La salle d’entraînement de l’École de patinage EDISA offre des harnais de type bungee sur rails, des appareils rotatifs motorisés avec harnais et des autoharnais. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

C’est le 28 juin dernier que l’École de patinage EDISA a ouvert ses portes entre les murs du Centre Bruno-Verret à Saint-Étienne-de-Lauzon. Sous la direction d’Isabelle Lelièvre, ancienne patineuse artistique et entraîneuse de niveau national, l’école offre une salle d’équipements spécialisés pour parfaire l’entraînement des patineuses artistiques. Notons que cette salle est seulement la troisième du genre dans l’Est du Canada.

«L’idée à la base, c’est qu’on a beaucoup d’athlètes de talent dans la région qui finissent par partir à Montréal parce qu’ils n’avaient pas la structure et l’encadrement. On s’est demandé pourquoi et on croit qu’avec les services qu’on a développés, on pourra les faire grandir ici», souligne d’emblée la directrice générale de l’École de patinage EDISA.

Les activités de la nouvelle école ont débuté l’été dernier. L’organisation a préparé des ateliers et des entraînements pour les patineuses de la région intéressées à renouer avec le patinage artistique après le sevrage imposé par la pandémie.

«La participation au camp d’été a été au-delà des attentes. On ne savait pas si les gens allaient être ouverts à ce nouveau concept. Finalement, on a plus que doublé ce à quoi on s’attendait avec un peu plus de 90 inscriptions», expose Mélanie Tremblay, vice-présidente bénévole du conseil d’administration de l’école.

«On a pensé innover pour que ce soit agréable. On a connu un creux avec la pandémie. Avec le camp de cet été, on voulait surtout redonner le goût du patin aux enfants et les voir avec un sourire dans le visage», ajoute Mme Lelièvre.

De précieux équipements

Dédiée principalement aux étudiants-athlètes des écoles Saint-Joseph, Pointe-Lévy, La Clé-du-Boisé et différents cégeps de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale, l’école EDISA a acquis des équipements spécialisés pour permettre à leurs patineuses de se développer sécuritairement.

«On voulait que les enfants commencent à s’entraîner tôt et éviter les blessures grâce aux appareils comme c’est un sport à développement hâtif. On se rendait compte aussi qu’on a de bonnes patineuses dans la région, mais qu’elles quittent tôt pour avoir accès à des équipements plus technologiques», expose Isabelle Lelièvre et Mélanie Tremblay.

La salle d’entraînement offre des harnais de type bungee sur rails, des appareils rotatifs motorisés avec harnais, des autoharnais et bientôt, des vélos stationnaires y seront ajoutés.

«Les appareils permettent, oui, l’acquisition de nouveaux éléments, mais ils servent dans le contexte de réhabilitation de blessures. Ça leur permet de continuer de travailler les sauts et s’entraîner pour que le retour sur la glace soit plus facile et éviter les blessures futures», précise la vice-présidente.

Notons que l’acquisition de ces équipements a représenté un investissement de près de 13 000 $. Ajoutons à cela que l’école bénéficie également des différentes glaces et des installations du Centre Bruno-Verret.

Une nouvelle philosophie à inculquer

En plus de ces nouvelles installations, une équipe d’entraîneurs ainsi qu’une équipe intégrée, comprenant préparateurs physiques, consultant en psychologie du sport, professeur de danse, médecin sportif et physiothérapeute, s’harmonisent afin de soutenir l’athlète dans toutes les facettes du sport.

«En offrant un service avec une équipe d’entraîneurs et d’intervenants, tout le monde prend sa place dans la pyramide qui supporte l’athlète. Comme ça, l’athlète n’est pas aux prises avec de la bisbille ou des incompréhensions et peut simplement se développer vers le haut», partage la directrice générale de l’École de patinage EDISA.

L’intention première de l’organisation est de revoir la façon dont le sport est pratiqué dans la région et le propulser vers les sommets, soutiennent les représentantes de l’école. Ainsi, les étudiants-athlètes peuvent poursuivre leurs activités avec le club dans lequel ils sont affiliés et y ajouter les services de l’école EDISA afin de se concentrer seulement sur leur développement.

