, se rappelle-t-il. Ma famille a toujours été importante pour moi, jamais elle n’a eu à me dire que j’avais bien joué ou que je devais faire les choses différemment, elle m’a laissé faire et c’est ce dont j’avais besoin.»

Fils d’un ouvrier du Chantier Davie et garagiste, M. Lacroix se souvient que son père travaillait sans relâche, mais qu’il était toujours présent pour lui, tout comme sa mère qui devait s’occuper de la maison ainsi que de 14 enfants. «La seule fois que mes parents se reposaient, c’est quand il venait me voir jouer au hockey. Ils m’ont toujours supporté», raconte le hockeyeur.

Après la deuxième tempête de neige : Ma vie sur la glace Ma vie privée est un titre révélateur et issu des plus beaux souvenirs de l’auteur originaire de Lauzon.

«Quand j’étais jeune à Lauzon à la fin novembre, on avait toujours une tempête de neige, mais la neige de la première tempête ne restait jamais. On savait que quand la deuxième tempête de neige arrivait, on pouvait commencer à patiner», souligne-t-il en riant.

Au cours de leur lecture, les lecteurs apprendront à connaître ou reconnaîtront le hockeyeur de la région et le suivront de sa jeunesse à aujourd’hui sous tous les aspects de sa vie, et ce, sans cachette et sans tabou. Même si ses détracteurs de l’époque affirmaient qu’il n’était pas voué à la carrière qu’il a connue en raison de son physique, André Lacroix a toujours été un battant et a marqué le sport qui le passionne.

En attendant que l’ouvrage d’André Lacroix soit disponible dans les librairies du Québec, les intéressés peuvent se procurer Après la deuxième tempête de neige : Ma vie sur la glace Ma vie privée sur la plateforme Amazon.

Les plus lus

Le projet immobilier du Groupe Dallaire au centre de Lévis lancé

Par voie de communiqué, le Groupe Dallaire a annoncé, le 28 avril, le lancement de la première phase de son ensemble résidentiel entre Charny et Saint-Jean-Chrysostome, le Quartier des Pionniers.

COVID-19 : la clinique de dépistage de Lévis déménage au centre-ville

La clinique de dépistage de la COVID-19 de Lévis déménagera ses pénates cette semaine. Dès mercredi, elle sera désormais située dans les anciens locaux de Bingo Rive-Sud, dans la suite 180 du 50, route du Président-Kennedy (Place Lévis).

Les résidents du quartier de l’Aquifère mécontents

Face au développement immobilier, le Quartier Élévation, à Saint-Nicolas, les résidents de la rue de l’Aquifère et des voies alentours se mobilisent pour que le projet de 6 immeubles de 6 à 14 étages soit revu afin de mieux s’intégrer à ce secteur unifamilial.

Scies Mercier : un projet de remplacement qui ne fait pas l’affaire

Un résident et voisin du vieux bâtiment des Scies Mercier situé dans le Vieux-Lévis s’oppose fortement à la démolition de cette bâtisse patrimoniale ainsi qu’au projet d’immeuble qui accueillera six unités résidentielles modernes prévu pour remplacer ce pan de l’histoire lévisienne. À quelques jours de la date limite des dépôts de demande d’appel de la décision du comité de démolition, Charles-Oli...

COVID-19 : encore loin de la zone orange

Si de bonnes nouvelles ont été constatées au cours de la dernière semaine, la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches ne s’est pas grandement améliorée, selon la directrice régionale de santé publique.

La vaccination élargie à deux nouveaux groupes prioritaires en Chaudière-Appalaches

Depuis aujourd'hui la vaccination est élargie aux travailleurs essentiels de milieux à risque important d’éclosion et à certaines personnes ayant une maladie chronique.

Personne n’est invincible face à la COVID-19

Les dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour Sébastien Duclos et sa famille. Ils se remettent tous de la COVID-19 qu’ils auraient contractée, croit-il, au début du mois d’avril, peu avant Pâques. Après avoir vécu les «12 pires jours» de sa vie, il a lancé un cri du cœur sur les médias sociaux implorant ses proches de ne pas «baisser la garde» face au virus et de respecter les normes san...

Transformer sa mort en nouvelle vie pour d’autres personnes

Si Françoise Leblond nous a quittés en mai 2019, sa générosité continue de faire une différence dans notre société. Après avoir eu recours à l’aide médicale à mourir (AMM), l’infirmière auxiliaire lévisienne a fait don de ses poumons, de ses reins et de son foie.

Fin des mesures d’urgence à Lévis et retour au palier rouge

À partir du 10 mai, les mesures spéciales d’urgence seront levées en dans la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, sauf dans trois MRC : Beauce-Sartigan, Robert-Cliche et des Etchemins. Toutes les écoles primaires de Chaudière-Appalaches pourront rouvrir dès cette date.

Le conseil municipal se penche sur l’avenir de l’ancien hôtel Victoria

Lors d’une séance extraordinaire de l’instance le 3 mai, les membres du conseil de municipal de Lévis ont entendu les appels déposés à la suite de la décision rendue par le comité de démolition dans le dossier de l’ancien hôtel Victoria. Deux groupes ont alors pu faire valoir leurs arguments, quelques mois après que le comité de démolition a refusé la demande de démolition déposée par le propriéta...