Photos : Alexandre Bellemare

Les centres Yvon Mercier, Ex-Equo et Alter Agir, qui viennent tous en aide aux auteurs et auteurs potentiels de violence conjugale, ont lancé STOP Violence, le 24 novembre, une première ligne téléphonique 24/7 du genre pour venir en aide à cette clientèle dans la région de la Chaudière-Appalaches accessible via le 1-866 232-5030.

Depuis avril 2020, un projet-pilote de ligne 24/7 a été lancé par le Centre Yvon Mercier et couvrait les territoires des MRC de Montmagny et de L’Islet. Du 1er avril 2020 au 23 novembre 2022, ce sont 2 000 appels qui ont été faits à cette ligne d’aide téléphonique destinée aux auteurs et auteurs potentiels de violence conjugale et familiale.

Selon ce que rapporte la directrice générale du Centre Alter Agir, Justine Labonté Lessard, ce sont 1 550 appels locaux provenant des MRC de Montmagny et de L’Islet qui ont été effectués au cours de cette période et près de 500 depuis février 2022 en provenance d’ailleurs dans la province issus référencement de la ligne SOS Violence conjugale.

La majorité de ces appels proviennent d’hommes en crise qui souhaitent éviter de commettre des actes de violence envers leur conjointe et aussi dans certains cas envers leurs enfants, d’autres proviennent d’hommes se disant victimes de violence conjugale, souvent dans un contexte de violence bidirectionnelle ou symétrique, tandis que certains appellent afin de se faire confirmer si leurs comportements sont des comportements violents.

«Les résultats enregistrés quant au nombre d’appels reçus dans le cadre de cette expérimentation […] témoignent largement de la nécessité d’offrir un tel type de service», a ajouté Richard Pierre, directeur général du Centre Yvon Mercier.

Répondre à un besoin

Cette ligne téléphonique accessible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 complètement anonyme permet de prévenir la manifestation de comportements violents chez les hommes à risque de commettre un acte de violence envers leur partenaire, désamorcer la crise, déliter l’escalade de la violence dans un contexte conjugal et familial et prévenir les risques d’homicides dans un contexte de violence conjugale.

Également, elle assurera une réponse d’accueil, d’aide et de référence envers les auteurs potentiels de violence, sensibilisera la population face à la violence conjugale et à l’importance du rapport égalitaire ainsi qu’apporter une meilleure compréhension des besoins des auteurs de violence conjugale et identifier l’émergence des besoins.

«En ayant une meilleure compréhension, nous pouvons offrir des pistes de solutions mieux adaptées et prévenir les actes de violence conjugale», a soutenu Marie-Andrée Tremblay, directrice générale du Centre Ex-Equo.

Avec la ligne STOP Violence, les trois organismes de la Chaudière-Appalaches ont uni leurs forces et leur expertise pour mener ce projet qui pourrait éventuellement déboucher vers une ligne d’ampleur provinciale.

«Nous savions que ce besoin-là était présent, on pouvait l’imaginer aisément, vu qu’il n’y avait pas de services (du genre) […] destinés aux hommes et auteurs potentiels (de violence conjugale), a expliqué M. Pierre. Ce besoin est apparu d’autant plus important avec l’isolement vécu durant le début de la COVID, qui risquait d’augmenter le nombre de victimes de violence conjugale compte tenu de l’isolement vécu. C’est aussi à la suite de la vague de féminicides qui a pris de l’ampleur à partir de 2021, on parle de 18 victimes de féminicides en 2021 et actuellement, 13 victimes de féminicides en 2022.»

De son côté, Sylvain Lévesque, député de la circonscription de Chauveau et ancien directeur général du réseau d’aide aux hommes À cœur d’homme, a tenu à saluer cette initiative et rappeler qu’au cours du mandat précédent que le gouvernement du Québec a octroyé un rehaussement de près de 20 M$ aux organismes venant en aide aux hommes ayant des comportements violents.

«Plus vite on détecte les problèmes de violence conjugale, plus vite on les perçoit et plus vite on offre des services aux hommes qui ont ces comportements, et bien, c’est là qu’on peut avoir un effet significatif sur eux et prévenir de nombreux cas de violence conjugale», a-t-il soutenu.

