Jonathan Bédard a connu une saison exceptionnelle avec les Saints de la St.Andrew’s School. CRÉDIT : COURTOISIE

Les choix de Jonathan Bédard, un joueur de soccer lévisien de 17 ans, d’évoluer désormais aux États-Unis et de se consacrer uniquement au ballon rond cet automne se sont avérés très payants. En plus de connaître la meilleure saison de sa carrière au niveau individuel, le défenseur central a souvent savouré les joies de la victoire avec les Saints de la St.Andrew’s School, une école préparatoire à l’université (prep school) située dans l’État du Rhode Island.

La saison 2021 marquera en effet les annales de l’équipe de soccer de l’école St.Andrew’s. Au final, la formation dirigée par David Bourk a signé une fiche exceptionnelle de 16 victoires et 2 revers dans le cadre des activités du New England Preparatory School Athletic Council (NEPSAC). Cette association réunit des formations d’écoles préparatoires provenant des six États américains formant la Nouvelle-Angleterre, soit le Connecticut, le Maine, le Massachusetts, le New Hampshire, le Rhode Island et le Vermont.

Grâce à cette saison mémorable, les Saints ont ravi les grands honneurs de la ligue de soccer du NEPSAC. Au niveau individuel, Jonathan Bédard a également connu un automne exceptionnel. En plus de fortifier la muraille défensive des Saints, le jeune homme mesurant 6 pieds et 4 pouces (1,95 mètre) et pesant 188 livres (85 kilogrammes) a inscrit sept buts tout en signant sept passes décisives lors de la saison. De plus, il a été nommé sur la première équipe d’étoiles du circuit.

Si le produit des Rapides de Chaudière-Ouest et du Royal Beauport savait qu’il détenait un certain talent puisqu’il était surclassé au Québec depuis plusieurs années, Jonathan Bédard ne songeait aucunement à connaître des moments aussi exceptionnels lors de sa première saison au sud de la frontière.

«Je ne pouvais pas imaginer connaître une aussi belle saison puisque je ne savais pas à quoi m’attendre. Mais rapidement, j’ai pris conscience de la montée en puissance de notre équipe. Je sentais que notre équipe était spéciale et que l’on pouvait se rendre jusqu’au bout. Individuellement, je ne pensais pas non plus connaître une aussi bonne saison au niveau des statistiques offensives, comme mon travail est d’abord consacré à la défensive», a d’emblée partagé le boursier de la St.Andrew’s School.

Une chimie construite par les liens humains

S’il craignait que ses performances soient moindres en raison de la période d’adaptation nécessaire avec son arrivée dans de nouveaux environnements scolaire et sportif, l’encadrement offert par l’école du Rhode Island a permis à Jonathan Bédard ainsi que ses coéquipiers de prendre leurs aises.

«Les trois entraîneurs m’ont fait sentir rapidement à l’aise et ils nous offrent un accompagnement exceptionnel autant à l’école qu’à l’extérieur. En plus, le style de jeu de l’équipe me convenait bien. Au niveau collectif, pour gagner au soccer, il faut avoir une bonne chimie. Et l’environnement à St.Andrew’s permet rapidement de créer cette chimie. Comme il y a plusieurs joueurs de l’équipe qui viennent d’ailleurs, on est toujours ensemble, que ce soit à l’école, mais aussi au dortoir. Cela nous a permis de développer des liens solides dès le calendrier préparatoire», a souligné le longiligne défenseur.

Pour expliquer ses succès individuels, l’athlète originaire de Saint-Nicolas croit aussi qu’un changement de mentalité lui a permis d’être davantage dominant sur le rectangle vert.

«Auparavant, comme j’étais surclassé au Québec et que j’affrontais des joueurs plus âgés, j’hésitais davantage à profiter de mes qualités physiques pour faire la différence. Cette saison, j’ai décidé d’être l’agresseur plutôt que l’agressé. Avec ma haute taille, je dois particulièrement faire la différence sur les coups de pied de coin, autant offensivement que défensivement, et c’est ce que j’ai réussi à faire cette année», a analysé le défenseur central.

S’approcher de son rêve

Fort de cette saison couronnée de succès, Jonathan Bédard aura la chance, plus tard cette année, de disputer une dernière saison avec les Saints, cette fois à titre de senior. Il espère ainsi séduire l’une des formations évoluant dans la National Collegiate Athletic Association (NCAA) pour évoluer plus tard dans le prestigieux circuit universitaire américain.

