Charles-Olivier Roy a modélisé une ébauche de ce à quoi la vue de chez lui pourrait ressembler si le projet de remplacement des Scies Mercier était réalisé. (Photo 1 : après. Photo 2 : avant.) - CRÉDIT : CHARLES-OLIVIER ROY

Un résident et voisin du vieux bâtiment des Scies Mercier situé dans le Vieux-Lévis s’oppose fortement à la démolition de cette bâtisse patrimoniale ainsi qu’au projet d’immeuble qui accueillera six unités résidentielles modernes prévu pour remplacer ce pan de l’histoire lévisienne. À quelques jours de la date limite des dépôts de demande d’appel de la décision du comité de démolition, Charles-Olivier Roy sollicite les citoyens à s’opposer à ce projet qui «changera le cœur du Vieux-Lévis».

Celui dont la famille possède depuis près de 150 ans les terrains voisins des Scies Mercier a modélisé, selon les barèmes établis par les promoteurs, ce à quoi pourrait ressembler l’immeuble si le projet se concrétisait. Pour Charles-Olivier Roy, qui a une expertise dans le domaine de la modélisation et qui modélisé la statue du chevalier de Lévis qui s’élève sur la terrasse située dans le Vieux-Lévis, le projet de remplacement des Scies Mercier cachera entièrement la vue des voisins et ne s’harmonisera pas au style du vieux quartier lévisien.

«Il y a, oui, notre intérêt personnel dans cet enjeu, mais il se conjugue très facilement avec l’intérêt de tous les citoyens de la ville de Lévis et tous ceux qui visitent le cœur du Vieux-Lévis pour profiter de ce secteur. Si on perd ce combat-là, tout le monde va perdre», expose-t-il.

Le Lévisien souligne que les propriétaires du terrain et du bâtiment qui abritaient autrefois les Scies Mercier ont laissé l’immeuble «tomber en ruines». Selon lui, les plans du projet qui ont été présentés à la Ville sont «trompe-l’œil», c’est ce qui l’a poussé à faire une modélisation de son cru du projet et l’a intégré dans les images satellites de Google Earth pour montrer une tout autre perspective.

Ajoutons que M. Roy comprend que la réfection du bâtiment serait onéreuse, mais il soutient qu’un projet de remplacement public comme un parc serait bien plus approprié.

Une adoption de règlement qui inquiète

Pour le voisin des Scies Mercier, une autre problématique ressort de ce dossier puisqu’un règlement a été adopté par le conseil municipal concernant le règlement sur les plans d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) – volet patrimonial. Ce règlement en vigueur depuis mars 2020 indique que si un bâtiment de grande valeur patrimoniale est démoli en raison d’un sinistre ou d’une demande de démolition autorisée par la Ville, son terrain perd sa vocation de grande valeur patrimoniale et n’est donc plus soumis aux règlements entourant le volet patrimonial lors de la construction d’un projet de remplacement.

«La Ville ouvre grand la porte à un changement radical dans le Vieux-Lévis. On pourrait voir des choses incroyables apparaître à côté du couvent de Lévis, on pourrait voir des condos ultras modernes à côté de L’Anglicane et ainsi de suite», s’inquiète M. Roy.

La Ville suit les processus établis

Questionné à ce propos lors d’une mêlée de presse, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier a souligné qu’il était «un peu prématuré» pour le conseil municipal de prendre position puisqu’il n’a pas encore été «saisi du dossier» comme le comité désigné à ce projet y travaille toujours, conformément au processus à respecter.

De son côté, la direction des communications de la Ville de Lévis a mentionné dans un échange de courriels avec le Journal que «le comité de démolition doit, entre autres, évaluer le projet en fonction des critères énumérés à l’article 13 du règlement, dont l’harmonisation du bâtiment et de l’aménagement dans le voisinage ainsi que l’effet du bâtiment et de l’aménagement sur la qualité de vie du voisinage» et que «les élévations et des simulations visuelles ont été fournies par les requérants dans leur demande».