Ainsi, ce sont six intervenants qui répondent aux appels de cette clientèle afin d’offrir leur écoute, de l’aide, une intervention et un référencement, si nécessaire. Si STOP Violence est d’emblée offerte au territoire de la Chaudière-Appalaches, les trois organismes derrière ne limiteront pas les demandes d’aide provenant d’ailleurs dans la province. Pour les personnes ayant le besoin d’obtenir de l’aide, il est possible de contacter la ligne téléphonique 24/7 STOP Violence en composant le 1-866 232-5030.

Les plus lus

La RPA Seigneurie de Lévy fermera ses portes

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a confirmé au Journal, le 21 janvier, que la résidence privée pour aînés (RPA) La Seigneurie de Lévy, située dans le quartier Lévis, fermera ses portes le 22 septembre prochain.

Tempête hivernale : plusieurs services fermés

En raison de la tempête hivernale qui frappe actuellement la région, plusieurs services publics ont été fermés.

Leïla se pointe le bout du nez en premier à l’Hôtel-Dieu de Lévis

C’est à 1h19 le 1er janvier dernier que l’Hôtel-Dieu de Lévis a accueilli son premier bébé de l’année. Leïla Leblond est née d’une césarienne à 8,4 lbs au grand plaisir de ses parents, Jany Boulay Émond et Manuel Leblond, et de son grand frère, Owen.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 4 janvier 2023

Que cette nouvelle année qui vient d’ouvrir ses portes vous apporte le bonheur, la joie et la bonne santé et que chacun des jours de cette nouvelle année soit pour vous comme un beau cadeau et que tous vos vœux de 2023 se réalisent et que cette année, soit en tous points exquise. Et merci de continuer de supporter le Journal de Lévis. Bonne année!

Vers une grève de plusieurs jours à la STLévis?

Par voie de communiqué, le Syndicat des chauffeurs d'autobus de la Rive-Sud (CSN), le groupe qui représente les conducteurs de la Société de transport de Lévis (STLévis), a partagé, le 11 janvier, son désir d'accentuer ses moyens de pression. En raison de «l'impasse» dans les négociations afin de renouveler la convention collective des chauffeurs d'autobus, le syndicat prévoit déclencher une grève...

Un doublé pour les Chevaliers

Malgré le départ de plusieurs joueurs clés de l’alignement en raison de leur promotion dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, les Chevaliers de Lévis n’ont pas été ralentis au cours de la dernière semaine d’activités et ont remporté leurs deux affrontements de la semaine face aux Élites de Jonquière et aux Estacades de Trois-Rivières, les 11 et 15 janvier derniers. La formation lévisienn...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 11 janvier 2023

Je souhaite à notre députée des Chutes-de-la-Chaudière et ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Martine Biron (1re photo), beaucoup de voyages à l’étranger pour nous faire rayonner et du succès dans tous vos divers dossiers.

Chronique historique - La Coopérative d’habitation de Lévis

La chronique historique d’octobre 2022 qui portait sur la Société de construction permanente de Lévis et de l’éphémère Société de construction mutuelle de Lévis nous permet de nous souvenir d’une expérience plus récente, soit celle de la Coopérative d’habitation de Lévis aux débuts des années 1950. Projet qui fera sortir de terre un quartier complet sur les hauteurs de Lévis.

Deux feux prennent naissance dans des garages

Les pompiers du Service de sécurité incendie de la Ville de Lévis (SSIVL) ont connu un matin occupé ce 27 janvier. Ils ont été appelés à intervenir à deux reprises alors qu’un feu a pris naissance dans un garage attaché à une maison de Charny ainsi qu’un autre également dans un garage attaché à une maison de Saint-Nicolas.

Effectif infirmier en hausse en Chaudière-Appalaches

Au 31 mars 2022, Chaudière-Appalaches comptait 3 % plus d’infirmiers et d’infirmières en emploi par rapport à la même période l’an dernier. C’est le double du taux pour l’ensemble du Québec (1,5 %). C’est l’une des informations qui ressort du plus récent portrait statistique présenté le 22 novembre par l’Ordre des infirmiers et infirmières du Québec (OIIQ).