Photo :Christopher Burns - Unsplash

Les résultats du sondage annuel mené par Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) afin de documenter l’état de la pénurie de main-d’œuvre et ses conséquences dans le secteur manufacturier de la province ont été révélés, le 16 novembre dernier. Ce sont plus de 2,3 G$ qui n’ont pas été empochés par les entreprises manufacturières de la Chaudière-Appalaches dans la dernière année en raison de la rareté des travailleurs, selon l’étude.

D’après ce sondage panquébécois auquel près de 300 entreprises manufacturières ont répondu, entre le 14 septembre et le 11 octobre derniers, à l’image de la province, 82 % des entreprises répondantes de la Chaudière-Appalaches ont répondu que le manque de main-d’œuvre a causé des retards de livraisons, 73 % une augmentation des coûts et 62 % une insatisfaction de leur clientèle.

54 % des répondants ont indiqué que la pénurie de main-d’œuvre entraîne des conséquences sur la santé mentale de leurs employés et 21 % d’entre eux ciblent la santé mentale comme l’enjeu le plus important au sein de leur entreprise.

En Chaudière-Appalaches, le sondage recense qu’en moyenne, il y a 44 postes à combler par entreprise manufacturière sur le territoire, ce qui la situe comme étant la deuxième région ayant le plus de postes à combler précédée de la Montérégie. On note également que malgré que près de 50 % des postes vacants des entreprises sondées se retrouvent dans la tranche salariale de 20 $ de l’heure à 29 $ de l’heure et que 38 % offrent des tranches salariales supérieures à 30 $ de l’heure, ces entreprises ne trouvent pas de travailleurs.

À l’échelle du Québec, ce sont 7 G$ qui sont restés sur la table, dont 4 G$ en raison de contrats refusés et retards accumulés et 3 G$ en investissements retardés ou annulés. En Chaudière-Appalaches, c’est une perte moyenne de 10,2 M$ en contrats refusés et retards accumulés ainsi que de 33,8 M$ en investissements retardés ou annulés par entreprises sondées.

Au Québec, dans la dernière année, ce sont 3 entreprises sur 10 sondées qui ont pensé déménager une partie de leurs activités à l’étranger ou donner davantage de contrats à l’étranger. Également, 6 entreprises sur 10 croient que le gouvernement provincial pourrait en faire beaucoup plus pour aider à régler la problématique.

Des solutions identifiées

Si 70 % des entreprises qui ont participé au sondage se tournent vers le recrutement international, la Chaudière-Appalaches se retrouve au premier rang des régions qui recherchent le plus de travailleurs étrangers. Cependant, ces entreprises ont identifié la complexité des processus, les délais et les coûts ainsi que le manque de ressources pour accueillir ces travailleurs comme étant les obstacles principaux de cette option.

60 % des entreprises sondées en Chaudière-Appalaches, comparativement à 45 % dans l’ensemble de la province, croient que de faciliter le recrutement international et hausser les seuils d’immigration sont les meilleures solutions pour contrer la rareté des travailleurs.

L’automatisation et la robotisation arrivent au deuxième rang des solutions afin de pallier la problématique de la main-d’œuvre. Au Québec, près du tiers des manufacturiers sondés soutiennent qu’elles font partie des pistes de solutions comparativement à 25 % en Chaudière-Appalaches.

«Alors que nous parlons de plus en plus de récession économique, le Québec et ses régions ont plus que jamais besoin d’entreprises prospères. Pour assurer leur compétitivité face aux concurrents à l’international, ça leur prend des gens. Il n’y a pas de solution magique pour régler les enjeux liés à la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur manufacturier, mais il est possible d’actionner une série de leviers en même temps pour pallier les impacts sur nos entreprises au Québec et en Chaudière-Appalaches. […] Nous sommes à l’aube d’une récession, le gouvernement doit faire de la pénurie de main-d’œuvre une priorité et en faire plus, plus vite, pour appuyer les entreprises manufacturières, les piliers de notre développement économique régional», a soutenu Véronique Proulx, présidente-directrice générale chez MEQ.

Les plus lus

La RPA Seigneurie de Lévy fermera ses portes

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a confirmé au Journal, le 21 janvier, que la résidence privée pour aînés (RPA) La Seigneurie de Lévy, située dans le quartier Lévis, fermera ses portes le 22 septembre prochain.

Tempête hivernale : plusieurs services fermés

En raison de la tempête hivernale qui frappe actuellement la région, plusieurs services publics ont été fermés.

Leïla se pointe le bout du nez en premier à l’Hôtel-Dieu de Lévis

C’est à 1h19 le 1er janvier dernier que l’Hôtel-Dieu de Lévis a accueilli son premier bébé de l’année. Leïla Leblond est née d’une césarienne à 8,4 lbs au grand plaisir de ses parents, Jany Boulay Émond et Manuel Leblond, et de son grand frère, Owen.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 4 janvier 2023

Que cette nouvelle année qui vient d’ouvrir ses portes vous apporte le bonheur, la joie et la bonne santé et que chacun des jours de cette nouvelle année soit pour vous comme un beau cadeau et que tous vos vœux de 2023 se réalisent et que cette année, soit en tous points exquise. Et merci de continuer de supporter le Journal de Lévis. Bonne année!

Vers une grève de plusieurs jours à la STLévis?

Par voie de communiqué, le Syndicat des chauffeurs d'autobus de la Rive-Sud (CSN), le groupe qui représente les conducteurs de la Société de transport de Lévis (STLévis), a partagé, le 11 janvier, son désir d'accentuer ses moyens de pression. En raison de «l'impasse» dans les négociations afin de renouveler la convention collective des chauffeurs d'autobus, le syndicat prévoit déclencher une grève...

Un doublé pour les Chevaliers

Malgré le départ de plusieurs joueurs clés de l’alignement en raison de leur promotion dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, les Chevaliers de Lévis n’ont pas été ralentis au cours de la dernière semaine d’activités et ont remporté leurs deux affrontements de la semaine face aux Élites de Jonquière et aux Estacades de Trois-Rivières, les 11 et 15 janvier derniers. La formation lévisienn...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 11 janvier 2023

Je souhaite à notre députée des Chutes-de-la-Chaudière et ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Martine Biron (1re photo), beaucoup de voyages à l’étranger pour nous faire rayonner et du succès dans tous vos divers dossiers.

Chronique historique - La Coopérative d’habitation de Lévis

La chronique historique d’octobre 2022 qui portait sur la Société de construction permanente de Lévis et de l’éphémère Société de construction mutuelle de Lévis nous permet de nous souvenir d’une expérience plus récente, soit celle de la Coopérative d’habitation de Lévis aux débuts des années 1950. Projet qui fera sortir de terre un quartier complet sur les hauteurs de Lévis.

Deux feux prennent naissance dans des garages

Les pompiers du Service de sécurité incendie de la Ville de Lévis (SSIVL) ont connu un matin occupé ce 27 janvier. Ils ont été appelés à intervenir à deux reprises alors qu’un feu a pris naissance dans un garage attaché à une maison de Charny ainsi qu’un autre également dans un garage attaché à une maison de Saint-Nicolas.

Effectif infirmier en hausse en Chaudière-Appalaches

Au 31 mars 2022, Chaudière-Appalaches comptait 3 % plus d’infirmiers et d’infirmières en emploi par rapport à la même période l’an dernier. C’est le double du taux pour l’ensemble du Québec (1,5 %). C’est l’une des informations qui ressort du plus récent portrait statistique présenté le 22 novembre par l’Ordre des infirmiers et infirmières du Québec (OIIQ).