«J’espère obtenir une offre pour jouer pour une formation de division 1 de l’est des États-Unis. Si je veux jouer dans la NCAA afin de poursuivre mes études aux États-Unis, j’espère avoir cette opportunité pour me donner les meilleures chances d’obtenir un contrat professionnel. Je veux me rendre le plus loin possible et mon rêve, c’est d’évoluer en Major League Soccer (MLS – circuit dans lequel évolue le CF Montréal) ou en Europe», a conclu le jeune homme.

Les plus lus

La «Grande Dame de la Barricade» s’éteint

Figure de proue et copropriétaire du légendaire Bar La Barricade, Johanne Carrier nous a malheureusement quittés à l’âge de 63 ans, le 24 avril dernier. Personnage iconique du Vieux-Lévis, la dame de la mythique institution vieille de bientôt 50 ans située sur la côte du Passage laissera une empreinte indélébile dans le cœur de tous ceux qu’elle a croisés.

Une figure économique connue candidate du PCQ à Lévis

Le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, a dévoilé, le 19 mai, la candidate qui représentera ses couleurs dans la circonscription de Lévis à la prochaine élection provinciale prévue à l’automne prochain. Ainsi, l’ancienne conseillère municipale et femme d’affaires lévisienne, Karine Laflamme, tentera d’obtenir la confiance des Lévisiens.

Première réussie pour Country Storm

Tenue du 5 au 7 mai à Saint-Étienne-de-Lauzon, la première édition de Country Storm a été couronnée de succès.

La boutique du QUARTIER ouvrira bientôt ses portes

Nouveau projet développé par Mon Quartier de Lévis, la boutique du QUARTIER ouvrira bientôt ses portes pour la première fois. Dès le 3 juin, les visiteurs du Vieux-Lévis pourront s’arrêter au 78, côte du Passage afin de découvrir les entrepreneurs retenus qui donneront vie à ce commerce d’un nouveau genre.

Aménagement : Lévis présente un nouveau schéma «porteur d’avenir»

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ainsi que le président de la commission consultative d’urbanisme et d’aménagement et conseiller municipal du district Saint-Jean, Guy Dumoulin, ont dévoilé, le 29 avril, les détails entourant le Schéma d’aménagement et de développement de Lévis révisé. Dans le projet de schéma révisé adopté par le conseil municipal le 25 avril, l’administration Lehouillier ve...

Offrir un bouquet de fleurs pour faire connaître une mission

Fleuriste McNeil a décidé cette année de se rallier derrière la cause de la Maison de soins palliatifs du Littoral (MSPL) et vendra le Bouquet du Littoral à l’occasion de la fête des Mères afin d’amasser des fonds pour l’organisme qui accompagne les malades en fin de vie.

L’hypersexualisation de la femme renforcée par les codes vestimentaires?

Le code vestimentaire d’établissements scolaires favoriserait-il l’hypersexualisation de la femme? La réponse serait oui selon Marianne Tremblay et Rose Simard, deux élèves de secondaire cinq à l’École secondaire les Etchemins (ESLE) de Charny. Dans le cadre de leur cours d’entrepreneuriat, elles ont entamé des démarches afin de faire changer la réglementation à ce sujet.

Un homme s’extirpe des flammes à Pintendre

Une maison a été la proie des flammes sur le chemin des Sables, à Pintendre, dans la nuit de samedi à dimanche. Un homme qui se trouvait à l’intérieur a été grièvement blessé en s’échappant du domicile.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 4 mai 2022

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), en collaboration avec Culture Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, lance ses appels de candidatures pour le Prix du CALQ – Artiste de l’année dans la Capitale-Nationale et le Prix du CALQ – Artiste de l’année en Chaudière-Appalaches. En décernant ces prix, le CALQ poursuit son objectif de reconnaissance publique en démontrant son appui au...

Chronique historique - Les anglophones de Lévis

En septembre 2020, le Journal de Lévis publiait un article nous apprenant qu’une école primaire de langue anglaise s’installera à Lévis en 2022. Sujet intriguant s’il en est un, l’histoire de la Rive-Sud comporte des pages qui relatent de manière éparse la présence d’une communauté anglophone qui a laissé des traces significatives et partiellement oubliées.