Annie-Claude Lebel a vu son rêve de publier un premier roman s’accomplir. Photo : Courtoisie - Les Éditions de l'Envolée

L’autrice lévisienne Annie-Claude Lebel a récemment vu l’un de ses rêves les plus chers s’accomplir. Après avoir écrit des livres pédagogiques pour les Éditions de l’Envolée, la maison d’édition de Pintendre a dernièrement publié le premier roman de sa série jeunesse.

«C’est vraiment un rêve de petite fille que je réalise. Depuis que je suis toute petite, j’avais cette idée que j’aimerais donc bien ça écrire un roman. En grandissant, j’ai mis un peu de côté ce rêve, en me disait que si ça allait arriver un jour ça allait arriver. En écrivant du matériel pédagogique pour les Éditions de l’Envolée, j’ai pu me plonger dans l’écriture. L’idée de voir bientôt mon premier roman sur les tablettes des librairies, c’est presque irréel pour moi», partage d’entrée de jeu l’autrice lévisienne.

La publication du premier volume de sa série jeunesse, intitulée Les drôles d’idées d’Élodie D, conclut un processus qui aura duré quelques années. Annie-Claude Lebel a en effet remis le manuscrit du premier roman de la série, Disparitions et cœurs de poulet, au tout début de la pandémie. En raison de plusieurs aléas, le projet a ensuite été retardé, notamment pour permettre à l’autrice de peaufiner son projet.

Avec Disparitions et cœurs de poulet, Annie-Claude Lebel lance les aventures d’Élodie. Cette jeune fille avec la tête qui bouillonne d’idées plus farfelues les unes que les autres note dans son précieux carnet les inventions et les observations qui viennent à son esprit. Découvrant que des disparitions étranges surviennent dans la résidence de sa grand-mère, Élodie lancera une enquête afin de résoudre le mystère.

«L’humour est très important dans ma famille et je voulais un personnage qui vivait dans une famille humoristique et farfelue. C’était également bien important pour moi qu’Élodie soit une fille créative, qu’on sort du stéréotype de la petite fille qui aime le rose et les paillettes. Elle aime les sciences et elle cherche à comprendre le monde autour d’elle. J’étais comme cela quand j’étais petite et en parallèle, j’ai eu l’idée d’un mystère pour ajouter une trame à mon roman», explique Annie-Claude Lebel sur ses sources d’inspiration pour son nouveau projet littéraire.

Un outil pour apprendre

Si l’objectif principal de Disparitions et cœurs de poulet n’est pas pédagogique comme lors des deux volets de sa série Éveil aux fables écrits auparavant par Annie-Claude Lebel, le projet a également un intérêt éducatif pour l’autrice lévisienne. Enseignante au primaire dans une classe de cinquième année et étudiante à la maîtrise à temps partiel en éducation à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), la Lévisienne croit qu’en plus d’égayer les jeunes lecteurs, son premier roman pourra être fort utile dans les classes.

«Mon projet de recherche à l’UQAR tourne autour de la lecture à haute voix aux élèves de cinquième et de sixième année. C’est sûr qu’en écrivant ce livre, j’avais déjà l’intérêt de comment l’exploiter en classe. En trame de fond dans mon roman, je parle beaucoup de la relation entre Élodie et sa grand-mère ainsi que de la solitude que les personnes âgées peuvent vivre en résidence. Je pense que ce sujet peut notamment susciter de belles discussions en classe», illustre Mme Lebel.

Autres projets

Également maman de deux jeunes enfants, Annie-Claude Lebel n’a pas le temps de chômer, mais elle conserve du temps pour mener à bien ses projets littéraires. Le troisième volet de sa série Éveil aux fables devrait être publié au cours des prochains mois et la Lévisienne planche sur la suite des aventures d’Élodie D.

«Je suis en train d’écrire le deuxième roman de la série. Comme je l’ai dit aux gens des Éditions de l’Envolée, j’ai des idées pour au moins cinq romans. Je crois que c’est un beau projet et que j’ai beaucoup de thèmes à aborder et à développer avec mon personnage», conclut Annie-Claude Lebel.

Les plus lus

Plusieurs occasions pour célébrer le Québec

Avec la reprise des activités dans la société, les occasions de souligner la Fête nationale du Québec seront nombreuses dans le Grand Lévis, les 22, 23 et 24 juin prochains.

Programmation dévoilée pour le Festibière de Lévis

En vue de sa quatrième édition qui se déroulera du 30 juin au 3 juillet au quai Paquet, le Festibière de Lévis a dévoilé la programmation détaillée de sa mouture 2022, le 6 juin.

École anglophone à Lévis : début de la construction

La première pelletée de terre de l’école anglophone, située sur le chemin du Sault à Saint-Romuald, a eu lieu le 17 juin. Quelques porte-parole de la Commission scolaire Central Québec (CSCQ) en ont profité pour faire un discours, et donner des détails sur le dossier.

La Fête de la famille misera sur des classiques

Après une pause forcée de deux ans en raison de la pandémie, la Fête de la famille de Lévis sera de retour au centre communautaire de Saint-Rédempteur (1325, rue de Saint-Denis), les 10, 11 et 12 juin. Lors de la 13e édition de l’événement lévisien, les familles de la région pourront profiter de plusieurs activités qui amuseront autant les petits que les grands.

Québec veut en finir avec les véhicules sur la traverse Québec-Lévis

Le gouvernement Legault pense à remplacer par des navettes fluviales destinées aux cyclistes et piétons, les navires actuels qui arriveront en fin de vie dans dix ans.

Projet UMANO : inauguration d’une piste multiroulante

Le Groupe CSB a officiellement inauguré une piste multiroulante publique ce matin, sur le chemin des Forts à Lévis. Cette installation qui fait partie du projet immobilier UMANO, est unique en son genre à Lévis et les envions.

Décès de Monique Labrecque : la coroner recommande une meilleure couverture ambulancière à Lévis

Le Bureau du coroner a déposé, le 22 juin dernier, le rapport de Me Geneviève Thériault concernant le décès de la Lévisienne Monique Labrecque, dans la soirée du 24 mai 2020. Dans son rapport, la coroner recommande au Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) ainsi qu’au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) «de compléter promptement l’évaluat...

Chronique historique - Une énigme historique de temps de guerre

Un article de journal du 1er juillet 1915 nous raconte la découverte à Lévis en juin 1915 d’un mystérieux dépôt de dynamite près du parc Shaw, site actuel de la Terrasse du Chevalier-De Lévis. À moins d’avis contraire, cette histoire reste, encore aujourd’hui, à résoudre.

De Lévis à Vancouver en vélo tandem

Destination commune, c’est le projet de deux amoureux de vélo qui se sont lancé le défi de traverser le Canada. Tout au long de leur périple, Ella Sargent et Rémi Proteau animeront des activités pour promouvoir la pratique cycliste. L’équipage s’est lancé dans l’aventure le 30 mai dernier.

Un Lévisien rencontre ses héros

Une rencontre entre un citoyen lévisien, victime d’un incendie, et les pompiers qui lui ont sauvé la vie, a eu lieu ce matin à la caserne 1 sur le boulevard Guillaume-Couture. Une vague de témoignages émouvants a été partagée par les personnes impliquées lors de cette réunion qui a pris la forme d’un point de presse.