«La philosophie derrière tout ça est intéressante. De voir que les entraîneurs et les intervenants ont un lien sans que le parent ait à faire le messager, c’est un encadrement beaucoup plus simple sur tous les aspects. Ça va jusqu’à la préparation mentale pour les athlètes, ça a beaucoup de poids», mentionne Mme Tremblay.

Pour le moment, près d’une vingtaine d’étudiants-athlètes sont inscrits aux activités de l’École de patinage EDISA et sa directrice générale reçoit des demandes de l’extérieur de la région afin d’emprunter ses équipements, un service qu’elle développera au fil du temps.

Pour plus d’information, consultez le www.ecoleedisa.com.

Les plus lus

Les élections municipales minute par minute

C'est aujourd'hui que les Québécois sont appelés aux urnes afin de choisir leurs élus municipaux. Comme à son habitude, le Journal de Lévis vous propose une couverture de cette journée décisive minute par minute afin que vous puissiez connaître les derniers développements de la fin de la campagne à Lévis ainsi qu'à Saint-Anselme et Saint-Michel-de-Bellechasse.

Une exception qui vire au cauchemar

Charlotte (nom fictif) est l’une des Québécoises qui peut profiter de l’exemption de porter le masque dans les lieux publics, en raison de sa condition médicale. Depuis juillet 2020, ce droit s’est transformé en chemin de croix pour la Lévisienne qui fait face à plusieurs refus dans des commerces de la région.

Beaumont fêtera en grand en 2022

C’est en présence de plusieurs partenaires et d’élus de la région que le comité organisateur des fêtes du 350e anniversaire de Beaumont a dévoilé, le 3 novembre, la programmation et le logo des festivités qui se dérouleront l’an prochain dans la municipalité bellechassoise.

Le Club de golf Beaurivage s’animera pour la saison hivernale

Les nouveaux propriétaires du Club de golf Beaurivage lanceront cet hiver la première programmation hivernale du club de golf situé à Saint-Étienne-de-Lauzon. Au menu, sentiers de patin, de raquette ainsi que pistes de ski de fond.

Noyade à Breakeyville : un homme retrouvé dans sa piscine

Un homme de 54 ans à mobilité réduite a été retrouvé inanimé au fond de sa piscine samedi en fin d’après-midi, à Breakeyville.

Loïc Mathieu prépare un nouveau cadeau pour le CPSL

Après avoir réuni plus de 4 000 $ pour le Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) lors de la dernière Guignolée du Dr Julien, Loïc Mathieu récidive cet automne. Comme l’an dernier, l’adolescent lévisien récolte de nouveau des contenants consignés afin de supporter financièrement l’organisme basé dans le Vieux-Lévis.

Le Lab22 s’impliquera à l’École Marcelle-Mallet

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’action jeunesse, le gouvernement du Québec annonçait que le Secrétariat de la jeunesse du Québec investira 3 M$ sur trois ans pour soutenir la démarche du Lab22 qui vise à accompagner et soutenir les écoles dans leur transition écologique, le 22 octobre dernier. 19 écoles du Québec, dont l’École Marcelle-Mallet, ont été sélectionnées pour participer à ce...

Une première pelletée de terre pour le pavillon d’enseignement préclinique de la Chaudière-Appalaches

Les travaux de construction du nouveau pavillon d’enseignement préclinique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) sur le site de l’Hôtel-Dieu de Lévis ont été inaugurés, le 4 novembre dernier. Geneviève Guilbault, vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Danielle McCann, min...

10 ans pour la Maison de soins palliatifs du Littoral

En activité depuis le 11 novembre 2011, la Maison de soins palliatifs du littoral (MSPL) fêtera le 11 novembre prochain ses 10 ans. L’organisme, qui a pour mission d’accompagner les personnes en fin de vie, a réussi, lors de la dernière décennie, à aider aux alentours de 1 200 personnes et leur famille.

COVID-19 : Québec recule face à la vaccination obligatoire dans le réseau de la santé

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a annoncé, le 3 novembre, que le gouvernement du Québec reculera concernant sa décision d’imposer la vaccination obligatoire au personnel du réseau de la santé qui devait être en vigueur à compter du 15 novembre prochain. Cependant, M. Dubé a indiqué qu’«on passe de la vaccination obligatoire au dépistage obligatoire» puisque les emp...