Jessica Di Salvio a récemment pu voir son premier roman, Seul contre elle, faire son apparition sur les tablettes des librairies. CRÉDIT : COURTOISIE

La Lévisienne Jessica Di Salvio a récemment pu concrétiser un rêve de jeunesse alors que son premier roman a fait son arrivée sur les tablettes des librairies. Avec Seul contre elle, l’autrice aborde la problématique des agressions sexuelles commises par des femmes sur des hommes, un phénomène criminel sous-estimé qui est même souvent nié par certaines personnes dans la société.

Si l’étudiante au certificat en révision professionnelle de l’Université Laval a elle-même publié deux recueils de poésie l’an dernier et qu’elle anime un blogue de critiques littéraires depuis deux ans, Jessica Di Salvio n’avait toujours pas pu concrétiser un rêve qu’elle caresse depuis l’adolescence : écrire un roman.

«J’ai toujours voulu écrire un roman. Mais lorsque je suis arrivé en arts et lettres au cégep, plusieurs professeurs m’ont découragé d’aller de l’avant avec ce projet, en raison de la qualité de mon écriture. J’ai donc mis de côté ce projet jusqu’à tant que je voie passer une publication sur Facebook», partage Jessica Di Salvio.

En effet, lors d’un passage sur Internet, la Lévisienne a vu un message de la collection Tabou, une série de fictions parlant de réalités vécues par les adolescents produite par les Éditions de Mortagne. Dans cette publication, la maison d’édition désirait aborder le fléau des agressions sexuelles.

«Tous les crimes posés contre des hommes qui sont sous-estimés parce que ce sont malheureusement davantage les femmes qui sont victimes m’interpellent beaucoup. Dans la publication de la collection Tabou, les abonnés ne parlaient que des agressions sexuelles commises contre les femmes. J’ai alors souligné que des hommes étaient aussi victimes. Une femme m’a alors dit que ça n’existait pas chez les hommes. C’est vraiment venu me chercher et j’ai décidé d’écrire un roman sur le sujet», explique Jessica Di Salvio sur l’origine de son premier projet littéraire.

Travail de longue haleine

En 2017, l’autrice lévisienne a donc planché sur la création de son roman racontant l’histoire de Noam. Lors d’une fête, cet adolescent croit enfin avoir une chance avec Judith, l’adolescente sur qui il a un béguin. Cependant, les rapprochements entre Noam et Judith se transforment en une agression sexuelle sur l’adolescent solitaire.

Désirant bien représenter cette réalité vécue par plusieurs hommes, Jessica Di Salvio a mené un véritable travail de moine au cours des dernières années.

«Le processus de création a quand même été difficile. En tant que femme, je devais me mettre dans la peau d’un homme qui se fait agresser par une femme. Pour m’aider, j’ai pu obtenir le témoignage anonyme de trois hommes qui ont été victimes d’agressions sexuelles. Aussi, je me suis beaucoup inspirée de témoignages livrés sur des forums. Également, la première version de mon manuscrit a été refusée et j’ai profité des dernières années pour le retravailler», illustre l’autrice lévisienne.

La publication de Seul contre elle représente donc une belle fierté pour Jessica Di Salvio en raison de tout le travail qu’elle a consenti pour accoucher de son premier roman. Espérant que son premier ouvrage littéraire puisse faire une différence dans la société, l’autrice a bien d’autres projets et elle espère poursuivre sur sa lancée créatrice.

En plus de plancher sur un autre roman pour la collection Tabou, elle travaille sur un manuscrit traitant de l’itinérance, un projet qui pourrait être publié par les Éditions de Mortagne dans la collection Tabou. Aussi, Jessica Di Salvio désire créer avec son conjoint un roman sur la violence conjugale vécue par les hommes.

Les plus lus

Les élections municipales minute par minute

C'est aujourd'hui que les Québécois sont appelés aux urnes afin de choisir leurs élus municipaux. Comme à son habitude, le Journal de Lévis vous propose une couverture de cette journée décisive minute par minute afin que vous puissiez connaître les derniers développements de la fin de la campagne à Lévis ainsi qu'à Saint-Anselme et Saint-Michel-de-Bellechasse.

Une exception qui vire au cauchemar

Charlotte (nom fictif) est l’une des Québécoises qui peut profiter de l’exemption de porter le masque dans les lieux publics, en raison de sa condition médicale. Depuis juillet 2020, ce droit s’est transformé en chemin de croix pour la Lévisienne qui fait face à plusieurs refus dans des commerces de la région.

Beaumont fêtera en grand en 2022

C’est en présence de plusieurs partenaires et d’élus de la région que le comité organisateur des fêtes du 350e anniversaire de Beaumont a dévoilé, le 3 novembre, la programmation et le logo des festivités qui se dérouleront l’an prochain dans la municipalité bellechassoise.

Le Club de golf Beaurivage s’animera pour la saison hivernale

Les nouveaux propriétaires du Club de golf Beaurivage lanceront cet hiver la première programmation hivernale du club de golf situé à Saint-Étienne-de-Lauzon. Au menu, sentiers de patin, de raquette ainsi que pistes de ski de fond.

Noyade à Breakeyville : un homme retrouvé dans sa piscine

Un homme de 54 ans à mobilité réduite a été retrouvé inanimé au fond de sa piscine samedi en fin d’après-midi, à Breakeyville.

Loïc Mathieu prépare un nouveau cadeau pour le CPSL

Après avoir réuni plus de 4 000 $ pour le Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) lors de la dernière Guignolée du Dr Julien, Loïc Mathieu récidive cet automne. Comme l’an dernier, l’adolescent lévisien récolte de nouveau des contenants consignés afin de supporter financièrement l’organisme basé dans le Vieux-Lévis.

Le Lab22 s’impliquera à l’École Marcelle-Mallet

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’action jeunesse, le gouvernement du Québec annonçait que le Secrétariat de la jeunesse du Québec investira 3 M$ sur trois ans pour soutenir la démarche du Lab22 qui vise à accompagner et soutenir les écoles dans leur transition écologique, le 22 octobre dernier. 19 écoles du Québec, dont l’École Marcelle-Mallet, ont été sélectionnées pour participer à ce...

Une première pelletée de terre pour le pavillon d’enseignement préclinique de la Chaudière-Appalaches

Les travaux de construction du nouveau pavillon d’enseignement préclinique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) sur le site de l’Hôtel-Dieu de Lévis ont été inaugurés, le 4 novembre dernier. Geneviève Guilbault, vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Danielle McCann, min...

10 ans pour la Maison de soins palliatifs du Littoral

En activité depuis le 11 novembre 2011, la Maison de soins palliatifs du littoral (MSPL) fêtera le 11 novembre prochain ses 10 ans. L’organisme, qui a pour mission d’accompagner les personnes en fin de vie, a réussi, lors de la dernière décennie, à aider aux alentours de 1 200 personnes et leur famille.

COVID-19 : Québec recule face à la vaccination obligatoire dans le réseau de la santé

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a annoncé, le 3 novembre, que le gouvernement du Québec reculera concernant sa décision d’imposer la vaccination obligatoire au personnel du réseau de la santé qui devait être en vigueur à compter du 15 novembre prochain. Cependant, M. Dubé a indiqué qu’«on passe de la vaccination obligatoire au dépistage obligatoire» puisque les emp...