Concernant la modification à la règlementation, la direction des communications soutient qu’un terrain vacant ne possède pas de valeur patrimoniale en fonction de ce règlement. «Donc, si un bâtiment disparait en fonction d’un sinistre (incendie, effondrement, etc.) ou d’une démolition autorisée, il n’y a plus de valeur patrimoniale puisqu’il n’y a plus de bâtiment. Une valeur patrimoniale d’un bâtiment n’est pas transférable à son terrain», a spécifié la Ville. Cette dernière indique finalement qu’«un terrain peut évidemment avoir une valeur paysagère, une valeur de localisation, une valeur historique et archéologique», mais qu’il ne faut pas le confondre ces éléments avec ceux reliés à la valeur patrimoniale d’un bâtiment.

Les plus lus

Des bars tiki flottants faits à Lévis

Le Lévisien Dany Rodrigue a lancé à la mi-mars son entreprise Tiki Québec. Celui qui exerçait le métier de consultant en génie civil a profité d’une pause de travail occasionnée par la pandémie pour se mettre à l’ouvrage et développer une idée d’entreprise qu’il avait derrière la tête depuis l’année dernière.

Travaux sur le pont Laporte : des mesures d’atténuation bientôt en place

En raison des entraves majeures qui seront en place à certains moments cet été sur le pont Pierre-Laporte, le ministère des Transports du Québec (MTQ) a dévoilé, le 13 mai, les mesures d’atténuation en transport collectif qui seront en place pour faciliter les déplacements des citoyens.

Deuxième dose : les Québécois pourront devancer leur rendez-vous à partir du mois prochain

Lors d'une mêlée de presse à l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, a fait une mise à jour jeudi sur la campagne de vaccination. À cette occasion, il a notamment annoncé que les Québécois pourront devancer leur rendez-vous afin d'obtenir une deuxième dose d'un vaccin contre la COVID-19 à partir de juin.

Logement : aussi des problèmes à Lévis

Si la situation lévisienne n’est pas aussi problématique que dans d’autres villes québécoises, la crise du logement frappe également Lévis, selon l’Association coopérative d’économie familiale (ACEF) Rive-Sud de Québec.

Les déchets ne seront ramassés qu'aux deux semaines cet été

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a confirmé, le 15 juin, que la collecte des déchets ne sera pas effectuée hebdomadairement cet été comme lors des dernières périodes estivales.

Dépistage massif à l'école primaire de Saint-Lambert-de-Lauzon

La Santé publique régionale mènera demain un dépistage massif auprès des élèves de 2e, 3e et 4e année de l'École du Bac, un établissement scolaire de Saint-Lambert-de-Lauzon.

Des rassemblements qui inquiètent à Saint-Rédempteur

Depuis le début de la pandémie, le parc Renaud-Maillette de Saint-Rédempteur est devenu un lieu très apprécié par les adolescents et les jeunes adultes de la région pour se rassembler. Toutefois, l’ampleur de ces fêtes improvisées commence à inquiéter certains utilisateurs de ces installations de la Ville de Lévis, dont l’Association de soccer Chaudière-Ouest (ASCO).

Lévis passera en zone orange le 31 mai

SANTÉ. L’amélioration de la situation sanitaire au Québec fait en sorte que le gouvernement pourra aller de l’avant avec les premières phases du déconfinement qui s’amorceront vendredi et lundi. C’est ce qu’a indiqué le premier ministre du Québec, François Legault, lors de son point de presse hebdomadaire sur l’état de situation de la pandémie de COVID-19 au Québec.

Lévis demande une nouvelle fois aux résidents de l'ouest d'utiliser judicieusement l'eau

Comme la semaine dernière, la Ville de Lévis a lancé un appel aux résidents des quartiers Breakeyville, Charny, Saint-Étienne-de-Lauzon, Saint-Nicolas et Saint-Rédempteur, le 10 juin, afin qu'ils fassent un usage judicieux de l’eau potable pour toute la période estivale. Sinon, la municipalité n'aura pas d'autre choix que de mettre en place des interdictions d'utilisation.

COVID-19 : Chaudière-Appalaches passera en zone jaune lundi

En raison de l'amélioration de la situation épidémiologique de la région, la Chaudière-Appalaches passera au palier jaune (niveau préalerte) à compter de lundi.